Cancer du sein – Voici pourquoi il est important de s’impliquer

J‘ai récemment écrit à propos de ma grand-mère, qui a survécu à deux cancers du sein dans sa vie. Le cancer du sein a donc toujours été la cause soutenue chez les Mailloux.

Nous avons d’ailleurs fait la Course à la vie en famille, chaque année, de 2005 à 2015

cancer
À la Course à la vie en 2011!

J’ai cependant arrêté de m’impliquer dans la cause, un peu par « écoeurantite ». Où allait tout l’argent accumulé par ma famille? Est-ce que ça valait vraiment la peine?

Cette année, j’ai décidé de m’impliquer à nouveau, car j’ai vu les résultats de ces efforts au Forum de la Fondation du cancer du sein du Québec, auquel j’ai été invitée. Cet événement d’une journée, qui en était à sa deuxième édition, est un événement de vulgarisation scientifique dédié au grand public. On y abordait, par les projets de chercheurs, professionnels et autres spécialistes, les plus récentes avancées scientifiques et les possibilités de soutien pour les femmes victimes du cancer du sein.

cancer
(c) Éric Carrière

Quelques données sur le cancer du sein

  • 1 femme sur 8 aura un cancer du sein au cours de sa vie
  • 10% des cas de cancers du sein affectent des hommes
  • Au Canada, 1 femme sur 30 ayant un cancer du sein en décèdera
  • Le taux de mortalité dû à cette maladie a considérablement diminué depuis les années 1980
  • Cette baisse est due, entre autres, au programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), initié en 1998, et les avancées de la recherche

L’importance de la recherche

La Fondation a une mission double, soit de sensibilisation et de soutien, ainsi que de recherche.

J’ai l’opportunité de travailler avec des chercheurs dans le cadre de mon travail, mais il m’arrive tellement rarement d’entendre parler de recherche hors de ce cadre que j’ai vraiment trouvé le forum… rafraîchissant! Les chercheurs et médecins panélistes ont su réellement vulgariser les plus récentes avancées et nous donner espoir envers une possible cure à ce cancer encore trop présent.

Et détrompez-vous: l’audience était principalement composée de femmes ayant/ayant eu un cancer du sein et de leurs familles, et non de chercheurs et d’étudiants!

cancer
Super présentation sur des virus qui attaquent les molécules cancéreuses. (c) Éric Carrière

La prévention avant tout

Si ces chercheurs ont su montrer des pistes pour combattre la maladie, il reste que le plus important, et malheureusement trop peu valorisé dans la société québécoise à mon avis, est la PRÉVENTION!

Le PQDCS (mammographie tous les deux ans) vise les femmes de 50 à 69 ans. Par contre, le cancer peut attaquer à tout âge, comme l’ont démontré les cas des inspirantes ambassadrices de la Fondation, Nalie Agustin et Patricia Claude, toutes deux diagnostiquées dans la fin vingtaine.

cancer
Nalie Agustin et Patricia Claude, deux ambassadrices de la Fondation (c) Éric Carrière

Les filles, observez vos seins, et dès maintenant!

L’observation des seins est une des meilleures façons de remarquer un changement. Après tout, vous connaissez vos seins mieux que personne!


S’impliquer

Il y a plusieurs façons de s’impliquer dans la cause du cancer du sein, et l’une d’entre elles est la collecte de soutien-gorges Osez le donner!, qui a lieu jusqu’au 6 juin.

Pour chaque soutien-gorge, même usé, 1$ sera versé à la Fondation cancer du sein du québec!

cancer
Jonathan Roberge et Marie-Soleil Dion sont les ambassadeurs de l’édition 2018

Dans le passé, j’ai accumulé plus de 400 soutien-gorges en une seule année, c’est facile!

Encore plus facile: textez RUBAN ROSE au 80100 pour un don de 10$.