Devoir faire son coming out toutes les semaines

Crédit: Isi Parente sur Unsplash

Si vous pensiez qu’on fait un seul gros coming out avec les confettis, les ballons pis toutes et qu’après on est clairé… WRONG!

Parce que pratiquement tous les jours, ou du moins chaque semaine, je suis confrontée à (re)faire mon coming out…

J’ai beau être fière d’enfin être moi-même à 100%, j’ai toujours ce frein lorsqu’une personne prétend que je me cherche un ti-chum. Je trouve presque ça injuste de devoir vivre ce p’tit vertige, chaque fois que je dois décider si je le dis ou non… comme si j’allais péter la bulle de l’autre personne.


 Les premiers coming outs

Crédit: Brian Kyed sur Unsplash

Le tout premier coming out, on le fait à soi-même. Et évidemment, vient le temps d’en parler à des proches, de la famille, des amis. Mais t’sais, comment tu présentes ça? Tu peux dire tout bonnement que finalement, tu n’aimes pas le café, que tu préfères le thé, ou bien annoncer qu’après toutes ces années à vouloir un chien, tu t’es acheté une tortue. Mais parler de mon orientation?

Je n’avais malheureusement pas de manuel d’instructions du coming out pour les nuls…

En plus, il y a tous ces autres gens qu’on rencontre dans le cadre professionnel, qui sont des amis/connaissances, et ceux/celles qu’on rencontre au fil de notre vie. Une personne hétéro ne va pas se présenter en disant « Hey salut, moi c’est Audrey et j’aime les gars! ». Alors autant pour moi : mes choix de vie personnelle ne figurent pas sur mon CV.

SAUF QUE… lorsqu’on me parle d’avoir un chum, qu’on m’interroge sur ma vie amoureuse ou qu’on me parle d’un cute boy qui est le cousin de ta voisine ou de la fois où je vais rencontrer mon prince charmant…

Trois options se présentent à moi:

  1. Répondre sauvagement « c’est pas d’tes affaires »,
  2. Faire un p’tit rire épais qui laisse place à toute interprétation,
  3. Time to shine: je fais un coming out format de poche.

Et souvent, l’option « 2 » m’apparaît comme l’avenue facile, alors que j’aimerais avoir cette aisance à répondre « J’vais te laisser le prince et je vais opter pour la princesse, merci! ». Au moins, avec ça, on met cartes sur table. Simple de même!


La place publique

Crédit: Mercedes Mehling sur Unsplash

À cet instant même où j’écris ces lignes, c’est probablement mon 138e coming out en trois ans et ça me stress encore un peu… comme toutes les autres fois.

Mais après tout ça, en quoi c’est stressant?

Ce n’est pas un secret, les préjugés persistent malgré qu’on voit des Ellen Degeneres et Portia de Rossi, des Ariane Moffatt ou des Katherine Levac qui vivent leur vie pleinement. Mais pas besoin de creuser loin sur internet pour lire des commentaires et questionnements un peu cons sur le sujet.

L’homosexualité n’est pas encore un concept compris par plusieurs et encore bourré de stéréotypes. Donc c’est ça qui me freine!

Crédit: La ptite Photographe (Annie Diotte)

Voici la liste d’épicerie de préjugés :

  • C’est toutes des boutch avec les cheveux courts qui ont l’air des gars manqués…
  • Deux filles se tiennent la main dans la rue… ce sont des meilleures amies, t’sais.
  • Des filles qui s’embrassent, c’est malaisant… c’est juste une mode!
  • C’est sûrement elle qui fait le gars dans l’couple…
  • Ah… t’es tellement fine avec moi, est-ce parce que t’as un kick? (Non.)

Psssit! Saviez-vous qu’il n’y a pas si longtemps, lorsqu’on écrivait Lesbienne sur Google, les premiers liens étaient automatiquement des sites pornos?


Juste normal

Il y a quelques mois, alors que j’étais confortablement assise dans le divan du bureau de ma nouvelle psychologue, j’étais stressée à l’idée de lui dire que ma détresse actuelle était  causée par UNE et non par UN.

Come on, c’est une psy! S’il y a bien quelqu’un d’ouvert d’esprit, ça devrait être elle. En plus qu’elle n’était pas la première à qui j’en parlais, mais c’était stressant quand même. Quand j’ai fini par briser la glace, elle m’a dit sans retenue:

Le concept de coming out ne devrait même pu exister!
Ça devrait être juste… normal, t’sais!

On avance, les esprits s’ouvrent, mais il y a encore du chemin à faire!

Alors d’ici là, je continue à faire des coming outs hebdomadaires…