Femme avant tout – Apprendre à s’aimer avec Kim Rusk

kim-rusk-facebook
Crédit photo: Sarah Laroche

À première vue, Kim Rusk semble être une femme remplie d’aplomb et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Eh bien, je suis heureuse de vous confirmer que c’est tout à fait ça!

«Je suis une fille de mon époque. Une fougueuse, une fille qui va de l’avant et qui ose! »

Quand j’étais jeune, mon idole était Séléna Quintanilla-Pérez, la jeune chanteuse latino-américaine qui a été assassinée. Un moment dans son biopic m’a grandement touché. Juste avant de se lancer dans le vide en bungee, elle dit : Le plus dur dans la vie c’est d’oser, de faire le move, de se laisser aller. C’est beaucoup ça mon leitmotiv: bouge, fonce.

Toutefois, l’expression « Avoir des couilles », pour décrire une femme qui s’assume et qui fonce dans la vie, la rend folle… Kim n’aime pas la symbolique masculine pour décrire l’audace.

Je n’ai pas des couilles, je suis déterminée et je sais ce que je veux. Je suis émotive, sensible. Avec moi c’est « What you see is what you get ». Je suis une authentique.De toute façon, ma face va plus vite que ma pensée. Et des fois, ce n’est pas à mon avantage…

Crédit photo: Sarah Laroche

Nous avons tous eu des femmes et des hommes qui ont marqué notre vie et qui nous ont amené à devenir qui nous sommes aujourd’hui. Pour la plupart d’entre nous, et aussi pour Kim, les parents ont souvent été les premières personnes à nous montrer ce chemin.

Ma mère m’a toujours laissé beaucoup de latitude et mon père avait toujours sa limite. Je savais jusqu’où je pouvais aller et je pouvais m’amuser là-dedans. Ça m’a permis de développer ma personnalité, de me planter, de me relever, de me faire mal, de souffrir, mais de rebondir quand c’est le temps.

Jamais bien loin de la famille, il y a les amis sur qui ont peut toujours compter. Et Kim considère être entourée d’amis exceptionnels.

« J’en ai qui me divertissent, j’en ai qui m’écoutent, j’en ai qui me parlent… »

kim-rusk-amis

Mais parfois, dans des moments plus difficiles de notre vie, rencontrer quelqu’un qui nous recentre, qui nous reconnecte avec nous-mêmes, peut faire le plus grand bien.

Je vois QUELQU’UN actuellement, une thérapeute. Elle est en train de me déprogrammer complètement. Je capote ben raide sur elle. Selon moi, on devrait tous consulter QUELQU’UN pour notre bien, se faire ce cadeau-là.


Ma différence

Crédit photo: Sarah Laroche

Vivre avec le TDAH peut s’avérer un problème pour plusieurs. Certains le voient comme une honte. D’autres, au contraire, vont l’utiliser pour avancer dans la vie. Kim fait partie du deuxième groupe.

« Le TDAH, ce n’est pas un trouble, c’est mon moteur, ma plus belle qualité. Ça fait qui je suis aujourd’hui »

D’ailleurs, Kim veut casser le mythe auprès des gens. Elle travaille d’ailleurs sur un livre et des conférences sur le sujet qui sortiront à l’automne pour les sensibiliser à la cause grandissante.

Le problème est qu’à l’école, il n’y a pas un cerveau qui est pareil. Mais on demande à tous les jeunes d’avoir la même zone de concentration. Pour ceux qui en ont plus ou pas assez, on les médicamente… Je n’ai rien contre la médication, si c’est vraiment ça la clé, mais ce n’est pas vrai que le système va nous dire comment être. C’est ma nouvelle bataille.


MON frère

Instagram de Kim Rusk

Pour avoir moi aussi vécu avec un grand frère, je sais à quel point la relation peut évoluer de l’enfance à la vie d’adulte. Tout comme Kim, je sais à quel point la fraternité, c’est important.

Mon frère et moi sommes comme des jumeaux, même s’il a quatre ans de plus que moi. Mon frère, il me « feel ». Il n’y a pas une personne sur la terre avec qui je ris plus que lui. Ensemble, on a des références et une complicité incroyable.

