Travailler à temps plein et étudier : mission impossible ?

travail-etudes-une

Comme je vous l’avouais dans mon dernier article, je ne suis passionnée par rien: je ne ressens la vocation pour aucun domaine. Par contre, j’ai une diversité d’intérêts.

Ces intérêts m’ont d’ailleurs poussée vers ce que je croyais auparavant impossible : retourner à l’université… tout en conservant mon boulot à temps plein.

Oui oui, j’ai une vie malgré tout!

J’ai par contre choisi de commencer en douceur et de prendre une session d’études à temps partiel.

Meilleure. Décision. Ever.

Alors pour celles qui y pensent, mais qui hésitent encore, je vous partage 5 trucs qui m’aident à garder le cap.


Un agenda : cette âme sœur inséparable

agenda_fleur_retour_etudeD’abord, parce qu’il existe différents modèles sur le marché plus beaux les uns que les autres, et ensuite parce mon agenda me permet de me libérer l’esprit des petites et grandes occupations qui m’attendent jour après jour.

Bon. Je l’avoue. Je n’ai pas un, mais deux agendas.

  • Le premier s’appelle Google Agenda. Il me suit au boulot, sur mon téléphone et à la maison. Grâce à lui, je n’oublie aucune date butoir de mes projets au boulot, ou aucun anniversaire ou encore, aucune remise de travaux universitaires.
  • Le deuxième est un peu plus vieux jeu, il est en cuir et en papier et me permet de lister les différentes tâches à accomplir dans ma journée.

Bref, je n’ai pas une, mais deux âmes sœurs, qui ne me quittent presque jamais et qui diminuent ma peur d’oublier quelque chose…


Prévoir une journée de congé avant un examen

retour_etudesSi votre boulot le permet, prendre une journée de congé en prévision d’un examen, c’est vraiment la joie. Quand je peux me le permettre, je ressens vraiment la satisfaction de m’être bien préparée et, résultat: le stress diminue et la performance augmente !

En plus, juste le bonheur de passer un mardi habillée en mou à la maison, café à la main, ça en vaut la peine, hihi !


Planifier des moments de repos

On l’oublie trop souvent. Question de faire le vide et de revenir en force, je m’oblige à planifier, dans mon agenda, des moments de repos. Que ce soit une heure, une soirée ou une journée entière à faire autre chose que de travailler, étudier, ou faire le ménage: ça relaxe et ça fait vraiment du bien.

Comme le tout est bien planifié, je ne me sens pas coupable de regarder la télé ou de prendre un café avec une copine, car je sais que mes périodes de travail sont prévues à l’agenda.


Qui se ressemble, s’assemble !

Dans la mesure du possible, je tente de réaliser mes travaux d’équipe avec des étudiants qui ont un peu la même réalité que moi et qui ont un emploi à temps plein dans la journée. Disons que ça aide à trouver des moments pour bosser ensemble… et la culpabilité de ne pas être joignable dans la journée diminue.


Et surtout, lâcher prise…

relax_coffeeQuand la pression monte et que je me demande pourquoi, mais pourquoi j’ai décidé de retourner aux études, de bosser sur des travaux pratiques ou de lire des textes en caractère 8, en anglais… Je prends une grande respiration et je lâche prise.

Je me remémore les raisons qui m’ont poussé à prendre cette décision. Je me ramène à la base. J’essaie d’être polie avec moi-même et de garder à l’esprit que je fais ce retour aux études par intérêt, par plaisir.

Ça doit donc rester ainsi: du plaisir!