Cannes – Xavier Dolan remportera-t-il la Palme d’or cette année ?

Xavier Dolan, PHOTO: Regis Duvignau, Reuters

Une fois par année, les yeux du monde entier se tournent vers Cannes. Acteurs et actrices de renommée internationale, ainsi que réalisateurs et réalisatrices de films cultes s’y côtoient, présentant leur plus récent chef-d’œuvre et espérant décrocher la plus haute récompense de cet art qu’est le cinéma : la Palme d’or.

Cannes, là où se déroule le plus grand festival du cinéma, est de retour pour sa soixante-neuvième édition. Et encore une fois cette année, le Québec est à l’honneur.

Le festival s’est ouvert le 11 mai avec la présentation du nouveau long-métrage hors compétition de Woody Allen, Cafe Society, qu’il est inutile de présenter tant ses films sont universellement connus : Annie Hall, Manhattan, Crimes et délits, ou plus récemment, Minuit à Paris.

Mercredi, les stars déferlaient sur le tapis rouge : les Blake Lively, Kristen Stuart, Naomi Watts, Justin Timberlake, Eva Longoria de ce monde en mettaient plein la vue avec des vêtements tous plus tape-à-l’oeil les uns que les autres.

Stewart, Allen, Lively PHOTO: Valery Hache, AFP

Mais bon, venons-en à ce qui nous intéresse réellement : notre réalisateur québécois chouchou, qui en est à sa sixième apparition à Cannes… Si vous ne l’avez pas compris, oui, je parle de Xavier Dolan.

On peut aimer ou ne pas aimer ses films, il n’en reste pas moins que sa feuille de route est plus que remarquable : 27 ans, six films à son actif, sixième invitation à Cannes… De quoi rêver!

Pour une deuxième année, après Mommy en 2014,  il revient en compétition officielle avec pour seul et unique but de décrocher la fameuse Palme d’or. Son film, Juste la fin du monde, sera présenté le 19 mai prochain. Il a été tourné à Laval et met en vedette de grands acteurs français : Marion Cotillard, Gaspard Ulliel, Léa Seydoux, Vincent Cassel et Nathalie Baye.

Juste la fin du monde

L’histoire est celle d’un écrivain qui, douze ans après être parti de chez lui, y retourne pour annoncer à sa famille son décès prochain. Jongler entre l’amour, la rancœur et les querelles est au cœur de son plus récent long-métrage.

Toutefois, Dolan devra se mesurer à de grosses pointures, tels les Almodovar et Sean Penn : en tout, vingt et un films sont en lice pour recevoir ce prix tant convoité.

Rappelons qu’il y a deux ans, Dolan avait remporté le prix du jury, ex-aequo avec un maitre du cinéma français, Jean-Luc Godard.

Un autre espoir québécois…

Cette année, Xavier Dolan n’est pas le seul réalisateur québécois à Cannes. Vous souvenez-vous du film Rebelle, nominé aux Oscars en 2013 dans la catégorie meilleur film en langue étrangère ? Le réalisateur Kim Nguyen nous plongeait au cœur d’une guerre civile en Afrique, mettant en scène la vie d’une enfant-soldat, de sa capture à sa fuite. Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous le conseille très fortement.

Nguyen revient en force et fera sa première apparition à Cannes avec son nouveau film Two lovers and a bear, non pas en compétition officielle, mais dans la Quinzaine des réalisateurs, qui sera présenté le 18 mai.

Two lovers and a bearLe long-métrage a été tourné dans le Grand Nord canadien, avec pour trame une histoire d’amour sur une base lunaire. Au Québec, le film devrait sortir sur nos écrans vers la fin de l’année.

Le Festival se terminera le 22 mai, jour où l’on dévoilera le grand gagnant de cette 69e édition. En attendant, au fil des jours et des représentations, analyses et rumeurs seront au rendez-vous afin de tenter de deviner qui sera l’heureux vainqueur.

Quoiqu’il arrive, Juste la fin du monde sortira sur nos écrans le 21 septembre prochain et espérons que le public québécois soit au rendez-vous, comme il l’avait été pour son film précédent…