J’ai pris le bus avec 52 filles (hystériques) pour aller voir les Backstreet Boys

Crédit photo : Backstreet Boys

Nous sommes au début des années 90. Ma mère m’avait dit que je n’avais droit qu’à un seul et unique mur pour coller mes photos avec de la gommette.

À l’époque, je récoltais tout : les affiches, les cartes postales, les napperons… Tout ce que l’on pouvait trouver sur les BACKSTREET BOYS (ou de Nick Carter!!!!) dans les revues. Je les collectionnais et en tapissais mon mur de chambre. Il n’y avait plus d’espace sur ce mur : on ne voyait même plus la couleur tellement les 5 membres du groupe étaient omniprésents.

OUI, JE FAISAIS PARTIE DE LA GÉNÉRATION BACKSTREET BOYS, LE MEILLEUR BOYSBAND DE L’HISTOIRE, ET Je n’AI MÊME PAS HONTE de l’affirmer !

J’ai aussi pleuré toutes les larmes de mon corps quand mes parents m’avaient empêché d’assister à leur concert au Centre Molson, à Montréal, en 1997 ! Mais depuis, je me suis reprise… 3 fois plutôt qu’une !


53 filles et un bus

Après les avoir vu en concert avec les New kids on the block et au Centre Bell peu après la retour de Kevin, c’est dimanche soir au Festival d’été de Québec (avec une foule de plus de 100 000 personnes), que mon amour d’adolescence envers les BSB a littéralement refait surface.

Je ne peux passer sous silence l’hystérie collective provoquée par ce périple… en compagnie de 52 filles!

Nous sommes partis de la Rive-Sud de Montréal, en autobus, arborant fièrement nos chandails et surtout, prêtes à s’époumoner devant les plus grands succès des BSB.

Mention spéciale à notre chauffeur d’autobus qui a dû supporter en boucle leur CD éponyme, accompagné des cris stridents d’une cinquantaine de filles hystériques !

Le trip était vraiment génial : 53 filles rassemblées dans l’unique but de revoir leurs idoles de jeunesse et chanter à tue-tête les succès les plus pop (et kitsch) qui existent! En direction de Québec, l’excitation était palpable : on s’est toutes liées d’amitié et on partageais nos coups de foudre d’adolescente.

©Geneviève Poirier

Constat : Nick et Brian demeurent les plus populaires auprès de mes comparses alors qu’A.J. semble s’être démarqué avec les années et a monté les échelons.


Quand nos  »boys » sont montés sur scène…

Lorsque que les Backstreet Boys sont apparus sur la scène, personne dans notre section n’a pu s’empêcher de crier à tue-tête (majoritairement des filles) ! Définitivement, Nick (37 ans), Brian (42 ans), A.J. (39 ans), Howie (43 ans) et Kevin (45 ans), connaissent la recette pour faire lever une foule et récolter les cris et applaudissements.

On oublie rapidement les chorégraphies de danse plus ou moins élaborées et on laisse place aux souvenirs. Mais ça ne nous a pas empêché de crier à tue-tête lorsque Nick donnait ses coups de bassin à la caméra !

J’ai été impressionnée par leurs capacités (encore bien présentes) à chanter et à danser à la fois. Que dire d’entendre leurs VRAIES (!!) voix à l’unisson lors de All I Have To Give, offert en version acapella.

Bien sûr, en 20 ans, ils ont pris des rides et les années les ont rattrapés. La voix de Brian est devenue instable, à notre grande tristesse, lui qui était jadis un vocaliste parfait. Brian souffre de dysphonie de tension musculaire. C’est une condition qui fait en sorte que le son et la sensation de sa voix changent en raison de la tension musculaire autour des cordes vocales. Ainsi, sa voix brise quelques fois.

Somme toute, les Backstreet Boys ont un pouvoir d’attraction inébranlable, peu importe l’âge !

Il n’y avait pas de lipsynch et je peux vous assurer qu’ils savent encore chanter. Ils savent aussi nous émouvoir et ils savent encore comment demeurer immortels.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FFestivaldetedeQuebec%2Fvideos%2F10155338834447211%2F&show_text=0&width=560&source=8

C’est seulement qu’aujourd’hui, les filles qui avaient 10 ans en ont maintenant 30, et ont beaucoup plus de difficulté à se remettre d’un spectacle le lendemain (je suis rendue à mon 4e café!).

Nous étions aussi bien heureuse d’avoir notre propre chauffeur pour la route du retour…

Bref, on a crié, hurlé, dansé et même eu la larme à l’oeil devant les Backstreet Boys qui ont, selon eux, joué devant la plus grosse foule de leur carrière.

Merci à Groupe Voyages Québec et à Geneviève et Kelly de l’agence Club voyages Boislard Poirier de Saint-Hyacinthe pour l’organisation de ce périple de filles.

Psssit! Si vous voulez passer du bon temps, ils reviendront l’an prochain dans le cadre d’une tournée mondiale


Les Backstreet Boys en bref :

  • Le groupe s’est formé à Orlando, en 1993, alors que Nick n’avait que 13 ans.
  • Ils se sont inspirés de leurs idoles, les New Kids on the block.
  • Ils ont vendu plus de 133 millions d’albums à travers le monde, faisant d’eux le meilleur boysband de l’histoire.
  • Le nom Backstreet vient d’un célèbre marché aux puces d’Orlando, où se réunissaient les jeunes.
  • Leur premier album, sorti en 1996, a passé inaperçu aux États-Unis, mais a semé la folie au Québec et en Europe, propulsant ensuite leur carrière à l’international.
  • Tout a commencé en 1996, dans un centre commercial de Place Vertu, avec 5 000 admirateurs! Leurs premiers gros spectacles au Québec ont eu lieu à l’International des montgolfières et à l’Auditorium de Verdun.

Même Isabelle Racicot était de la partie pour saluer nos idoles de jeunesse !


PHOTO STEVENS LEBLANC (Journal de Québec)