Avoir le déni de la trentaine, c’est…

trentaine-une

Dans un mois, je change de cap. Dans un mois, je « change de dizaines », comme on dit. Et honnêtement, j’en ai aucune envie ! Dorénavant, je devrai écrire 30 au lieu de 29…

Certains diront que ce n’est qu’un chiffre – certes – mais moi, je veux rester collée sur la vingtaine une fois pour toutes !

Oui, j’ai le déni de la trentaine

En fait, vieillir n’a jamais été une priorité et une nécessité pour moi. D’ailleurs, niveau physique, j’ai des cheveux blancs depuis belle lurette ! Avec humour, depuis plusieurs années, lorsqu’on me demande mon âge, je soustrais quelques (plusieurs!) chiffres pour plaisanter. Mais au fond, la trentaine me fait peur.

30 ans, c’est loin de 20 ! La vingtaine c’est réconfortant : c’est faire ses premières expériences de la vie, prendre ses premières grosses décisions, finir ses études, tomber plus sérieusement en amour, quitter le nid familial, devenir dépendante financièrement, voir ses amies tous les soirs, prendre 2-3 verres sans avoir mal à la vie le lendemain matin…

birthday-cake-380178_1920D’aussi loin que je me souvienne, à 30 ans, je me voyais avec nécessairement un enfant, peut-être deux (dont un issu d’une adoption), un emploi qui me fait sourire chaque jour, une belle petite maison avec une grande terrasse où recevoir mes amis, un amoureux qui rendrait la vie à deux un petit paradis de bonheur.

La réalité étant ce qu’elle est : pas d’amoureux, pas d’enfant, vie de condo… MAIS emploi et collègues en or.

Être née en 1986, c’est…

…c’est voir ses meilleures amies se marier, accoucher, s’épanouir avec leur famille et de les accompagner dans leurs weekends familiaux pour jouer avec leurs enfants et revenir seule chez soi, à 20 h, quand les enfants sont couchés. Cette réalité, je l’envie, même si elle veut aussi dire dormir 4 heures par nuit !

Être née en 1986, c’est être entourée de tes meilleures amies depuis 18 ans, mais c’est aussi moins les voir à cause de la routine enfant-boulot-dodo.

Être née en 1986, c’est aussi être invitée dans des partys de 30 ans à chaque semaine, ou presque, depuis janvier…

J’ai le déni de la trentaine par peur de perdre nos soirées improvisées, nos sorties de filles, nos discussions jusqu’aux petites heures du matin. J’ai le déni de la trentaine par peur de devoir dire adieu aux festivals et aux roads-trips improvisés, car prendre congé quand on le veut est plutôt difficile, maintenant…

J’ai le déni de la trentaine parce que j’ai besoin de quelques années de plus pour atteindre mes objectifs fixés jadis. J’ai besoin de quelques années de plus pour réfléchir si je suis bien ancrée, sur mon « X ».

Vivre le moment présent

Écrire cet article ne me réconcilie pas avec le fait que je vieillis, mais il me permet de constater que c’est dur de vivre le moment présent sans penser à hier, à demain, à tous nos rêves.

J’écoute des émissions à VrakTV, j’adore tous les films de Walt Disney et je porte des t-shirts de la princesse Ariel… 20 ans bientôt 30 ?! Oui!

girls-984154_192030 ce n’est qu’un chiffre et l’essentiel c’est d’être bien dans sa peau et d’être bien entourée. Merci la vie de me permettre d’être entourée d’amis formidables au quotidien. Rien autour de moi ne va disparaître, mais… au fond de moi…

Im just a kid…