Cyberharcèlement au féminin : pourquoi j’admire Pénélope McQuade

Cyberintimidation-une

Ce lundi, sur lapresse.ca, plusieurs artistes québécoises, dont Pénélope McQuade, ont dénoncé les agressions qu’elles vivaient au quotidien sur les médias sociaux. « Slut », « pute », « laide », « saloppe » et « frustée » sont des commentaires qu’elles reçoivent régulièrement… Jusqu’à 20 % du temps pour Pénélope.

Ça, c’est quand elles ne reçoivent pas des vidéos d’hommes se masturbant à la caméra…

Bien entendu, elles reçoivent aussi des tonnes de commentaires positifs à travers tout cela. Mais est-ce que leur choix d’être une personnalité publique rend plus tolérable la réception de ce type d’insultes? Devraient-elles se dire : j’ai choisi d’être connue, ça fait partie du métier?

Non!

Tout être humain a droit au respect et à la dignité et ce n’est pas son métier ou son sexe qui lui enlève ce droit. J’admire ces femmes de se tenir debout et dénoncer ces agressions.

Saskia Thuot, Julie Bélanger et Léa Clermont-Dion ont dénoncé à leur tour.

Léa Clermont-Dion, animatrice, doctorante et auteure a aussi reçu plusieurs messages violents à la suite de son documentaire Beauté fatale, diffusé à Télé-Québec. « T’es une pute, t’es une salope, vas te suicider, t’es vraiment une connasse. »

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais savoir qu’une personne est capable d’écrire un commentaire haineux comme celui-ci à une femme qui ne fait que son travail me donne froid dans le dos.

Malheureusement, les femmes à travers le monde sont victimes de beaucoup de violence.

Maintenant que les médias sociaux font partie intégrante de nos vies, la haine s’y invite et elle est parfois plus cruelle qu’en vrai, car l’intimidateur peut œuvrer en tout anonymat. Imaginez tout le pouvoir que ça donne à l’intimidateur… Faire du mal sans en assumer la responsabilité ni les conséquences.

Il y a là tout un terrain de jeu pour les adolescents intimidateurs ou les vieux loups œuvrant seuls dans leur sous-sol.

Il est primordial de s’attaquer à ce problème afin d’éviter que ce harcèlement mène à la détresse psychologique ou au suicide comme chez plusieurs adolescentes victimes d’intimidation.

Bravo Pénélope pour ton courage et merci de nous faire réfléchir en tant que société.