CHRONIQUE – 9 mois ou presque… Épisode 5

chronique9moisoupresqueÉ5

Je me demande parfois à quoi peuvent penser les médecins lorsqu’ils procèdent à un examen gynécologique.

Ça paraît qu’elle ne voit pas plus loin que son nombril, la pauvre, elle s’est fait un Brésilien à l’image de la tour de Pise… Tout ça, juste pour bien paraître devant moi. Pauvre conjoint…

Évidemment que ça reste un job et qu’à la quantité de vagins fécondés qu’elle voit par jour, elle doit être tellement habituée qu’elle a même déjà dû se tromper entre son thé glacé et la bouteille de Lub.

Mais entre toi et moi, je ressens toujours un profond malaise lorsque vient le temps d’exposer ma vulnérabilité à un inconnu avant même d’avoir pris un café avec… Au minimum.

chronique9moisoupresqueÉ5
Lena Dunham dans Girls (HBO)

Et qui dit grossesse dit examen vaginal, entre autres, mais aussi rendez-vous multiples qui servent à suivre le bon déroulement de la grossesse et à parler d’hémorroïdes, de constipation et/ou diarrhée, pertes vaginales et infections.

Le truc, c’est que je ne fais pas partie de l’élite montréalaise qui a réussit, Dieu sait comment, à trouver un médecin de famille. Donc, je n’ai pas eu la chance de prendre un café avec celle qui s’occupera de me dire que j’ai pris trop de poids pour les prochains mois, avant que j’ouvre mes jambes en me répétant que ce n’est pas le moment de lâcher un gaz…

Flatulence : symptôme de grossesse (c’est Google qui le dit).


Rencontre et préjugés

Une jeune résidente (résidente : personne qui termine ses études en médecine et pratique son métier, accompagnée par un superviseur… comme quoi mes textes peuvent aussi t’apprendre de nouveaux termes, si tu n’étais pas au courant) m’accueille, me serre la main, et se présente. On va la nommer Gertrude. Je reste l’air bête. Gertrude est visiblement beaucoup plus jeune que moi.

Je me demande sur le coup c’est quoi l’âge légal pour être gynécologue…

chronique9moisoupresqueÉ5En plus, j’allume que non seulement je n’ai pas pris de café avec elle spécialement, mais pas non plus avec le superviseur qui va valider son travail en m’examinant aussi! Eh merde, mon intestin gargouille…

Calme toé l’côlon irritable, c’est pas le moment!

Je pense seulement qu’à la fin de mon rendez-vous, je pourrai entendre le cœur de la crevette et que, juste pour ça, le tout en valait la peine. Et de toute façon, je n’ai pas le choix.

En m’assoyant avec mon chum au bureau du médecin, je n’ai pas eu le réflexe de le présenter.

Parce que pour moi c’est évident : se faire examiner le vagin en guise de sortie père/fille, c’est assez ordinaire!

Mais, j’ai tendance à oublier notre différence d’âge significative. Donc, je laisse plus souvent les gens assumer qu’il doit être mon chum. Lorsque Gertrude commence son questionnaire et qu’elle me demanda le nom du père, ce à quoi mon chum répond, elle a un petit moment d’hésitation.

Non, le nom du père de l’enfant.


Question existentielle

Avez-vous le Sida ? Avez-vous une ITS ?

Là, il y a toujours ce moment de panique, non justifié, sachant pertinemment que tu es clean. Mais, tu te dis quand même que 1 : t’as intérêt à dire non, parce que ton chum est miraculeusement tout ouïe, et 2 : si jamais les tests s’avèrent positifs, l’écoeurant, il va connaître c’est quoi la différence entre tes hormones de grossesses et un vrai pétage de plomb.

Bref, s’ensuivent les 15 000 questions de routine plates et un peu gênantes. Et là, n’espère pas avoir un passe-droit ou quelque chose du genre parce que ce n’est pas ta première grossesse : non. On m’explique tous les aléas de la maternité, de A à Z, de la même façon que j’explique à mon terrible two pourquoi il ne faut pas manger le contenu de sa couche…

Sophie, tu dois savoir qu’à partir de maintenant, il ne faut jamais, jamais, JAMAIS manger les aliments qui sont inscrits dans la Bible de la grossesse que je vous ai remise, et ce, sans exception! Ce pourrait être tragique pour votre progéniture, il est entièrement sous votre responsabilité maintenant. Vous comprenez Sophie?

chronique9moisoupresqueÉ5

La fin du rendez-vous approche, Gertrude ferme le dossier, mon cœur s’emballe. Enfin, je vais entendre le coeur de la crevette! Je me lève et me dirige vers le lit d’examen. (Ben oui, je connais le chemin j’ai eu mon gars il n’y a pas 3 ans, et j’ai une excellente mémoire…) Gertrude interrompt ma lancée et semble super mal à l’aise :

Sophie, ce sera au prochain rendez-vous, car je n’ai pas assez d’expérience pour trouver le cœur du bébé. Il est trop petit et on va stresser si on ne l’entend pas. Par contre, oublie pas les prises de sang, à prendre à jeun de 8h, et le test d’urine!

La suite… jeudi prochain!

Pour lire ou relire les épisodes précédents, c’est ici: Épisode 1Épisode 2Épisode 3Épisode 4