Soirée plus que parfaite avec Basia Bulat au Théâtre Petit Champlain

basia-bullat-spectacle-petit-champlain

Tsé quand tu as une super parfaite première blind date, la 2ème est presque (presque!) stressante et tu as un peu peur que tes attentes soient trop élevées…

Alors quand ta première date en question est Basia Bulat au bout du quai de Baie-St-Paul, seule au piano, sous un magnifique soleil dans le cadre du Festif, tu ne peux pas faire autrement que d’espérer beaucoup pour la 2ème rencontre.

En plus, quand ça se trouve à être le dernier arrêt de sa tournée, tu ne peux faire autrement que d’anticiper avec encore plus d’excitation ce moment là.

No pressure, hein!

La première partie de son spectacle présenté au Théâtre Petit Champlain, à Québec, fut assurée par Sam Patch (le projet solo de Tim Kingsbury d’Arcade Fire) où Basia a habilement joué la choriste. Très habilement même. Sam Patch a été excellent, mais à ce moment, j’avais encore plus hâte que Basia commence pour vrai.

Pis je n’ai pas été déçue!

Basia, dès ton arrivée, j’ai su que ça se passerait bien. Tsé le charisme… ben tu en as en masse. Et ça semble tellement l’fun de faire ton show que pendant 1 seconde, j’me suis demandé si mes skills au triangle pourraient être suffisants pour me joindre à ton groupe.

Bah, j’me suis finalement dit que je ferais sûrement mieux d’apprécier tranquillement le spectacle…

Aucun doute sur ton talent musical, by the way. Tous les efforts étaient là pour apprécier le folk de tes 4 albums (oui oui, 4!). Du piano, à la guitare acoustique ou électrique, en passant par l’autoharpe, le tambourin et même le charango… Tout avait l’air facile facile. Une voix pleine de chaleur, unique, du genre qu’on se rappelle bien.

Aucun doute non plus sur ta présence sur scène… la complicité avec tes musiciens, ton énergie pétillante et ton français un peu cassé. Bref, tout était parfait!!

Résultat: We can’t take our eyes off you!

On (ben du moins «je») en aurait pris encore et encore. Avec en plus le cover « Balade à Toronto » de Jean Leloup en rappel: comblée, j’étais.

Can’t wait for the third date!