Tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfant!

pas-comprendre-pas-enfant-une

J‘ai récemment lu le texte « T’a pas d’enfant, tu m’en dois une » et… j’ai DÉTESTÉ ce texte ! J’ai détesté que l’on dise que des amis à moi sont en fait égoïstes de ne pas vouloir d’enfant ou encore que la femme est née que pour être une mère de famille, au foyer, à s’occuper de ses enfants.

Quel retour en arrière !

Par ailleurs, vous vous souvenez de mon déni de la trentaine ? Déni à 90 % né du fait que je n’ai pas encore touché à la vie de famille et à la maternité, contrairement à mes amies proches. C’est difficile, en quelques sortes, d’être entourée de gens de ton âge qui sont mères. Parce que oui, j’ai déjà trop souvent entendu la phrase (volontairement ou non) :

Mais toi, tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfant !

Au fait, qu’est-ce qu’on ne peut pas comprendre… ?

Ce n’est pas parce que je n’ai pas vécu d’accouchement que je ne peux pas comprendre la douleur que tu as dû supporter. De toute façon, tu l’as tellement raconté que maintenant, c’est comme si je l’avais vécu avec toi.

Ce n’est pas parce que je ne donne pas de biberon ou ne change pas de couches 42 fois par heures que je ne peux pas comprendre l’épuisement et la fatigue qui te guette chaque jour, en plus de te lever à 5 h du matin parce que sa nuit à lui n’est pas finie. Je suis déjà sortie d’un festival à 3h du matin, à Toronto, et j’ai conduit jusqu’à Montréal sans avoir dormi. Et je travaillais tout de suite après. Je sais ce que c’est de ne pas dormir… même si je n’ai pas d’enfant.

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprends pas tous les trucs auxquels tu dois penser avant de quitter la maison avec ta marmaille. J’ai de la difficulté à quitter la maison sans savoir si j’ai laissé le rond allumé, une lumière pas éteinte, une fenêtre ouverte ou si j’ai nourri mon chat !

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprends pas que tu ne puisses trouver une gardienne à la dernière minute quand je te propose d’aller au cinéma entre filles ou quand on se planifie un souper à la dernière minute. Avec 3 enfants, mon amie ne s’est jamais empêchée de faire quoi que ce soit, grâce à une organisation exemplaire qui lui permet de continuer à avoir une vie sociale ô combien importante. Je peux comprendre que tu n’aies plus l’énergie ou l’envie de le faire, mais lorsqu’on prend le temps de faire les efforts nécessaires, on y arrive, mère ou pas !

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprend pas pourquoi tu écris toutes ces belles phrases d’enfants sur Facebook, que tu partages des concours pour gagner des colliers de dentition ou que tu partages plus de photos d’eux que de nous. 

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprend pas que ce soit difficile d’élever un premier enfant sans rien n’y connaître, démystifier ses signaux, savoir ce qui est bien ou pas, savoir si on l’éduque sur de bonnes bases. Je ne comprend peut-être pas à 100%, mais je peux m’imaginer. Je les vois aller et je t’assure, mon amie, tu es une bonne mère et je t’envie ! Des fois, je stresse même pour toi.

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que c’est plaisant de me faire dire que je suis chanceuse de ne pas en avoir et ainsi pouvoir voyager, faire des sorties, aller à des spectacles ou à la plage comme je le fais. Sache que tu peux toujours t’organiser et nous accompagner… Alors, on fais le trajet avec les enfants pendant la sieste ?!

Ce n’est pas parce que je n’ai pas d’enfant que je ne comprends pas votre soulagement de discuter entre vous (durant nos partys) de votre accouchement, de leurs premiers mots, de la garderie ou des jouets éducatifs. Mais j’aime encore plus discuter avec vous de cuisine, de vacances, du prochain film à l’affiche ou tout simplement de notre amitié infinie. On va se le dire : ces conversations sont maintenant de plus en plus rares.

la vie ne s’arrête pas parce que vous avez des enfants…

La vie ne s’arrête pas pour autant, or, elle change. Je vous conçois qu’il faille davantage s’organiser pour continuer à faire des sorties entre amies, des soirées à discuter ou des petites vacances entre nous bien méritées.

Décrocher: même les supermamans en ont besoin ! Et ça, oh que je le comprends !

À toutes mes amies-mères, aux futures mamans et à toutes les mamans qui ont des amies sans enfant: oui on peut comprendre.

