Après 5 mois et demi de voyage, l’heure est au bilan

Salar d'Uyuni en Bolivie
Photo : Laurine Cretenet, au Salar d'Uyuni en Bolivie

Cela fait bientôt deux mois et demi que je suis rentrée à Montréal et je ne savais pas vraiment par où commencer. Un bilan, c’est comme tourner la page et clore un chapitre…

Et je ne me sentais pas prête, même si j’ai bien repris ma vie à Montréal.


Apprendre sur soi

Ce voyage m’a clairement permis de faire le point sur ma vie. J’ai eu besoin de reprendre mon souffle en m’éloignant quelques temps de Montréal (lire ici l’article).

Il fallait que je définisse mieux mes priorités, mes envies.

Cinq mois et demi, c’est parfait pour essayer de se retrouver. J’ai longtemps été perdue, incapable de savoir ce que je voulais à mon retour.

Ce qui était certain, c’est que je ne voulais pas retrouver ma vie d’avant.

Tupiza en Bolivie
Photo : Benoit Duverger, Tupiza en Bolivie

C’est vraiment à partir du moment où je me suis retrouvée seule en voyage que je me suis découverte et que j’ai compris à quel point je pouvais être forte et sociable. Je me suis rendue compte que j’étais animée par les défis.

J’aime me dépasser pour ne pas m’ennuyer!


Des kilomètres et des kilomètres parcourus

Je ne me suis pas facilité le voyage et j’ai très peu pris l’avion. Mon mode de transport a principalement été le bus et j’en ai passé des heures dans ce véhicule. Mon record, 36 heures de Mendoza à Puerto Iguazu et avec le confort le plus rudimentaire.

J’ai appris la patience et je profitais de ces long moments pour dormir. 

J’ai parcouru près de 2000 km en collectivo pour découvrir la péninsule du Yucatan et ses lieux incroyables, de Tulum à Calakmul, en passant par Chitzen Itza… avant de me rendre au Pérou.

Et ce, sans compter le nombre de treks du Pérou jusqu’en Argentine…


Tomber en amour avec le Pérou

Cusco au Pérou
Photo : Laurine Cretenet, Vue sur Cusco

Le Pérou est, selon moi, le plus magnifique de tous les pays que j’ai eu la chance de parcourir. Il réunit tous les types de paysages : le désert, la jungle, la montagne, la plage, sans oublier sa gastronomie et son authenticité.

J’y ai découvert pour la première fois de ma vie le désert et un oasis à Huacachina. Je me suis surpassée dans le Canyon del Colca, j’ai navigué sur le lac Titicaca et j’ai été subjuguée par le Macchu Picchu et Cusco.

J’ai aussi pris le temps de relaxer, à la fin de mon voyage, dans la jungle péruvienne.


Surprise en Bolivie

La Bolivie a été pour moi une surprise incroyable. J’arrivais avec des à priori, à cause des rumeurs de touristes, mais ça aura été le pays le plus surprenant.

J’ai adoré découvrir l’altiplano et ses villes comme Cochabamba, La Paz, assister à l’enivrement du carnaval de Sucre, la splendeur de Torotoro, le rouge terre de Tupiza, les lagunas du Sud Lipez, pour terminer au désert de sel d’Uyuni.

le désert d'Uyuni, Bolivie
Photo : Laurine Cretenet, le désert d’Uyuni, Bolivie

Le Chili, du Nord au Sud

Après la Bolivie, le Chili m’a paru plus banal… Pourtant c’est un très beau pays!

C’est au Chili d’ailleurs que j’ai commencé à faire du Couchsurfing.

J’ai quasi traversé le Chili du Nord au Sud : de San Pedro de Atacama, à la Valle del Elqui et ses vignes, en passant par Valparaiso ou encore Pucon et ses volcans, pour me rendre jusqu’au sud de la Patagonie, à Puerto Natales.

J’ai toutefois eu quelques déceptions, dont à Chiloé ou à Valdivia.


Mon coup de coeur : l’Argentine

Même si au début, j’avais du mal à aimer ce pays, j’ai adoré les Argentins, que j’ai pu rencontrer sur mon chemin.

Uquia dans le nord de l'Argentine
Photo : Laurine Cretenet, Uquia en Argentine

J’ai aussi pu découvrir le majestueux glacier Périto Moreno, atteindre la ville la plus australe au monde, danser la bachata à Bariloche, découvrir les chutes d’Iguazu, savourer du vin (presque tous les jours) à Buenos Aires et me reconnecter avec la nature à Jujuy.


Du négatif?

Oui, il y en a eu! Le fait de ne pas rester plus de trois jours dans un lieu et de me sentir toujours pressée m’a fait me questionner sur le voyage. À la fin de la Bolivie, j’étais déjà fatiguée de cette consommation de paysages. J’ai pris un break, pensant que ce n’était que lié à la fatigue. Mais en vain.

Je n’ai compris qu’un mois plus tard que j’avais besoin de voyager seule pour pouvoir faire des rencontres et savourer la culture locale.

Ce voyage m’a donc appris à relativiser et à me détacher des choses.

aujourd’hui, Je pense plus à prendre soin de moi et j’essaie de m’écouter davantage