CHRONIQUE – 9 mois ou presque… Épisode 8

chronique9moisoupresqueÉ8

Pour moi, le sexe féminin, c’est comme les sacs-surprises… Par exemple, on ne sait jamais de quelle humeur on va se lever le matin. Et il ne faut pas tenir pour acquis que si nous nous sommes réveillées relativement heureuses, ce sera ainsi pour le reste de la journée.

OH. QUE. NON.

Être une femme est une aventure en soi. Laisse faire ta passe de La Ronde au prix exorbitant de 80$, une paire de seins pis un vagin te font amplement vivre d’émotions fortes, sans même que t’aies à te demander ce que tu vas faire aujourd’hui :

Ok les gazelles, plan de match, on se réveille top shape, jusqu’à ce qu’on manque notre ligne d’EyeLiner. Après, on va s’amuser à brailler toutes les larmes de notre corps parce qu’on a oublié d’acheter du démaquillant. Résultat, on va passer la journée avec une Bitch Face pour montrer à la planète que nous ne sommes pas satisfaites de notre Smokey Eye non souhaité. Ensuite, on va pousser la limite de la patience de notre chum au maximum en essayant de le convaincre que c’est lui qui a passé une mauvaise journée et pas nous, puis finir la soirée en jouissant de pur bonheur dans notre gros bain moussant ultra-chaud, avec un verre de vin PIS du chocolat!

– signé Mes Hormones

Moi-même, j’ai souvent eu du mal à m’endurer et je me suis surprise plusieurs fois à avoir des réactions vraiment intenses, sans que ce ne soit justifié. Ensuite, je me suis demandé si Satan n’avait pas pris possession de mon corps…

chronique9moisouoresqueÉ8

Maman, Papa, mes frères, je vous aime et je m’excuse pour toutes ces crises hormonales. Sachez que ce n’était pas vraiment moi.


L’heure du jugement

Bref, mon roman d’introduction fini, je voulais parler du fait qu’ironiquement, je vis dans le déni depuis le début de ma grossesse… En fait, je ne suis pas enceinte! JJOOKKEE!! (plate, I know)

En fait, j’espère ne pas être enceinte d’une fille. J’ai la chienne d’avoir une fille. Oui, je suis grave et je te permets de me juger…

Pour te situer, j’accepterais sans hésitation une date avec la poupée Chucky, dans la maison hantée d’Amityville, avec comme homme de chambre Michael Myers, signant ainsi mon contrat funéraire, plutôt que d’affronter une mignonne petite fille aux allures angéliques avec des cornes trempées à l’œstrogène, qui attend juste d’être préado pour péter une coche!

chronique9moisoupresqueÉ8
Janet Leigh in « Psycho » Moviepix/Getty Image

JE NE M’ENDURE PAS MOI-MÊME, alors comment je pourrais vivre 24h avec une version miniature de ce que je suis, sachant très bien la marde qu’elle va me faire subir? Parce que je l’ai fait subir à ma pauvre mère, t’sais. UN CALVAIRE!

Donc, depuis les 5 derniers mois, j’assume porter un petit fils à maman tout gentil dans mon bedon. En fait, je suis trop lâche pour affronter la réalité d’une bombe à retardement, avec tout ce que ça implique.

 Comment je peux apprendre à ma fille à être une femme forte, confiante, fonceuse et indépendante dans une société aussi stéréotypée, alors que je me bats tous les jours contre ces démons que je porte et que je ne contrôle pas encore?


Girl Power… ou pas

chronique9moisoupresqueÉ8-4
https://www.123rf.com/profile_lenanichizhenova

Bien évidemment, il n’y a pas une seule personne qui m’a prédit un garçon. La société s’est donné pour mission de me convaincre que j’attendais une fille et de me faire porter ma croix.

Même François Legault m’a appelé pour me dire que j’allais avoir une pisseuse!

J’ai ignoré toutes les prédictions qu’on me faisait et j’ai mis en sourdine tous ceux qui ont essayé de me convaincre qu’avoir une fille était magnifique et très loin des fausses idées que je me faisais.

N’empêche pas moins que la journée de la deuxième échographie, celle où on découvre généralement le sexe de l’enfant que l’on porte, j’ai presque espéré que bébé mystère soit mal positionné et que le médecin ne puisse pas nous dire le sexe.

Mais, les paroles de chacun ont, sans le vouloir, fait un petit bout de chemin dans ma tête. Et si c’était vraiment une mini-moi. Une petite fille avec sa personnalité, à qui je pourrais donner le meilleur de mes expériences de femme, pour qu’elle apprenne de mes erreurs?!

À vrai dire, j’ai eu peur d’être déçue d’avoir un petit homme, comme je voulais tant, jusqu’à présent.

L’idée ici n’est pas de préférer un sexe plus qu’un autre, parce qu’au final, garçon ou fille, l’important est que le bébé se porte bien : tout le monde le sait!

Mais, lorsque la médecin nous a annoncé la venue imminente d’une petite fille, je n’ai pas pu m’empêcher de verser quelques larmes… Larmes de joies ou de peur, je vous dirai ça dans 18 ans.

chronique9moisoupresqueÉ8-5
Ma petite Lou

La suite… Jeudi prochain!

Pour lire les épisodes précédents, c’est ici:  Épisode 1 Épisode 2 Épisode 3 Épisode 4 Épisode 5 Épisode 6 Épisode 7