  • On peut comprendre parce qu’on vous aime.
  • On peut comprendre parce que même si ça fait 12 fois que vous racontez les premiers pas de votre enfant, on vous écoute quand même, parce qu’on aime voir toute la fierté sur votre visage.
  • On peut comprendre votre fatigue et votre envie de passer du temps en famille.
  • On peut comprendre que la maternité vous rend heureuse et qu’avoir un enfant, c’est la plus belle chose qui vous soit arrivée, parce que rappelez-vous que nous côtoyons vos enfants, vos sourires, vos vies de famille et qu’à travers vous… on comprend!

pas comprendre pas enfant

  • Annie Laplante

    Je suis vraiment désolée, mais non, tu ne peux pas comprendre vraiment. Tu peux imaginer, oui, mais une personne qui devient toute ta vie, ya seulement un enfant qui peut te faire vivre ca. Oui, faire un 24 hrs debout, aller travailler et penser encore à ce que tu as à faire, c’est ca que je veux dire. Oui, se demander si on a laissé le rond allume, etc…en plus des couches, du rechange pq on essaie de le mettre propre, de l’eau et collation pq on est cassé et qu’on peut pas acheter au fur et à mesure comme quand on était seul…moi je n’avais pas réalisé ça.

    L’accouchement, j’en parle pas. Faillis mourir au bout de mon sang, pour vrai. Je ne pensais pas vivre ca. Mais oui je le referais. Ca, on peut pas l’imaginer. Tellement je l’aime je le referais.

    Comprend moi, je ne suis pas une mère frustrée, et déçue d’avoir un enfant et de ne plus me permettre autant de folies. Jai donné en masse. Mais je crois sincèrement que vous ne pouvez pas comprendre, moi qui croyais comprendre ( comme toi ) avant d’en avoir un!

    • Gilles

      My god mesdames à vous lire c’est affreux d’avoir un enfant. Ce que je perçois dans vos propos c’est de la jalousie. Le texte que je viens de lire de l’auteure j’y vois au contraire de l’empathie, elle le dit bien qu’elle ne peu comprendre tout à fait par ce qu’elle n’a pas d’enfants mais qu’elle vous comprend. Et moi j’ajouterais à son texte une phrase que j’entends souvent.. bon je vais aller commencer mon deuxième chiffre…. sérieux vous comparez votre famille à un autre emplois?
      Autre chose, à vous lire, vous êtes mono parentale ou quoi. Votre conjoint il est où? Mais faut-il lui donner la chance aussi, la est la question. J’étais éducateur en cpe avant et souvent j’entendais la mère dire au père. Tu peux pas comprendre et le père de répondre de toute façon il y a juste toi qui a toujours raison.
      Bref je suis un homme sans enfants  » pas par choix » et je comprend très bien le point de vue de Janie. Jamais je ne vivrai votre joie d’être parents, la joie d’aimer et de se faire aimer à 175% mais je trouve très désolant de vous voir dénigrer un auteure par son texte qui d’après moi était plus un hommage à la mère et surtout à ces compagnes. Juste un petit mot pour terminer. Des amis c’est très important et ce faire dire à tout bout de champ toi tu comprend pas tu as pas d’enfants est un très bon moyen de les perdre à la longue.
      Bonne journée cher maman

      • Gilles

        Désolé Annie. Je voulais écrire le texte en générale pas juste à toi 😜

  • Constance

    La seule chose que je dirais est : Quand la personne qui a écris ce post aura des enfants si elle en a, j’espère qu’elle prendra le temps de relire ce texte et de voir si la réaliter sera encore ce qu’elle vient d’écrire.
    C’est si simple d’être super organisée.
    C’est si simple de comparé Des nuitS de sommeil, a une nuit de festival suivit d’un lendemain de job.
    C’est si simple de comparé toutes les préparations a une sortie et de comparer au four, chat, porte, car bien sur la mère n’a plus a penser a cela.
    C’est si simple de trouver une gardienne, convenable sur le pouce.

  • Roxane android or nothing

    Tu crois que tu comprends! Ton txt est incroyablement pitoyable, t’as manqué une bonne chance de relaxer à place d’écrire tes conneries!

    • Janie Fontaine

      Liberté d’expression, c’est la beauté des textes d’opinions !
      Je ne vous critiques pas, alors respectez mes textes tout simplement.
      Je ne demande à personne d’être en accord.
      Bonne journée et merci pour la lecture !

  • Josiane Hétu

    Selon moi ce texte prouve encore plus que tant que tu n’as pas d’enfant tu ne peux vraiment pas comprendre. Tu penses que tu comprends mais tu es tellement loin de la réalité…..

