La routine beauté de Lavender May

lavender-may-une

J’ai découvert Lavender May lors de son passage à l’émission Le Banquier. Je me suis dit « wow qu’elle femme! » Ses costumes, son charisme et sa beauté ont capté mon attention sur le champ.

Bref, j’ai découvert une artiste aux multiples talents

Aujourd’hui, je vous présente donc le portrait d’une jeune artiste burlesque / maquilleuse / coiffeuse / costumière / styliste… et j’en passe!

14054876_1113771168671877_1042526686_n
crédit photo: Edgar Delacroix

Tu fais de la couture depuis plusieurs années, mais qui t’a appris à coudre?

J’ai appris à coudre par moi-même. C’est drôlement arrivé. Ça s’est fait un peu par instinct, après avoir regardé ma mère réparer des vêtements à la main et avoir fouillé à maintes reprises dans le panier de couture de ma grand-mère. J’ai toujours été fascinée par les tissus. J’adorais créer des vêtements pour mes « Barbies » et par-dessus tout, j’aimais draper de vieux rideaux autour de ma première modèle, ma petite sœur, Karolane. J’ai fait ma première vraie création de couture à l’âge de 8 ans.

Je me rappelle particulièrement d’avoir été inspirée par ce morceau de tissu années 60, couvert de pois, appartenant aux cousines de mon père. Il était resté dans un vieux baril de draps durant toutes ces années. Je l’ai cousu à la « mitaine », directement sur moi, avant de descendre pour parader fièrement avec ma création. Par la suite, mes parents m’ont tout de suite encouragé dans ma passion en m’achetant une petite machine à coudre vintage rose et mauve, de marque Singer, dont je me souviendrai toujours.

Y a-t-il des vêtements ou des looks que tu regrettes d’avoir créés ?

Les regrets sont pour moi synonymes d’échecs et je n’aime pas voir la création comme un processus où il est possible d’échouer. Je crois que chaque « faux pas » en art te mène vers de meilleures idées, une meilleure compréhension et un meilleur contrôle de ton médium, ainsi qu’à l’éventuel développement d’une démarche artistique plus intéressante ou originale. Bien sûr, je préférerais ne pas avoir créé certains vêtements, mais pas à cause du look ou la honte d’avoir arboré un certain style aujourd’hui dépassé. Plutôt parce que j’y ai mis beaucoup trop de temps et d’énergie pour le voir finir sur une tablette poussiéreuse ou pour l’avoir donné aux pauvres sans jamais l’avoir porté.

14012959_1113770708671923_547360227_o

Quel cosmétique te fait penser à ta grand-mère ?

En fait, les cosmétiques me font beaucoup plus penser à mon grand-père, qui travaillait comme représentant pour diverses compagnies de maquillage. À l’époque, une de ses compagnies avait une gamme de produits Tinker Bell pour enfant. J’ai de très beaux souvenirs à m’amuser longuement avec des petits produits trop mignons à l’effigie de la fée clochette, avec des brillants et des étoiles de couleur lilas. C’est d’ailleurs de là que vient ma couleur favorite… lavande!

Jeune adolescente, comment imaginais-tu ton look à la mi-vingtaine ?

Hummm… J’ai changé de style TELLEMENT de fois. Encore aujourd’hui, je change de style tous les jours. J’aime toutes les époques et j’aime incarner des personnages. Pour moi, c’est une forme d’art que de surprendre les gens avec des looks complètements différents d’un jour à l’autre. Mes amis sont surpris de voir à quel point je saute du coq-à-l’âne, en matière de style, mais toujours en m’appropriant le look comme si ça avait toujours été le mien. Souvent, les gens qui me connaissent un peu moins ne me reconnaissent tout simplement pas… ou avec un certain délai… J’adore ça!

Quelles femmes t’inspirent, autant sur scène que dans la vie de tous les jours ?

Il y en a beaucoup et pour différentes raisons. J’aime les femmes qui s’assument, qui osent et qui n’ont pas peur de choquer. J’aime les femmes aux styles uniques, mais j’aime aussi la simplicité: tant que la femme est rayonnante de confiance dans ce qu’elle porte.

Crédit photo: Jonathan Racine
Crédit photo: Jonathan Racine

Une grande influence est Brigitte Bardot, la sixties insoumise. Je me reconnais dans son look femme fatale et femme enfant à la fois. Elle a osé briser les codes de l’époque en mélangeant les styles. La belle rebelle est l’emblème de l’émancipation des femmes dans les années 1960 et de certains de nos indémodables, tels que les ballerines, la robe courte et le mini-short, sans oublier le foulard noué dans les cheveux!

Pour continuer, « la femme de toutes transgressions », nul autre que Gabrielle Chanel. Le style libéré de Coco Chanel fut à l’avant-garde quant aux ports du pantalon et des cheveux courts. Son look « garçonne » a su conquérir les femmes dans les années 1920 et restera un classique intemporel.

Bon nombre de vedettes hollywoodiennes du temps, allant des années 30 aux années 50, furent aussi influente de mon style. On pense à Marlene Dietrich pour son élégance mystérieuse et son look impeccable, la pin-up et sex-symbole Betty Grable, Rita Hayworth pour sa grâce, sa féminité affirmée et son look vamp femme fatale. Sans oublier les grandes icônes comme Jayne Mansfield, Marilyn Monroe, Betty Page et Audrey Hepburn, pour n’en nommer que quelques-unes. D’un autre côté, je n’ai pas le choix de mentionner Iris Apfel, Diane Dufresne, Vivienne Westwood, Betsey Johnson, Lolita Lempicka pour leurs styles colorés et éclatés.

Quels vêtements ou accessoires te font sentir comme une femme fatale ?

La jupe crayon taille haute et une robe de soirée au dos ouvert sont les deux vêtements qui me font sentir le plus femme. Bien sûr, accompagné de jolis escarpins! Dans les accessoires, je dirais les chaussettes mi-cuisses et bas nylons vintages avec des porte-jarretelles, les gants, les chapeaux vintages et les bijoux.

lavender may-divanQuel est ton indispensable maquillage sur scène et au quotidien ?

Mon indispensable sur scène… Je ne saurais lequel choisir entre rouge à lèvres et faux cils. Et dans la vie de tous les jours, définitivement le crayon à sourcils.

À quel grand couturier aimerais-tu confier tes costumes de scène ?

Jean-Paul Gauthier.


Si vous avez envie d’en découvrir encore plus sur Lavender May, je vous conseille de suivre sa page Facebook, sa page Instagram et même d’aller faire un tour sur sa chaîne YouTube.

Je suis certaine que vous allez être aussi captivé que moi!