Vieille Prison de Trois-Rivières – quand CRIMINALITÉ flirt avec EMPATHIE

Photo : museepop.ca

Une visite qui se conjugue au passé… au présent… et au futur…

Un weekend d’automne où l’hiver se pointe le bout du nez, nous avons à nous rendre dans la région de la Mauricie avec nos filles… Cool, un autre Roadtrip ! Les filles sont emballées !

Nous, comme tous les chouettes parents, souhaitons faire vivre à nos filles un moment unique !

Le défi est de taille en cette période de l’année où l’été (et ses terrasses !) est bel et bien terminé et où la saison hivernale n’a pas encore pris ses aises, malgré le décor blanchâtre par endroits… Mais surtout, parce que nos filles ont l’habitude de voyages outre-mer très dépaysants ! Alors, qu’est-ce que la Mauricie peut bien leur apprendre de nouveau ?

Vieille prison de Trois-Rivières

Voilà que je propose une visite en PRISON ! La stupéfaction, mais surtout la curiosité se dessinent sur le visage de nos filles de 11 et 15 ans !

Nous n’avons pas été déçus… WOW ! Quel moment unique, où les qualités humaines sont mises en avant-plan.

Nous débutons la visite guidée avec l’aide d’un jeune homme très coloré, Samuel. Il arrive à nous faire vivre et ressentir l’ambiance qui se trouvait à cet endroit depuis le XIXe siècle jusqu’en 1986, lors de la fermeture de l’établissement par Amnistie internationale pour cause d’insalubrité extrême et non-respect des chartes en vigueur.

À titre d’exemple, jusqu’en 1986, une cellule (pensée à l’origine pour 2 détenus) pouvait abriter jusqu’à 12 hommes, n’ayant pour toilette qu’un simple «bucket» de son petit nom ! Le détenu le plus faible ayant la lourde tâche d’en vider le contenu chaque jour, dans un grillage de l’étage inférieur (gare à lui s’il faisait un dégât, car il devait tout nettoyer…).

Une cellule…
Le fameux «bucket», propre celui-ci…

Psssit! N’oublions pas que les femmes et leurs enfants y étaient incarcérés jusqu’en 1950… et que sept pendaisons y ont eu lieu !

La visite se poursuit donc jusqu’à un endroit d’une froideur indescriptible… le «Trou», où nous pouvons toucher les chaînes toujours présentes au sol, afin de nous plonger dans le climat horrible dans lequel les détenus vivaient, enchaînés dans le noir total, avec comme seuls compagnons… les rats.

Un moment où le terme «empathie» prend tout son sens…


Moment marquant

Le meilleur moment de notre visite en milieu carcéral fut définitivement la rencontre de «Rej» (Réjean), un ex-détenu de ce lieu glacial qui nous donnait des frissons dans le dos par moments…

Nous attendant à la sortie depuis quelques minutes, ma fille de 11 ans est allée le voir et a commencé à jaser avec lui. Lorsque nous l’avons rejointe, elle discutait, regard émerveillé, avec cet homme à l’histoire incroyable… Voilà que Rej me regarde, rempli d’émotions, et me lance :

Votre fille m’a reconnu, voilà pourquoi je fais ça !

(elle y était allée deux ans plus tôt avec son papa)

Il poursuit en nous expliquant qu’un geste banal d’un adolescent de 17 ans, à l’époque, a changé drastiquement le cours de sa vie et lui a valu 15 ans derrière les barreaux… Eh oui, Rej, comme bien des jeunes de son âge, a commis un délit mineur (il a lancé une roche dans la vitrine d’un commerce) et s’est retrouvé entre ces murs, à vivre l’enfer de la noirceur… Ce qui l’a conduit à un délit plus grave et lui a valu un séjour dans un pénitencier fédéral par la suite.

15 ans plus tard, il s’est libéré de cette misère, après avoir purgé sa peine. Aujourd’hui, il donne des conférences dans les écoles et tente de garder la forme comme il le dit si bien !

Quel moment «OUFFF», quel moment formateur pour nos filles et quel moment empreint d’humilité et d’humanité… Ma fille lui fait le plus beau des câlins et nous quittons après 20 minutes de grâce, tous silencieux, à réfléchir à ce que nous venions de vivre…

MERCI «REJ», cette visite donne un sens à nos valeurs et à l’éducation que nous souhaitons transmettre à nos enfants !

Cette phrase résume bien l’état d’esprit malheureux des détenus de l’époque…

Voici donc les informations, pour un moment unique:

  • 12 ans et +
  • Hiver (28 octobre au 30 avril)
  • Visites offertes les samedi et dimanche, de 10h00 à 17h00
  • Tarif familial (2 adultes et 2 enfants) : 41$ taxes incluses
  • Réservation : lepointdevente.com
  • Le stationnement sur les rues avoisinantes est gratuit si l’on cherche un peu, car les parcomètres ne sont pas en fonction les weekends, profitons-en !

bref, UNE VISITE À VOIR, À VIVRE Et À… RESSENTIR !

Quelques belles discussions de famille à prévoir à la suite de ce moment où le passé (délit mineur), le présent (la vie chamboulée) et le futur (espoir en l’avenir) sont intimement reliés par la souffrance et les grandes réussites!