    Tu peux imaginer la douleur d’un accouchement, mais je te jure que tant que tu ne l’as pas vécu tu ne la comprends pas…. Même si je le raconterais 1000 fois ! Mon chum y était et il ne peut même pas comprendre ce que moi j’ai vécu !

    Comparer des mois de manque de sommeil à une nuit blanche avec une journee de travail par la suite c’est juste ridicule. J’ai passé plusieurs nuit blanche à sortir et je travaillais le lendemain. Mais ce n’est aucunement comparable. Le soir après ton trip, tu es revenue tranquille chez toi et tu es tombée au combat. Tu t’es reposée et tu as pris le temps de récupérer. Et bien avec un enfant tu ne peux pas faire ça. Car lui a besoin de toi 24/24, 7/7 même si toi tu ne dors pas ! Être un zombie qui fonctionne à l’instinct je te jure que tu ne sais pas ce que c’est.

    Comparer un rond de poêle et une fenêtre à tout ce que tu dois organisé avant de sortir avec un enfant ! Laisse moi rire ! Sérieusement tu es très loin de comprendre !

    Tu te contredit de façon magistrale quand tu dis que tu « comprends » que c’est difficile de trouver une gardienne de dernière minute mais que ton amie est capable grâce à une organisation exemplaire ! Comment le fait d’être organiser peut t’aider à trouver une gardienne à la dernière minute ? Quand tu as des enfants c’est tout à fait possible d’avoir encore une vie sociale. Mais les choses doivent être prévues d’avance pour justement te permettre de t’organiser !

    Bref plus j’avance dans la lecture de ton article et plus je me dis que tu n’as vraiment rien compris !!!! C’est un peu comme si tu me disais, je conprends la famine au tiers monde, j’ai sauté mon repas du midi aujourd’hui !!!! C’est vraiment n’importe quoi ! Je te conseil de relire ton article quand tu auras eu des enfants….

    • Mélanie Marineau-Harnois

      Oh que j’aime ta comparaison avec la famine et le fait d’avoir sauté un repas… On pense pareil, madame 🙂

      • Josiane Hétu

        😉

  • Jessica

    .. Et dans quelques années , quand tu auras des enfants.. Tu auras un petit malaise en relisant tes propos…
    Je ne dis jamais a quelqu’un  » tu peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfants »
    Mais c’est Vrai.. Que vous le voulez ou pas..
    Juste d’aimer aussi fort et intensement un petit être qui depend de toi a 175% . Quand t’arrive le soir, apres ta nuit blanche au festival et ta journée de travail, tu peu mettre la switch a off et dormir jusqua lendemain. Ya personne qui depend de toi! . Quand tes malade , que t’as un mal de vivre tellement que tu feel pas, que tu te vomis les trippes, Guess what? Ton petit être lui a quand même besoin de toi! Si tous les mamans incluant nos mamans peuvent te dire que tu ne peu completement comprendre, c’est peut-être parce-que c’est vrai.
    On s’est toute déjà dis ça t’inquiète… Et on a toute eu un malaise en repensant a nos propos apres 3 mois de nuit blanches 😉

  • Gilles

    My god mesdames à vous lire c’est affreux d’avoir un enfant. Ce que je perçois dans vos propos c’est de la jalousie. Le texte que je viens de lire de l’auteure j’y vois au contraire de l’empathie, elle le dit bien qu’elle ne peu comprendre tout à fait par ce qu’elle n’a pas d’enfants mais qu’elle vous comprend. Et moi j’ajouterais à son texte une phrase que j’entends souvent.. bon je vais aller commencer mon deuxième chiffre…. sérieux vous comparez votre famille à un autre emplois?
    Autre chose, à vous lire, vous êtes mono parentale ou quoi. Votre conjoint il est où? Mais faut-il lui donner la chance aussi, la est la question. J’étais éducateur en cpe avant et souvent j’entendais la mère dire au père. Tu peux pas comprendre et le père de répondre de toute façon il y a juste toi qui a toujours raison.
    Bref je suis un homme sans enfants  » pas par choix » et je comprend très bien le point de vue de Janie. Jamais je ne vivrai votre joie d’être parents, la joie d’aimer et de se faire aimer à 175% mais je trouve très désolant de vous voir dénigrer un auteure par son texte qui d’après moi était plus un hommage à la mère et surtout à ces compagnes. Juste un petit mot pour terminer. Des amis c’est très important et ce faire dire à tout bout de champ toi tu comprend pas tu as pas d’enfants est un très bon moyen de les perdre à la longue.
    Bonne journée cher maman

