Vivre avec une marque particulière sur son corps

Vitiligo, lupus, gale, durillons, psoriasis, kératose actinique, érysipèle, rosacée, acné, zona, tache de naissance, brûlures, varices… Autant de maladies ou de marques de peau qui crées de l’inconfort et qui suscitent le regard d’autrui.

Certaines d’entre-elles génèrent même de graves effets secondaires sur l’organisme et peuvent causer la mort.

Julie Bourges, grande brûlée demeurant sur la Côte d’Azur

J’en sais quelque chose, car depuis mon jeune âge, je suis suivie de très près par mon dermatologue en raison d’une tache de naissance de type pigmentaire brune, qui décore mon bras gauche et la partie supérieure de mon dos. Heureusement, dans mon cas, ce n’est qu’un défaut de fabrication, un grand dessin ayant la forme d’un continent qui me distingue des autres êtres humains de la planète. Mais, je dois quand même être alerte. Je suis davantage sujette aux cancers de peau, alors au soleil, je me crème en masse!


Il faut un moral d’acier !

Nonobstant le fait que ces marques distinctives peuvent être incommodantes et dangereuses, parfois, ce qui très dérangeant, c’est l’effet qu’elles produisent chez les gens.

Vous m’excuserez à l’avance pour la vulgarité des mots, mais je ne fais que citer les paroles maintes fois entendues…

Une dame s’approche pour sentir mon bras et me dit :  »Ouash ! On dirait que quelqu’un t’as chié dessus ! »

À la récréation, une bande de jeunes crient en me pointant du doigt :  » Peau de serpent, Peau de serpent venimeux !

Je ne compte pas le nombre de fois où ma mère m’a accueillie en larmes, au retour de l’école ! Heureusement, elle savait trouver les mots pour me consoler. 

C’est moi en 2010 ! Pour la première fois, j’osais me laisser prendre en photo en bikini et face à la caméra, ce qui laisse davantage entrevoir ma tache de naissance.

On se définit souvent dans le regard des autres, c’est un besoin lorsqu’on est jeune. Nous avons besoin de l’approbation de nos parents, de nos enseignants, de nos pairs pour mieux évoluer. Il est également nécessaire d’être reconnu, mais il importe de l’être pour ce que nous sommes réellement.

Il faut donc apprendre à se moquer, à se libérer du regard des autres

Ce n’est pas chose facile à faire et pour plusieurs, c’est un exercice de tous les jours. Mais, vous en valez la peine !

Ma mère m’a souvent répété que :

  • Ma tache faisait partie intégrante de mon unicité
  • J’avais la chance de ne pas avoir d’effets secondaires sur ma santé à cause d’elle
  • On me reconnaîtrait facilement, s’il m’arrivait quelque chose… drôle, mais vrai!
  • Les gens qui connaissaient la réelle valeur de l’être m’appréciaient surtout pour mes qualités intérieures
  • Accorder de l’importance au jugement des autres leur donnait davantage de pouvoir

Des modèles pour tous !

Chantal Lacroix lors d’un séjour en Floride, en mars dernier

L’animatrice Chantal Lacroix a un problème de dépigmentation de la peau, appelé Vitiligo. Elle l’a longtemps caché au grand public. Mais, elle a publié une photo d’elle en maillot de bain sur une plage en mars dernier. C’est sa fille qui l’a convaincue de le faire, alors qu’elles profitaient de vacances en Floride. Craintive de dévoiler ainsi sa peau affectée par la maladie, Chantal s’était fait rappeler par sa fille qu’elle-même ne cesse de souligner que la beauté va bien au-delà de l’apparence. Fière d’avoir réussi à inculquer ces belles valeurs à sa fille, l’animatrice a finalement osé peser sur «publier».

Pour l’avoir côtoyé lors de quelques tournages dans le cadre de l’émission SOS beauté, je peux vous affirmer qu’elle assumera fièrement sa différence, dorénavant. C’est une femme de cœur et de convictions !

Ciera Swaringen atteinte de naevus pigmentaire congénital géant

À 19 ans, Ciera Swaringen, une étudiante de la Caroline du Nord souffrant d’un naevus pigmentaire congénital géant, a décidé de se prendre en photo en bikini et de publier ses clichés sur les réseaux sociaux, afin de faire taire les moqueries.

Jeune, sa mère lui disait qu’elle était couverte de baisers d’anges, cute ! Aujourd’hui, ses amies se dessinent souvent de petites marques sur le corps en guise de solidarité lorsqu’elles sortent avec elle, j’adorrrrrrrrre !

Winnie Harlow, top-modèle d’origine canadienne représentant, entre autres, les compagnies Desigual, Diesel et Volkswagen, est un autre bel exemple de femme atteinte de Vitiligo, qui vient en aide aux autres en rappelant aux gens qu’il n’y a pas qu’un standard de beauté. Elle souligne aussi le fait qu’elle n’est aucunement victime de sa condition et qu’elle n’en souffre pas physiquement. Je l’admire beaucoup ! D’ailleurs, pour mes 40 ans, je me suis offerte la robe Desigual que portaient fièrement Winnie Harlow.

Robe de la collection Desigual 2014, Winnie Harlow
Je la porte dans la cadre d’une Fiesta Mexicaine organisée pour mes élèves

alors, Oserez-vous dévoiler votre beauté naturelle, maintenant ? J’espère vous avoir convaincu de le faire…