Tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfant!

pas-comprendre-pas-enfant-une

J‘ai récemment lu le texte « T’a pas d’enfant, tu m’en dois une » et… j’ai DÉTESTÉ ce texte ! J’ai détesté que l’on dise que des amis à moi sont en fait égoïstes de ne pas vouloir d’enfant ou encore que la femme est née que pour être une mère de famille, au foyer, à s’occuper de ses enfants.

Quel retour en arrière !

Par ailleurs, vous vous souvenez de mon déni de la trentaine ? Déni à 90 % né du fait que je n’ai pas encore touché à la vie de famille et à la maternité, contrairement à mes amies proches. C’est difficile, en quelques sortes, d’être entourée de gens de ton âge qui sont mères. Parce que oui, j’ai déjà trop souvent entendu la phrase (volontairement ou non) :

Mais toi, tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfant !

Au fait, qu’est-ce qu’on ne peut pas comprendre… ?

Ce n’est pas parce que je n’ai pas vécu d’accouchement que je ne peux pas comprendre la douleur que tu as dû supporter. De toute façon, tu l’as tellement raconté que maintenant, c’est comme si je l’avais vécu avec toi.

Ce n’est pas parce que je ne donne pas de biberon ou ne change pas de couches 42 fois par heures que je ne peux pas comprendre l’épuisement et la fatigue qui te guette chaque jour, en plus de te lever à 5 h du matin parce que sa nuit à lui n’est pas finie. Je suis déjà sortie d’un festival à 3h du matin, à Toronto, et j’ai conduit jusqu’à Montréal sans avoir dormi. Et je travaillais tout de suite après. Je sais ce que c’est de ne pas dormir… même si je n’ai pas d’enfant.

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprends pas tous les trucs auxquels tu dois penser avant de quitter la maison avec ta marmaille. J’ai de la difficulté à quitter la maison sans savoir si j’ai laissé le rond allumé, une lumière pas éteinte, une fenêtre ouverte ou si j’ai nourri mon chat !

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprends pas que tu ne puisses trouver une gardienne à la dernière minute quand je te propose d’aller au cinéma entre filles ou quand on se planifie un souper à la dernière minute. Avec 3 enfants, mon amie ne s’est jamais empêchée de faire quoi que ce soit, grâce à une organisation exemplaire qui lui permet de continuer à avoir une vie sociale ô combien importante. Je peux comprendre que tu n’aies plus l’énergie ou l’envie de le faire, mais lorsqu’on prend le temps de faire les efforts nécessaires, on y arrive, mère ou pas !

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprend pas pourquoi tu écris toutes ces belles phrases d’enfants sur Facebook, que tu partages des concours pour gagner des colliers de dentition ou que tu partages plus de photos d’eux que de nous. 

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprend pas que ce soit difficile d’élever un premier enfant sans rien n’y connaître, démystifier ses signaux, savoir ce qui est bien ou pas, savoir si on l’éduque sur de bonnes bases. Je ne comprend peut-être pas à 100%, mais je peux m’imaginer. Je les vois aller et je t’assure, mon amie, tu es une bonne mère et je t’envie ! Des fois, je stresse même pour toi.

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que c’est plaisant de me faire dire que je suis chanceuse de ne pas en avoir et ainsi pouvoir voyager, faire des sorties, aller à des spectacles ou à la plage comme je le fais. Sache que tu peux toujours t’organiser et nous accompagner… Alors, on fais le trajet avec les enfants pendant la sieste ?!

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprends pas votre soulagement de discuter entre vous (durant nos partys) de votre accouchement, de leurs premiers mots, de la garderie ou des jouets éducatifs. Mais j’aime encore plus discuter avec vous de cuisine, de vacances, du prochain film à l’affiche ou tout simplement de notre amitié infinie. On va se le dire : ces conversations sont maintenant de plus en plus rares.

la vie ne s’arrête pas parce que vous avez des enfants…

La vie ne s’arrête pas pour autant, or, elle change. Je vous conçois qu’il faille davantage s’organiser pour continuer à faire des sorties entre amies, des soirées à discuter ou des petites vacances entre nous bien méritées.

Décrocher: même les supermamans en ont besoin ! Et ça, oh que je le comprends !

À toutes mes amies-mères, aux futures mamans et à toutes les mamans qui ont des amies sans enfant: oui on peut comprendre.

  • On peut comprendre parce qu’on vous aime.
  • On peut comprendre parce que même si ça fait 12 fois que vous racontez les premiers pas de votre enfant, on vous écoute quand même, parce qu’on aime voir toute la fierté sur votre visage.
  • On peut comprendre votre fatigue et votre envie de passer du temps en famille.
  • On peut comprendre que la maternité vous rend heureuse et qu’avoir un enfant, c’est la plus belle chose qui vous soit arrivée, parce que rappelez-vous que nous côtoyons vos enfants, vos sourires, vos vies de famille et qu’à travers vous… on comprend!

pas comprendre pas enfant