  • Vickie Coghlan Daneau

    Et boy on se calme svp !!! J’ai lu le texte et on se calme les hormones. Je suis maman et je n’ai pas été offusquée par ses propos. Je comprend ce qu’elle veut dire, elle aussi à SES rêves, SES fiertés, mais elles sont différentes des nôtres PCQ les nôtres ont changées. Non tu peux pas comprendre complètement temps que tu l’as pas vécu même si tu essaie bein bein fort mais ca fais pas que tu peux pas essayer de comprendre.
    Ca fais pas de toi une mauvaise personne. Elle a dit tout haut ce que les personnes sans enfants penses tout bas, ca fais pas d’eux des moins bons amies pour autant. Quand ils auront à leur tour des enfants ils pourront sincèrement et profondément comprendre. Même moi parfois je me dis que mon amie qui n’a pas d’enfants doit être un peu tannée de m’entendre en parler, j’arrête donc et je lui demande de SES nouvelles et essaie de voir comment va SON quotidien. Bref thumbs up Janie.

  • Eric Devost

    Je trouve que les mamans ici mélangent « comprendre » comme éprouver de l’empathie avec « comprendre » comme « ressentir » la même chose. Ce sont deux choses. Pour connaître plusieurs couples ou amis sans enfants qui côtoient les nôtres et qui vivent des parcelles de leur vie avec nous et nos 3 petits, ils COMPRENNENT bien notre quotidien et notre réalité. Quand on les annule pour maladie, fatigue, mauvais timing ou quoi d’autre attribuable à notre rôle de parents, ils ne nous en tiennent pas rigueur et ne nous font pas sentir mal, pas plus que nous envers eux s’ils se doivent de nous faire faux bond pour d’autres raisons qui leur sont tout aussi valables. Quand on leur parle de ce qu’on vit comme quand ils nous parlent de leur vie, on s’écoute, on se respecte, on s’emporte de rire, on vie plein d’émotions ENSEMBLE et on se COMPREND. À vous entendre, ma blonde qui a accouché par césarienne ne peut pas comprendre la douleur de l’accouchement naturel. Ben crime bine, heureusement pour elle pis tant mieux! Elle ne l’a pas ressenti, mais comme les personnes sans enfant, elle peut le COMPRENDRE. C’est à croire que pour certaines personnes, le fait d’avoir des enfants les confèrent un rôle de suprême être vivant. Wooo… Slaque mon ami! Le fait d’avoir des enfants semble expliquer bien des mauvais pattern et des habitudes encroûtées qui dépassent la responsabilité qu’incombe des enfants. En tout cas, pour être de jeunes parents qui ont une vie sociale très active avec plusieurs amis sans enfant, on se sent extrêmement compris, bien entouré et nos enfants ont de l’or comme adultes autour d’eux. Et peut-être que la clé c’est qu’on ne leur dit pas qu’ils ne peuvent pas nous comprendre… On leur dit plutôt combien ils sont importants dans nos vies! On t’aime Janie 😉

  • Mélanie Marineau-Harnois

    Oh boy! Je crois que comparer UNE soirée de party (ou même deux ou trois dans ton année) où on est rentrée tard, qu’on a conduit toute la nuit et été au travail après avec plusieurs MOIS (années? selon le nombre d’enfants) où on a fait le party avec le bébé dans les bras, à l’entendre pleurer parce qu’il a faim ou mal, ou à se faire réveiller toutes les heures pour les mêmes raisons (la privation de sommeil est une sorte de torture dans certains endroits) à rester debout pour la routine du matin (encore une fois, selon le nombre d’enfants) et devoir continuer sa journée avec patience avec ce même bébé qui nous a gardé éveillée toute la nuit, et changer non pas 42 couches, mais peut-être 3-4 avant le diner, donner les biberons, faire le lavage des draps et pyj souillés, stimuler l’apprentissage etc., tout en pensant à ce qu’on va préparer pour le souper pour le reste de la tribu…. toujours avec patience, évidemment, c’est vraiment pas comprendre ce que c’est qu’être mère. Tu sais ce que c’est que ne pas dormir? HAHAHAHA
    Comparer la gestion de ta seule propre petite personne au quotidien (oh, est-ce que j’ai laissé la lumière allumée?) à la gestion d’enfants à l’extérieur de la maison : couches, whipes, lait, jouet de dentition, linge de rechange (pour bébé et pour toi parce que…), purées, ustensiles, autres jouets, matériel pour la sieste…..
    Les sujets de conversation? Hein, le dernier film au CINÉMA? Tes vacances dans le sud? Et l’énergie/ENVIE de sortir? L’ORGANISATION d’une mère de famille??? Les sorties de dernières minutes? euh…. je vais arrêter ça là.
    Parce que oui, on fait des efforts pour pas juste avoir des play-dates, pour décrocher, pour pas juste parler des enfants. Mais c’est aussi justement parce qu’on pense que t’es une bonne amie qu’on se permet de tout déferler ça sur toi et que tu vas nous aimer pareil. Que tu te sauveras pas en courant ou que tu ronchonneras pas. On aime ça être avec toi, amie sans enfant, mais on aime ça aussi être avec nos enfants. Ça apporte plein de sentiments, d’expériences et de câlins qu’on n’aurait pas autrement. Certains choisissent de faire carrière ou le party. D’autres choisissent d’avoir des enfants, avec tout ce qui vient avec.