« Il est beau mon frère, respectueux, gentil. On est capable de tout se dire. On s’aime énormément, c’est inconditionnel, c’est ma famille, c’est mon sang »

Plus jeune, la relation était différente. Lui vivait avec mon père et moi chez ma mère. On se chicanait fort et on se faisait mal. On a eu besoin d’une pause. Mais, quand j’ai eu 14 ans et lui 18, nous sommes devenu les « best bros ».


Hier, aujourd’hui et demain

Ce qui fait notre avenir, c’est notre passé et notre présent. Mais c’est aussi les décisions que nous prenons plus jeunes.

J’ai toujours su ce que je voulais faire dans la vie. On m’a énormément découragée, mais je suis fière de ne pas avoir écouté les mauvaises langues. Mais surtout, d’avoir écouté mon instinct. Je suis fière d’être à l’écoute autant de ma voix intérieure.

« Les échecs c’est aussi payant que les réussites. Je veux vivre des échecs dans ma vie, parce que c’est ça qui nous forge »


S’aimer tel qu’on est

Si il y a bien une chose qui est importante dans la vie de Kim, c’est avant tout d’apprendre à s’aimer.

Je ne suis pas une personne qui se victimise. Quand je n’aime pas un aspect de ma vie, je fais ce qu’il faut pour le changer et ça commence avec le regard que je porte sur moi. Je ne sais pas pourquoi, comme société, nous avons autant de la difficulté à se complimenter.

Crédit photo: Sarah Laroche

« Moi j’aime plein d’AFFAIRES chez moi, j’aime mes cheveux, ma bouche, mes rides. J’aime ma poitrine, ma peau, mon odeur. J’aime plein d’affaires et je ne me sens même pas mal de le dire. Aimez-vous! »

Par contre, il y a une chose qu’elle regrette parmi toutes : de ne pas être bilingue!

Quand tu travailles dans le domaine des communications, c’est une lacune. J’aurais dû écouter mes parents quand j’étais jeune et aller à mes cours d’anglais plutôt que d’aller jouer avec mes amis.


Projets à venir

Que peut-on souhaiter à Kim pour la suite?

« Il y a un an, je t’aurais dit des enfants. J’en veux tellement, mais comme je me suis séparée dernièrement, ce n’est pas mon destin immédiat. Ça va arriver, c’est sûr, mais pas tout de suite. »

Au niveau professionnel, juste de continuer à développer des projets qui me passionne. Que ça continue comme présentement. Que ça se passe!

La prochaine année s’annonce d’ailleurs assez intense pour Kim. Elle co-animera la toute nouvelle quotidienne de Canal Vie, La Belle Gang, en compagnie d’Isabelle Racicot et Patrick Langlois.

kim-rusk-tele

« Mon horaire va être fou. Une quotidienne à la télé, de la radio, des conférences… Je devrai être disciplinée! »


Questions en rafales:

  • Crème de jour/nuit : Karine Joncas
  • Toast ou céréales : Toast
  • Yoga ou gym : Gym
  • Thé ou café : Thé
  • Espadrilles ou talons hauts : Les deux
  • Hiver ou été : Été (gros soupir…)
  • Robes ou jeans : Jeans
  • Brunch ou souper entre amis : Souper
  • Douche ou bain : Bain

kim-rusk-inspiration-incActualités

-Du lundi au vendredi, vous pouvez entendre Kim à la radio, dans l’émission Les Poids lourds du retour à CKOI, de 15h à 18h.

-Vous pouvez vous procurer la collection de vêtements sports « Hyper Active » sur le site internet officiel de Kim Rusk.

-Vous pouvez vous procurer son livre sur l’entreprenariat, Inspiration Inc, en collaboration avec Philippe Richard Bertrand.

-Surveillez le grand retour de Kim Rusk à la télévision, à compter du 21 août, dans la quotidienne La Belle Gang, qu’elle animera avec Isabelle Racicot et Patrick Langlois, du lundi au jeudi à 18h, sur les ondes de Canal Vie.


Aussi dans la série « Femme avant tout », allez lire nos entrevues avec Véronique CloutierVarda ÉtiennePatricia PaquinValérie Roberts et Caroline Néron