Tout ce que vous devez savoir avant de déménager aux États-Unis

David Cohen

L‘hiver dernier, mon chum s’est vu offrir une opportunité professionnelle difficile à refuser. Le hic ? En acceptant, il nous fallait déménager à… Boston !

À 29 ans, pas d’enfant, ni de maison, nous avons conclu que c’était le moment ou jamais de dire oui à ce genre d’aventure. Bref, 4 mois plus tard, nous voilà bien installés dans notre appartement bostonien !

Vous pensez faire le grand saut au pays de Trump ? Voici quelques infos qui pourraient vous être bien utiles…


Les visas

Pour obtenir son visa, mon chum a dû se faire sponsoriser par l’université qui l’accueillerait. Et comme nous sommes mariés, j’ai eu droit également à un visa. C’est assez complexe et voici un bon point de départ pour obtenir de l’information sur les visas américains.

Psssit! Gardez en tête que des frais peuvent s’appliquer. Nous avons déboursé près de 200$ pour obtenir nos visas de type J1 et J2.


Money, money !

Acorn Street Boston
Acorn Street, Boston

En parlant d’argent… Il nous fallait trouver un moyen de transférer aisément (et sans frais!) de l’argent de notre compte de banque canadien à notre compte de banque américain.

Un expatrié nous a conseillé de faire affaire avec la Banque Royale (RBC), qui offre des services aux Canadiens résidents des États-Unis.

Bon, le service à la clientèle n’est pas terrible, mais avec RBC, nous détenons un compte de banque canadien lié à un compte de banque américain de la RBC Bank. Nous pouvons donc transiter de l’argent sans problème entre nos deux comptes et c’est génial !

Un avantage de taille à considérer : nous avons pu ouvrir notre compte américain avant de déménager et sans obtenir de Social Security Number — le numéro d’assurance social américain.


L’assurance maladie

Downtown Boston
John Hancock Tower, Boston

Condition sine qua non de notre visa : nous devions avoir une assurance pour couvrir nos frais hospitaliers américains en cas de besoin. Nous avons choisi une assurance maladie américaine, mais sachez que dans certains cas, selon votre situation, vous pourriez conserver l’assurance maladie québécoise pour plus de 183 jours et y ajouter une assurance voyage. Bon à savoir!


Le jour J !

Pour le grand jour, nous avons loué un camion de déménagement avec l’entreprise U-Haul. Bien que le service à la clientèle soit exécrable, c’est la seule compagnie que nous avons trouvée qui nous permettait de louer un camion à Québec et de le rendre à Boston. Pour près de 800 $ (sans l’essence) nous héritions d’un énorme camion de déménagement pour mettre notre vie en boîte et la déménager au pays de Trump.

Mis à part conduire dans les rues achalandées de Boston avec ce mastodonte, je crois que le moment le plus stressant du voyage fut de traverser les douanes américaines. La procédure peut être intimidante… Après les photos d’usage, les prises d’empreintes digitales et la fouille de notre camion, nous y étions enfin.

welcome to America !


Et maintenant ?

Back Bay Fens Boston
Moi, au Back Bay Fens, Boston

Nous y allons un jour à la fois. Immigrer dans un autre pays n’est jamais de tout repos. Mon chum a commencé à travailler et pour ma part, j’attends d’obtenir mon permis de travail.

Le bon côté ? J’aurai tout le temps de visiter Boston !