    Je ne juge pas celles qui ont décidé que cette aventure n’est pas pour elles. C’est même sage de votre part de ne pas le faire si ça vous intéresse pas.

    Désolée pour ce long paragraphe, je ne suis vraiment pas d’accord avec cet article. Je dois vraiment pas comprendre ce que c’est que de pas avoir d’enfants…

  • Guillaume

    Sa doit être richard martineau qui a écrit sa… jamais rien lue d’aussi imbécile et vide de sens quand tu vas a ton festival a toronto ces pour t’amuser ta pris la décision de pas dormir pour avoir du plaisir quand tu dors pas a cause d’un bébé qui pleur dans tes oreilles ces pas pour le plaisir tu t’amuse pas tant que sa et ta pas 1 mois pour rattraper ta nuit blanche pcq sa revien a chaque jour mais ta surment raison tu sais exactement ce que ces….. pffff a la hauteur de journaldemouureal

    • Kakou Grenon

      Aaaah mon dieu que je suis d’accord avec toi !!!!

    • Jessica

      Parce que ton enfant tu l’as pas décidé??

  • Émilie

    Je prends le temps d’écrire puisque le sujet me touche.
    À mon avis, je crois qu’il est possible de comprendre la douleur puisqu’il existe des douleurs pire que l’accouchement. Par exemple les pierres aux reins… pour avoir vécu les deux, j’ai préféré l’accouchement( rires). Par contre, il y a certaines choses ici qui sont confondues et qui ne le devrait pas. En fait, en étant maman, nous tentons par tous les moyens de conserver notre vie comme tout le monde mais avec des enfants. Chaque enfant est différent et demande un temps différent. Oui le choix d’avoir des enfants est un accomplissement personnel et une carrière ou un objectif aussi. Mais il y a une démesure lorsqu’on les compare. Puisqu’un enfant ne peut être mis de côté ne serait – ce qu’un instant( je parle aussi dans nos décisions. .. il faut toujours penser aux répercussions sur eux). La difficulté qui incombe aux parents n’est pas l’organisation. Lorsque vient le temps de pouvoir penser à notre couple ou notre petite personne, il faut encore penser aux enfants. On adore tous nos petits mousses et c’est pourquoi il est si difficile de décrocher. Partir à la plage ou chez des amis… oui ça se fait on se lève plus tôt pour tout préparer mais … on ne peut mettre un enfant de côté. Il a besoin de nous. Il faut penser à l’heure du couché aux siestes, aux repas ( bien manger est important ). Tous les enfants ne dorment pas bien ailleurs. Certains ont besoin de plus de sommeil que d’autres. Si on les couche tard, ce sont les parents qui paient pour le lendemain, ils ne sont pas du monde. Recevoir les amis impliquent qu’ils faut aussi s’occuper d’eux.
    Enfin, on ne peut comparer puisque chaque personne a des besoins personnels différents et chaque enfant aussi.
    Ce qui est épuisant de nos petits êtres c’est plutôt qu’ils ont des demandes et besoins constants qui nous empêchent de penser à nous.( Quand c’est rendu que d’aller chercher du lait au dépanneur est notre moment de tranquillité dans une journée ) Nos besoins en tant que personne diminuent puisqu’ils ne sont jamais comblés par manque de temps ou simplement par fatigue) Les amis doivent comprendre que certaines activités ne sont plus appropriées pour des familles avec de jeunes enfants. S’ils comprennent réellement, ils organisent des soirées ou journées adaptées pour nous aider à souffler. J’ai la chance d’avoir ses amies qui me disent on va installer ton plus jeune dans la chambre du fond puisque le bruit le réveille. Pour les enfants on va faire un spaghetti pour les faire manger à 17h30. Même avec un homme impliqué, ils nous arrivent de dire ouff j’ai plus envie d’aller souper chez des amis je suis exténué et il n’est que 13h.
    Petite anecdote : Par manque de temps j’ai dû recourir à ma mère pour garder les 4. J’ai appelé après une heure pour savoir si elle était correct. Que l’on arrivait dans une heure tout au plus. Elle était déjà exténuée. 2h… c’est quand même incroyable non !? Hihi
    Sans méchanceté, quand on rajoute une sortie à tout ça oui c’est assez intense. Un enfant ça n’arrête jamais… JAMAIS sauf quand ça dort… ou fini par s’endormir! Hihi
    Certaines personnes comprennent réellement, d’autres non.
    Résultat : Nous savons qui sont nos vrais amis.
    Respecter le non avec ou sans enfants, accomoder les gens qu’on a vraiment envie de voir, tout est possible mais ça doit venir des 2 côtés.
    Avoir une famille oui c’est un emploi à temps plein. .. tout comme ça l’est pour celui qui veut atteindre un objectif de vie en dehors de la situation financière. Mais ces 2 projets nous tiennent assez à coeur pour y mettre tout ce qu’on a dans le ventre. Et le résultat est le même. On récolte ce que l’on sème!
    Bonne journée tout le monde 🙂 et sourire, ça change une journée ; -)

