CHRONIQUE – 9 mois ou presque… Épisode 11

Chronique9moisoupresqueÉ11-1

1er janvier 2019, retour à la réalité. Tu es probablement comme moi, assise devant ton sapin et ton bordel de la veille, avec ton café dans la main, à te demander par quoi tu devrais commencer.

De mon coté, je sors l’habit de combat et je me prépare pour l’affrontement ultime de mon G.I. Joe de 2 ans et demi, qui se transformera en Hulk lorsqu’il réalisera que toute bonne chose a une fin, même Noël et son sapin…

chronique9moisoupresqueÉ11

Je te le dis maintenant, je ne me sens pas tant prête à assumer le reste de la journée, si ça commence de cette façon… Je frotte ma bedaine comme si je m’attendais à ce qu’un génie en sorte pour exaucer mes vœux.

D’un autre côté, je n’ai pas plus envie de me mettre à nettoyer la maison de son bordel, sachant pertinemment que dans quelques heures, la propreté de mon habitat naturel prendra ses cliques et ses claques au même moment où mon morveux tournera son coffre à jouets à l’envers, étalant par le fait même tout son contenu, ainsi que le restant de son souper d’il y a 3 semaines, qu’il avait bien caché…


Le déni

En même temps, aucune des deux options que je m’impose ce matin ne concorde avec mon discours motivateur du 31 au soir :

N’oublie pas, demain, c’est la première journée de l’année : fais-en quelque chose de productif!

Je n’avais certainement pas en tête de faire du ménage ou de déclencher la 3guerre mondiale avec mon gars. Je pourrais aussi simplement dire à mon chum qu’il n’est pas conseillé de frotter à 6 mois de grossesse et lui léguer la totalité des tâches…

chronique9moisoupresqueÉ11-03

Naïveté, quand tu nous tiens.

Donc, j’ai décidé de vivre dans le déni un 24h de plus. Fuir mes responsabilités, débarquer chez mes parents avec un poulet cuit et passer la journée avec eux. Revenir tard le soir et simplement me frayer un chemin vers mon lit, dans le ménage pas fait.

Pourquoi faire aujourd’hui ce qu’on peut remettre à demain?


Back to reality, B****!

Maintenant que les festivités sont officiellement terminées, on peut reprendre un beat de vie normal. Retour à la routine, fini de courir. En même temps, c’est le moment idéal pour reprendre le contrôle de notre vie, en adoptant une nouvelle approche.

C’est vrai que j’ai toujours eu du mal à me situer dans cette période ambigüe. D’un côté, il y a l’excitation qui vient avec le nouveau départ, et de l’autre, c’est le temps mort qui commence…

chronique9moisoupresqueÉ11Les mois de janvier et février sont les deux pires mois de l’hiver, les plus froids, les plus chiants. Il n’y a personne dans les rues, parce que:

  1. La société hiberne, au chaud dans son salon, ou dans une salle de gym… pour celles qui vont continuer leur résolution.
  2. Tout le monde est cassé des achats impulsifs et déraisonnables des Fêtes.

D’une part et d’autre, le résultat est le même : les rues sont vides, on travaille pour rembourser les cartes de crédit et on attend impatiemment Mars et Avril pour retrouver l’espoir d’un été, soit dans le Sud, soit dans l’odeur de la fonte des neiges.


Rouler vers 2019

Pendant que la majorité des gens broient du noir en octobre et/ou novembre, moi, je me tape la dépression saisonnière à l’envers, soit en janvier et/ou février. Je peux cependant remercier le hasard des choses, qui s’est soucié de mon bien-être en vivant mon troisième trimestre (le plus intense) exactement dans ma période la plus sombre de l’année.

Je vais être trop occupée à survivre à chacune des journées de fin de grossesse (parce que je suis d’accord qu’être enceinte, ce n’est pas une maladie ou un handicap, mais passé un certain stade, c’est plutôt handicapant).

chronique9moisoupresqueÉ11

Le fait de devoir rouler du point A au point B, dans la neige, et tenter le tout pour le tout pour ne pas descendre les escaliers plus vite que la capacité de mes jambes devrait largement m’occuper pour ne pas avoir à me rappeler pourquoi les rues sont désertes…

Tassez-vous de mon chemin, le Bonhomme Michelin doit se rendre à la garderie chercher son terrible two. Restez à la maison, c’est mieux pour votre sécurité.

Bref, comme quoi il n’arrive jamais rien pour rien dans la vie, cette année, je vivrai mon dernier trimestre juste au bon moment. Ma petite fille n’est pas encore parmi nous que déjà elle illumine mon quotidien.

Et 2019 commencera en force avec toutes les péripéties que la fin de grossesse amène : vivement les anecdotes!

La suite… Jeudi prochain

Pour lire les épisodes précédant, c’est ici: Épisode 1 Épisode 2 Épisode 3 Épisode 4 Épisode 5 Épisode 6 Épisode 7 Épisode 8 Épisode 9 Épisode 10