Voyager avec bébé, ce n’est pas si compliqué!

Avant même que je tombe enceinte, nous savions déjà que nous voulions profiter d’une partie de mon congé de maternité pour fuir le froid hivernal en famille et se retrouver dans un paysage exotique.

Même si ce projet pouvait paraître ambitieux pour certains, je vous confirme que c’est loin d’être si compliqué quand c’est bien planifié.

Voici donc quelques étapes essentielles qui nous ont aidé à faire de ce voyage une réussite.


Étape 1 : La destination

Pour faire un choix de destination adaptée, il est pertinent de prendre en considération l’âge et les habitudes de vie de bébé au moment du départ, le nôtre avait cinq mois. Nous voulions donc une destination qui ne nécessitait pas trop d’heures de vol, ni de décalage horaire et qui allait nous permettre d’avoir accès facilement à des installations fiables, des produits pour bébés, une belle qualité de l’eau et un système médical bien en place. Nous voulions également un endroit nous permettant de diversifier nos activités entre mer et montagnes.

Notre choix s’est finalement arrêté sur le Costa Rica puisque cette destination répondait fièrement à tous les critères.

Destination
Photo: Rowan Heuvel, Unsplash

Étape 2 : La préparation

La deuxième étape a été de planifier l’ensemble du voyage. Après plusieurs lectures sur le pays, nous avons pointé, sur une carte interactive Google, tous nos centres d’intérêt pour pouvoir bâtir l’itinéraire le plus logique possible, sans être bouqué au quart de tour et, ainsi, pouvoir laisser place aux imprévus.

Preparation
Photo : rawpixel, Unsplash

De plus, tous nos hébergements ont été réservés d’avance. C’est généralement une étape facultative pour la plupart des backpackers, mais elle nous assurait d’avoir un minimum de confort avec bébé et plus de possibilités d’avoir accès à des essentiels comme une cuisinette ou un frigo. Plusieurs établissements fournissent même la couchette, mais comme ce n’était pas systématique partout, nous avions prévu une tente UV en back-up qui pouvait servir de lit, en plus d’être géniale à la plage et à la piscine.

Finalement, nous avons choisi de troquer les transports en commun pour louer notre propre véhicule et être complètement libres de notre horaire. Quand on choisit cette option, il est vivement recommandé de valider si la destination suggère la location d’un 4X4, car les routes peuvent parfois être accidentées à l’étranger.


Étape 3 : Les bagages

L’étape des bagages peut être assez laborieuse quand on n’a pas l’habitude de se restreindre. Il est donc important de déterminer ce qui est réellement essentiel pour ne pas s’encombrer inutilement. La plupart des compagnies aériennes autorisent deux items enregistrés pour bébé. Nous avions donc opté pour la poussette pour faciliter les promenades et les dodos au resto ainsi que la coquille pour avoir un banc d’auto sur place.

une
Photo: ToNic-Pics, Pixabay

Pour le bagage de cabine, nos musts ont été les articles suivants : des biberons avec des sacs jetables, du lait, une suce, des débarbouillettes, des couches, des lingettes, une doudou, des médicaments, des vêtements de rechange, des bouteilles d’eau, un thermos, un bon porte-bébé et une tablette avec nos meilleures séries pour nos divertissements personnels.

Tous les vêtements et les autres produits étaient disposés dans nos backpacks, classés par catégories dans des grands sacs Ziploc.


Étape 4 : Le grand départ

Une fois le jour J arrivé, nous avons été agréablement surpris d’avoir un accès VIP à l’aéroport. Sans frais supplémentaires, nous avions droit à toutes les files prioritaires grâce à bébé.

Si jamais personne ne vous dirige vers celles-ci, n’hésitez pas à le demander!

avion
Photo: Paul Hanaoka, Unsplash

Dans l’avion, comme nous n’avions pas déboursé pour les sièges destinés aux familles, nous avions sélectionné des places à l’arrière, près des toilettes et des agents de bord. C’était un bon compromis, car nous avions l’opportunité de se lever debout sans déranger les gens autour. (Attention de ne pas prendre la toute dernière rangée, car les bancs ne se rabaissent pas.) Nous avions prévu un biberon, autant au décollage qu’à l’atterrissage, pour atténuer l’effet de la pression dans les tympans de bébé. Nous avions aussi quelques jouets pour le divertir et un bon porte-bébé pour se promener plus facilement en cas de crise. Au final, bien que le vol fût notre plus grande source de stress avant le départ, nous avons été choyés!

Voyager en famille, c’est possible et ça créé des souvenirs inestimables, alors n’hésitez pas une seconde à vivre cette expérience mémorable!