Trois petits chats…

3
696
Photo : Selçuk Çalışır, Pexels

Ici, c’est la team chats. Ce n’est pas vrai, je reprends. Ici, c’est la team chats, chiens, oiseaux, tortues, poissons et tout le reste… Bref, ici, c’est la team animaux!

Trois petits chats habitent mon nid. Trois petits chats et un perroquet gris d’Afrique parleur-moqueur-rieur-et-râleur. Il y a aussi une tortue. Un dragon barbu. Un poisson. Quatre bernard-l’hermite.

Bref, on a adopté un zoo.

Ça vient de moi et de cette empreinte de patte tatouée sur le coeur. Elle traîne là depuis mon jour 1. J’ai toujours été une amoureuse des animaux. Je n’ai rien choisi, c’était juste là. Et ce sera là pour le reste du temps.


Un don inexplicable

Photo Cottonbro Studio, Pexels

Je sais qu’on est des millions dans mon genre, même si des fois, c’est un peu tabou de parler de cet amour-là. Cet amour inexpliqué et inexplicable pour une bête à poils, à plumes ou à écailles. Ce genre d’amour qui mouille les yeux lorsque nos animaux viennent se lover sur nous quand ça ne va pas, quand on est malade, quand on est en peine d’amour, ou juste en peine de soi.

On ne sait pas pourquoi ils savent, mais eux savent quand ça feel moyen, et c’est parfait comme ça.

Ils ont ce don de ressentir nos émotions, d’être heureux à rien, de nous regarder comme si on gagnait le prix Nobel chaque jour, chaque fois qu’on revient du boulot ou d’une course à pied. Ils nous trouvent belles, tout le temps, même quand on se sent moche avec nos cernes, nos cheveux tout croches, notre brassière en dessous du bras, notre humeur de truck les matins du fameux jour-privilège-d’être-femme 🙄 On se trouve bien ordinaires nous autres, mais pour eux, il n’y a aucune différence entre un matin pressé-plus-que-bof et une soirée chic de premier rendez-vous. AUCUNE fu**ing différence ! Peu importe qu’on porte le gloss repulpeur, la petite robe noire et le mascara pro 3000, ou la toque lousse et le pyjama taché, pour eux, on est juste pareilles. Et juste parfaites.


De l’amour pur et dur

Photo : александар цветановић, Pexels

Pourquoi c’est comme ça ? Parce que ces petites bêtes-là ne voient qu’avec le coeur. Pour de vrai. Comme dans le Petit Prince. Ils ne voient rien d’autre que l’amour qu’ils ont pour nous et nous pour eux. C’est tout. Juste ça. Rien à demander en retour. Aucune attente. Aucune déception. Aucun reproche. Jamais. Juste de l’amour pur et dur.

C’est pour ça que c’est plus simple avec des animaux qu’avec d’autres humains, bien souvent. Ils ont compris l’essence-ciel, au-delà de notre enveloppe corporelle, de nos bibittes intérieures, de nos soucis d’argent ou d’estime. Ils ne doivent d’ailleurs pas comprendre pourquoi on s’en fait à ce point avec tout ça, alors qu’on a la chance inouïe d’être ici et en vie.

C’est vrai au fond. Pourquoi on passe notre vie à s’inquiéter pour ce qui n’existe pas encore, pour ce qui était avant, pour ce qui pourrait advenir, pour ce qu’on a l’air, pour ce que le voisin peut penser ? Ça ne sert à RIEN. À rien d’autre qu’à nous stresser inutilement, qu’à ronger notre quotidien, notre santé physique et mentale sur des concepts inexistants dans le présent…

Ça, les animaux l’ont bien compris. Et nous aurions tout intérêt à faire comme eux.


Et si on s’inspirait des animaux…

Photo : Sam Lion, Pexels

J’ai toujours pensé qu’on avait énormément à apprendre des animaux. De cette faculté qu’ils ont de vivre dans le présent, sans égard à ce qui était et à ce qui pourrait être. De ce don qu’ils ont d’aimer sans regarder la coquille ou l’enveloppe. Ce don de ressentir sans juger quoi que ce soit. Et ce don de faire du bien, simplement par leur présence.

Trois petits chats habitent mon nid. Trois petits chats et le reste de mon zoo.

Mes chats, ils me virent à l’envers quand vient le temps des vétérinaires, et ils me coûtent cher en soins, bouffe et litière. Mes vêtements sont remplis de poils et les tapis aussi, je l’avoue. J’ai les yeux remplis de larmes quand ça va moins bien, quand ils vieillissent, et qu’ils sont prêts à trotter ailleurs que dans notre chaumière. Chaque fois, je me dis que c’est le dernier. Et chaque fois, je ne peux m’empêcher d’en sauver un autre de la rue ou de l’abandon.

Toutes ces années d’amour gratis valent la douleur de leur départ.

Pour toutes ces fois où ils viennent se coller contre moi quand je soulève le coin de la couverture, quand ils me ronronnent leur journée alors que je termine la mienne. Pour ces moments de simplicité et d’authenticité, entre des pattes qui traînent dans mes jambes les matins effarouchés, et les yeux doux qui me calment quand je stresse à rien… beaucoup trop souvent. Pour toutes ces fois où ils me ramènent à l’essentiel. Où ils me ramènent à moi.


À chaque petite bête qui entre ici, je fais une promesse. Celle de tenir leurs pattes jusqu’à la fin. Et c’est ce que je fais. Même si ça fait mal. On se tient jusqu’à la fin, et on recommence…

Parce que sans eux, ma maison ne serait pas ma maison.

3 Commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé ton texte. Et je pense comme toi…les animaux ont un don; ils nous aiment sans condition. 😊😘🙏

  2. Si on prenait exemple sur eux, le monde serait vraiment meilleur car on a aussi ça la faculté de vivre l’amour inconditionnel et le moment présent.

Les commentaires sont fermés.