Hier, j’ai eu un breakdown. Mon premier depuis la naissance de Harrison (mais probablement pas le dernier…).

Je me suis levée – après une très courte nuit – avec une forte envie de ne penser qu’à moi. Avec l’envie de faire du pain (comme tout le monde!), de me faire une manucure/pédicure avec un masque sur le visage, de prendre un long bain moussant en lisant un roman, de manger une fondue au chocolat en buvant du vin et de regarder un film complet sans me faire interrompre.

Bref, je me suis levée avec l’envie de retrouver ma vie d’avant.

Avant d’être maman.


Égoïste?

Photo Anthony Tran, Unsplash

Je me suis sentie tellement égoïste de penser ainsi, tellement ingrate, car j’ai la chance d’avoir un beau bébé en santé, alors que plein de femmes rêvent de tomber enceintes…

Je le sais, car ça m’a pris un an et demi avant d’y arriver et les mamans qui se plaignaient me puaient au nez.

Mais je ne pouvais refouler mon sentiment, il était trop fort!

J’ai pleuré. Beaucoup. Je me suis posé 1001 questions. Je me suis remise en question. Et j’en suis venue à la conclusion que j’avais le droit de me sentir ainsi, que je devais vivre cette émotion, traverser cette rivière agitée et qu’une fois rendu de l’autre côté, le soleil allait briller de nouveau.

Rien ne sert d’éviter le tumulte, mieux vaut l’affronter tête première pour en ressortir plus forte

Il faut dire que la situation de confinement dans laquelle on est placée depuis plusieurs semaines n’aide en rien… Le conseil qu’on donne souvent aux nouvelles mamans est de ne pas s’isoler, mais c’est tout le contraire qui se produit en ce moment… Pas facile pour le moral!

Mon chum ne semblait pas trop comprendre pourquoi je me sentais ainsi et il essayait de me convaincre que tout allait bien en me pointant notre fils tout sourire. Mais, je lui ai fait comprendre que je devais vivre mon moment sombre pour « grandir ».

Ainsi, je suis allée faire un mini-tour au Walmart (le seul « magasin » d’ouvert) pour acheter quelques trucs qu’il me manquait pour faire des cupcakes au chocolat (extra Mini Eggs, tant qu’à se gâter!) et un pain aux bananes. J’ai cuisiné, puis on est allé prendre l’air en famille, on a soupé (chacun notre tour, parce que c’est le moment de la journée où Harri est le plus tannant et qu’il ne veut rien savoir qu’on le dépose) et je me suis couché tôt.


Bye-bye nuage noir!

Photo Andre Iv, Unsplash

On n’a pas passé une bonne nuit (loin de là!), mais ce matin, mon nuage noir est parti.

Ainsi, la prochaine fois où je me réveillerai avec un sentiment confrontant, je vais l’apprivoiser plutôt que de le refouler et être plus indulgente envers moi-même.

Merci à toutes celles qui ont pris le temps de m’écrire un petit mot sur Instagram, ça fait toujours du bien de savoir qu’on n’est pas seule dans notre bateau…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here