  • Eleynia

    Bravo pour cet article qui me parle beaucoup… certains commentaires me désolent toutefois. L’auteur de cet article essaye juste de comprendre ces jeunes parents, pas de se mettre à leur place, même si la comparaison avec le festival n’était peut-être pas le meilleur choix. Mais un peu d’empathie ca fait pas de mal.
    Certains font le choix de ne pas avoir d’enfant, pour d’autres c’est plus compliqué, y a des gens qui essaient depuis longtemps d’en avoir ou pire qui viennent de vivre une fausse couche, et vous entendre raconter 1000 fois votre accouchement ou vous plaindre sans cesse de ne pas avoir assez d’heures de sommeil, ca peut faire mal. Tout ce que ces gens souhaitent au fond, c’est vivre le même bonheur que vous un jour, mais comme ils n’ont pas (encore) d’enfants, ils essayent juste de s’intégrer à vos conversations en parlant de leur vécu. Car non ce n’est pas facile d’être la seule sans enfant dans un groupe d’amis et d’entendre parler à longueur de journée de couches, de biberons et de nuits trop courtes. Mais ces femmes sans enfants ne se plaignent pas, elles veulent juste continuer à faire partie de vos vies, comme avant quand vous n’aviez pas d’enfants. Est ce que c’est mal? Et pour terminer, je voudrais juste rajouter que ce n’est pas une compétition d’être plus crevé que quelqu’un d’autre et ce n’est pad un droit réservé qu’aux jeunes parents de dire qu’ils sont crevés. Chacun a sa vie et ses propres soucis… un peu de compassion s’il vous plaît

    • Véronique Harvey

      Merci beaucoup d’avoir été capable de lire entre les lignes, pour saisir le réel propos de ce texte 😉

  • Julie

    Comment dire… C’est bien la preuve que tu ne comprends rien du tout à ce que c’est être mère. Non, se lever nuit après nuit pour un enfant, ça n’a rien à voir avec faire le party et revenir aux petites heures. Tu as peur d’oublier le rond de poêle allumé et d’oublier la lumière éteinte? Moi aussi, mais je dois aussi penser à tout ce que je dois apporter pour mon kid (et le chat aussi, j’allais presque oublier le chat!). Tu as une amie exemplaire avec trois enfants qui s’arrange toujours? Tant mieux pour elle, mais visiblement ce n’est pas le cas de la majorité puisque tu t’en plains. Moi, j’ai une amie sans enfant exemplaire qui comprend que parfois, je suis juste trop épuisée pour sortir. Plutôt que de me le reprocher, elle m’offre de garder mes enfants pendant que je vais chez la coiffeuse pour que je puisse décrocher, justement. Et elle comprend que parfois, on va prendre un verre sur la terrasse à la maison avec les enfants autour plutôt que d’aller au resto parce que c’est juste plus simple. L’important, c’est d’être ensemble, non?