Croire en l’amour impossible teinté d’instabilité émotionnelle

amour-instabilité-gars

L’amour avec un grand «A»… j’ai l’impression de ne pas être apte à le vivre à nouveau. Malheureusement, je vis maintenant chaque nouvelle rencontre avec un cœur cicatrisé, blessé par les histoires à sens unique, assaisonnées de confiance démolie.

Oui, je crois avoir déjà connu et perdu l’Amour avec un grand A… mais après tout, quand est-on vraiment certain de ce qu’est l’amour véritable?

  • Est-ce un désir?
  • Est-ce un sentiment d’appartenance envers l’autre?
  • Est-ce être si bien qu’on accepte de donner une deuxième chance et d’essayer à nouveau?

Je vous ai déjà parlé de Monsieur S, le fameux gars-qui-ne-sait-trop-quoi-faire-de-votre-relation, armé verbalement de la phrase célèbre « On verra ». Eh bien, j’ai aussi connu Monsieur A : celui qui s’enfuit par peur de ses sentiments… avec une grosse touche d’instabilité émotionnelle!

Je vous raconte donc un second déboire amoureux avec ce Monsieur A, car ça n’arrive pas juste aux autres ces histoires-là. Eh oui, j’ai voulu croire (deux fois plutôt qu’une!) à cet amour impossible… mais en vain!

J’ai rencontré le gars (virtuel) de mes rêves !

Il y a un peu moins de 5 ans, je suis tombée sous le charme de Monsieur A, le gars de mes rêves, sur Réseau Contact. Poli, barbu, tatoué, aux bonnes valeurs… Wow ! Tout pour me plaire.

Le hic : une fillette en garde partagée une semaine sur deux, dont la mère lui en faisait encore voir de toutes les couleurs. Je n’avais pas de problème à rencontrer un gars avec des enfants (à notre âge, c’est même assez fréquent), mais c’était compliqué vu ses disponibilités, la distance et le fait que sa fille était sa priorité (ce que je comprenais, bien évidemment).

De plus, dès le premier jour, il m’a avoué qu’il ne voulait pas d’autres enfants, alors que le rêve d’être mère est ancré au plus profond de moi…

Quoi faire?

Pendant deux ans, Monsieur A et moi, nous nous parlions très souvent sur Facebook et on se découvrait des points en commun. S’en sont suivis plusieurs rendez-vous manqués, en raison de son emploi et de sa fille. On a fini par se voir… quand IL pouvait et le décidait. Mais, je tombais encore plus sous le charme, découvrant un papa aimant et un gars vibrant.

Pendant deux ans, on se disait que l’on devrait essayer, mais il n’était pas prêt à faire confiance de nouveau à l’amour et à faire entrer quelqu’un d’autre dans la vie de sa fille. Ça, malheureusement, je l’ai su que beaucoup plus tard, car comme plusieurs gars, il avait de la difficulté à parler de ses émotions.

De raison en raison, d’incertitude en incertitude, à force de me faire dire « je ne sais pas » à la question « es-tu prêt, maintenant, à ce qu’on se fréquente ? », j’ai lâché prise.

Lâcher prise est une chose qui s’apprend, oui, mais c’est tellement difficile à faire !

Pas juste en amour, mais dans la vie de tous les jours aussi ! J’ai donc décidé d’arrêter d’essayer de lui faire comprendre que j’étais là, que le temps arrange les choses et que s’il tenait à moi, il fallait qu’il s’ouvre et qu’il me donne un minimum d’attention. Parce que oui, on a besoin d’attention, nous, les femmes!

2016 sonna et j’ai finalement dit : « Adieu, barbu de mes rêves, je te supprime de ma vie »… et de Facebook! Plus de téléphones, plus de Messenger, plus de textos: j’avais fini de consacrer du temps à quelqu’un qui ne m’en donnait pas en retour.

ADIEU MONSIEUR A…!

Jusqu’au jour où…

Trois mois plus tard, alors que j’avais vraiment passé à autre chose, je reçois un message Instagram (Zut! j’avais omis de supprimer Monsieur A de cette application).

Je t’aime réellement […] passons par-dessus et si tu veux, on se voit dimanche et on essaie?!

Trois petits mots que j’avais attendus depuis bien longtemps et qu’il se décidait enfin à me dire, alors qu’il était trop tard.

Comme quoi, on se rend compte seulement de ce qu’une personne représente pour nous lorsqu’on la perd…

J’ai réfléchi, j’en ai parlé (merci à ma meilleure amie qui écoute et vis un peu avec moi toutes ces histoires amoureuses bizarres), j’ai surtout repassé presque 25 fois son message et les sentiments sont rapidement remontés (c’était l’homme de mes rêves, après tout!).

Alors, on s’est revus.

Il est venu me faire à souper, on a jasé, on s’est dit que ça valait la peine d’essayer et voilà, enfin, on se fréquentait ! À le voir ainsi, j’avais l’impression qu’il avait changé.

J’y croyais à nouveau

impossible-gars-amourPour Monsieur A dont la famille était finie, j’étais presque totalement prête à dire adieu à la maternité. Pour lui, faire une heure trente de route ne me dérangeait pas. Toute la semaine, il m’envoyait des messages avec des cœurs et me racontait ses journées comme il ne l’avait jamais fait avant. Chaque matin, je souriais en me levant avec son « Bonne journée xx ».

Puis, 14 jours plus tard, alors que nous avions prévu nous voir cette journée-là, plus rien. Plus de réponses à mes textos, plus de téléphones, plus de statuts Facebook, plus de Messenger. Plus rien!

Au plus profond de moi, je dois avouer que je m’y attendais. Peut-être est-ce pour cela que je n’ai pas eu tant de peine. Ça a toujours été comme ça entre nous : on se voit, puis, plus rien pendant quelques mois. Comment, du jour au lendemain, peut-on ne plus donner de nouvelles à celle qu’on aime… supposément ?

Je l’ai donc supprimé… À NOUVEAU!

Un mois et demi plus tard, le jour de mes 30 ans, Monsieur A est revenu au galop, m’avouant avoir des problèmes émotionnels. Il s’excusait et m’expliquait qu’il ne voulait pas faire un débat en répondant à mes messages (messages disant : « est-ce que ça va? »… Que débat?!).

J’ai su qu’il ne comprenait pas pourquoi je m’inquiétais, que pour lui ce n’était pas une priorité de me parler et qu’il n’avait jamais voulu avoir à nouveau une blonde à « temps plein ». Bref, il était sincèrement désolé.

Désolé de quoi ?

  • De m’avoir dit « Je t’aime » sans le penser, juste pour m’avoir dans ton lit ?
  • Désolé que j’aie cru que cette fois, tu avais changé ?
  • Désolé que tu sois instable émotionnellement et pas capable d’accepter avoir quelqu’un dans ta vie ?
  • Désolé que j’aie espéré que cette fois-ci, c’était pour de vrai parce que tu m’as dit je t’aime ?

Les filles, vos valeurs sont plus importantes que le gars qui essaiera de vous les faire oublier ou de vous imposer les siennes.

Vous êtes plus importantes que le gars qui ne se force pas pour vous.

Vous êtes plus importantes que celui qui te dit « C’est pas toi, c’est moi ».

Vous êtes plus importantes que celui qui ne te donne pas de nouvelles : s’il t’aime, il te le démontra sans que tu t’y attendes.

Vous êtes plus importantes qu’un Monsieur A…

Lâcher prise, c’est difficile, mais ça s’apprend. Pour moi, écrire m’a aidée à passer à travers cette relation amour-haine.

Merci La Journaliste !