Voyager seule, ce n’est pas pour tout le monde!

On entend souvent parler des bienfaits de voyager seule, de se retrouver et d’apprendre à vivre en paix avec soi-même. Je suis tout à fait d’accord avec cela, mais j’ai le regret de vous annoncer que ce n’est malheureusement pas pour tout le monde.

Ou devrais-je écrire que ce n’est pas pour… MOI!!!

À la fin janvier, j’ai fait un voyage de presse à Chicago. Normalement, dans ce genre de press trip, je suis accompagnée d’une relationniste et d’un groupe de journalistes/blogueurs. Mais cette fois-ci, il n’y avait rien de tout ça.

C’était ME, MYSELF AND I

Le problème, ce n’est pas durant la journée, alors qu’on court d’une place à l’autre pour visiter le maximum en un minimum de temps. Ça, je sais le faire seule sans problème. Mais, c’est quand vient le temps de s’asseoir SEULE au restaurant… Ouf!

Le premier souper, ça passe. Tu analyses les gens autour de toi, tu prends des photos de tes plats, tu stalk tes contacts sur Instagram : la vie est belle! Mais le 2e… le 3e… et le 4e souper, tu commences à t’emmerder.

Et ce, sans parler des gens qui te regardent d’un air suspicieux, voire amusé.


Le plaisir de partager

Étant une foodie-gourmande assumée, je dois vous avouer que lorsque je voyage, tout tourne autour des repas. Quand je planifie mon itinéraire, je choisis les restaurants que je veux essayer en premier et je planifie par la suite les activités que je vais faire entre les repas… pour remplir le temps.

J’adore découvrir les saveurs locales, les traditions culinaires de la région, les plats typiques qui caractérisent la destination. Mais, ce que j’aime aussi, c’est de PARTAGER ces moments de découverte.

Je suis une fille qui parle beaucoup (trop, selon l’opinion de mon chum). Donc, quand je me retrouve seule, c’est un véritable exercice de force pour moi de n’avoir personne à qui parler.

Vous pouvez donc vous imaginer à quel point je peux devenir accaparante quand quelqu’un me donne de l’attention!!!

Mais, comme je déteste ce genre de personnes qui te retient prisonnière pendant des heures avec ses histoires à n’en plus finir – malgré les nombreux signes non verbaux que je lui lance au visage –, j’essaie de ne pas faire de même…


Expérience similaire

J’ai vécu une expérience similaire, il y a quelques années, alors que j’ai été invitée seule dans un hôtel tout inclus, pour une semaine complète. Durant la journée, me faire bronzer, me baigner, faire la séance d’aquagym dans la piscine et boire quelques cocktails : je n’avais aucun problème à faire tout ça en solo.

Mais encore une fois, quand arrivait l’heure du souper, je voulais pleurer!

Photo: Igor Starkov, Unsplash

Si ça n’avait pas été du fait que je devais tester les restaurants pour pouvoir en parler dans mon article, j’aurais commandé du room service chaque soir et aurais mangé ça sur mon balcon, en écoutant une petite série Netflix ou en lisant un bon livre.

D’ailleurs, j’ai pensé apporter mon roman au restaurant, à Chicago, ou mes écouteurs pour écouter une série, mais j’ai l’impression que les gens m’auraient regardé encore plus croche…

Bref, tout ça pour dire que j’ai découvert que le plaisir de voyager, pour moi, vient avec le plaisir de partager. Je sais que nous sommes toutes différentes, mais dans mon cas, les voyages en solo…

C’est no no!