Safari en Tanzanie : un séjour au cœur de la nature

Dans mon précédent article, je vous parlais de mes préparatifs pour mon tout premier safari et vous livrais quelques conseils pratiques pour le planifier. L’heure est maintenant venue d’entrer dans le vif du sujet : le safari en lui-même!

C’est en juin dernier que j’ai posé le pied en Tanzanie pour un séjour de 7 jours, qui s’annonçait inoubliable. Après une arrivée tardive à l’aéroport du Kilimandjaro et une nuit de repos bien méritée : direction les parcs, pour une immersion 100% nature.

Je vous livre donc tous les détails de mon séjour, jour après jour.

Karibu! (« Bienvenue » en swahili)


Jour 1 – Parc national du lac Manyara

Quelle belle entrée en matière pour un safari tanzanien! On y découvre toute la diversité de la flore du pays : alors qu’à ma sortie de l’avion, je m’attendais à voir des terres arides à perte de vue, j’ai été surprise par la forêt que l’on a croisée sur plusieurs kilomètres.

Quant aux animaux, ils ne se sont pas fait prier pour se montrer! À peine quelques kilomètres après le début de notre game drive, 2 lionnes nous ont fait profiter de leur sieste, tranquillement perchées dans un arbre.

Je dois avouer que passer sous l’arbre en question a été assez impressionnant!


Jours 2, 3 et 4 – Parc national du Serengeti

Sans aucun doute, le moment fort du séjour. C’est impressionnant comme on se sent toute petite au milieu de ce parc de 15 000 m2, dont l’écosystème s’étend jusqu’au Kenya.

En plus, notre séjour tombait pendant la période de la grande migration des gnous et des zèbres. Au total, ce sont plus d’un million d’animaux qui prennent la direction du Kenya.

Incroyable le nombre de fesses rayées que l’on a suivies!

Le petit plus dans le parc? Notre logement en tente aménagée en plein cœur du Serengeti, avec en toile de fond la lune, les étoiles et les bruits des animaux qui rôdent autour des tentes dans la nuit.


Jour 5 – Cratère du Ngorongoro

Là encore, le paysage est surprenant. D’en haut, la vue est plongeante et saisissante. Pour aller dans le cratère, une seule route est possible où les voitures sont en file indienne. Mais, arrivé en bas, on a vite fait de se trouver une piste moins fréquentée pour découvrir les 260 km2 du cratère et tous les animaux qui les peuplent.

La grande absente du Ngorongoro est la girafe, qui ne se risque pas dans les falaises.


Jours 6 et 7 – Parc national du Tarangire

Sans aucun doute, le meilleur parc pour voir des éléphants. Ils se déplacent souvent en groupe et plusieurs familles ont croisé notre chemin. Les girafes ne sont pas en reste non plus. On a même appris à différencier les mâles des femelles : les femelles ont des petites touffes de poils sur leurs cornes.

Nous avons passé notre dernière nuit dans un lodge à quelques minutes à peine du parc, là où un phacochère s’est offert une petite pause au bord de la piscine!

Je dois dire qu’après 7 jours de safari, on était presque rendues de vraies pros pour voir les animaux et les reconnaître! Quoique notre guide arrivait toujours à dénicher des animaux impossibles à voir pour nous, même avec des jumelles.


Sans hésitation, je retournerai découvrir les paysages d’Afrique un jour. Reste à faire un choix parmi toutes les destinations possibles!

Et vous, quelle sera votre prochaine destination safari?