Quand l’amour rend aveugle…

As-tu déjà été prise dans une relation ambiguë? Une relation où tu ne sais même pas ce que tu es, où tu ne sais même pas quels chemins finiront par se croiser, où les seuls mots qu’il trouve (Monsieur S) à te dire sont : «On verra…»

Ah, petites filles naïves que nous pouvons être parfois !

Ton couple n’est plus, tu es triste, tu as de la peine, tu ne veux que passer à autre chose. Soudain, lui, il apparaît, sorti de nulle part. Tu ne veux pas qu’il devienne ton « 2e choix », juste en attendant, alors vous ne vous promettez rien. Tu étais naïve de penser que ça n’irait pas plus loin. Parce qu’il avait lui aussi son histoire…

Être prise dans une fausse relation où tu restes accrochée (même si tu ne sais pas pourquoi), ce n’est pas sain. Je me suis tellement accrochée à ces deux petits mots : «On verra…»

Il m’avait dit, ce cher monsieur S, que le temps allait arranger les choses et nous prouver si nous étions faits pour être ensemble.

Mais on verra quoi ?

On verra si chaque fois que tu me parles d’elle, tu as envie de la laisser ou de continuer? Ensuite, on verra si je souffre ou si je suis encore capable de te regarder ?

Prise dans une fausse relation où tu le sentais revivre avec toi, vivre ce qu’il ne vivait plus depuis longtemps avec elle. Une relation où il me disait qu’entre nous, c’était plus sexuel qu’émotionnel. Mais croyez-moi, la façon dont il me regardait, comme si la lune venait de tomber dans mes yeux, me laissait pourtant croire le contraire…

Des jours ont passé. Il me faisait sentir comme celle qui apaisait ses souffrances, celle qui lui redonnait le sourire ou encore celle qui le faisait à nouveau jouir (on va se le dire!).

Des semaines ont passé. Il m’a avoué qu’elle lui tapait sur les nerfs, mais qu’au fond, ils s’enduraient déjà depuis plusieurs années. Je lui ai demandé s’il était heureux ou s’il allait enfin la quitter pour qu’on arrête de se cacher. Évidemment, ce qu’il m’a répondu a été: «On verra…»

Jusqu’au jour où…

Un jour, elle l’a elle aussi trompé. Ils se sont chicanés. Il m’a appelée pour le consoler jusqu’aux petites heures du matin, ce qu’évidemment, j’ai fait.

Plusieurs jours ont ensuite passé et on a fini par arrêter de se parler, parce qu’il voulait sauver son couple, m’effacer pour oublier et solidifier ce qui était brisé avec elle.

Jusqu’au jour où… six mois plus tard, il m’a annoncé que tout était terminé.

Cette histoire, elle t’est sûrement déjà arrivée, ou à une amie. On apprend de ces histoires. On apprend à ne plus être la fille trop gentille ou naïve. On apprend, parce que la dernière fois où il m’a dit qu’il me voulait (dans son lit…) je lui ai répondu : « tu n’as pas besoin de moi si c’est juste pour te consoler ».

On ne verra plus… jamais!