La poutine au profit des troubles de la conduite alimentaire… eh oui!

poutine
La Bleu Parisienne du Centre Sheraton

La 7e édition de la Poutine Week aura lieu jusqu’au 7 février, et ce, à travers le Québec, et même le Canada! Attention aux résidentes d’Edmonton, Winnipeg, Toronto et autres, ce sera chez vous aussi!

La même formule qu’on aime est de retour: pendant une semaine, on peut déguster près d’une quarantaine de poutines différentes à travers le Québec et voter pour notre favorite.

La grande nouveauté, cette année, est une association qui m’a surprise au départ, mais qui est en fait toute naturelle:

La Poutine Week aura lieu pendant la semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires


ANEB Québec et le trouble de la conduite alimentaire

Toute la semaine, 1$ par poutine sera remis à l’organisme ANEB Québec, qui est l’acronyme d’Anorexie et Boulimique Québec. ANEB vient en aide aux personnes souffrant des troubles de santé mentale liés à l’alimentation.

oui, Il s’agit bien de santé mentale et plus de 300 000 Québécois(ES) sont à risque de développer un trouble de la conduite alimentaire

Avant de parler de poutine, clarifions ce qu’est un trouble de la conduite alimentaire. Incluant la boulimie et l’anorexie, généralement les troubles les plus connus, les TCA incluent « des habitudes alimentaires anormales, une crainte intense de prendre du poids et une grande préoccupation par rapport à l’image corporelle. » [ANEB]

poutineOn considère aussi plusieurs troubles non spécifiés, comme l’orthorexie, qui prend de plus en plus de terrain, bien malheureusement.

L’orthorexie se caractérise par une obsession de manger sainement. Généralement, la valeur nutritive du plat sera mise en premier plan et le plaisir de manger en second plan.


Et la poutine dans tout ça?

Il n’y a rien là, à manger une poutine. Par contre, on peut se poser des questions à savoir si on mange de la poutine:

  1. même si on n’a pas faim ou qu’on se force à la finir
  2. même si on n’aime pas ça
  3. quatre fois par semaine
  4. parce qu’on se sent obligées d’accompagner nos amis

Il y a présentement une large réflexion sociale sur l’alimentation et c’est tant mieux. On sort lentement des modèles de diètes qui rendent malheureuses ou malades, des corps « parfaits » et minces, au profit d’une vie plus saine, globalement.

mais C’est quoi, au juste, une « alimentation santé »?


Ma leçon nutritionnelle

J’ai vu une nutritionniste l’an dernier, pour me sentir mieux dans mon corps qui changeait. Je m’attendais à des recettes, à de longues listes d’aliments à prescrire, à devoir intégrer les maudits ‘superaliments’ dans mon quotidien. MAIS NON!

J’ai surtout appris qu’une alimentation santé, c’est principalement d’avoir un équilibre dans son alimentation: entre fruits et légumes/protéines/féculents; entre restaurant et repas maison; mais surtout, entre plaisir et besoin nutritionnel.

Mon cas n’est pas celui de vous toutes et ma petite leçon est fort simpliste pour les 17 000 personnes soutenues par ANEB Québec en 2018. Mais, dans ma petite vie à moi, elle a beaucoup changé ma vision de la nourriture. C’est pourquoi je ne vais certainement pas me priver de manger une poutine (ou deux!) cette semaine.


Une poutine pour se gâter

poutine
Dans le café-bar

Si vous devez manger une seule poutine cette semaine, je vous propose la Bleu parisienne, disponible pour 22$ au Café-Bar du Centre Sheraton. Oui, le restaurant de l’hôtel au centre-ville, le genre d’endroit auquel je pense trop peu rarement. Mais je vous garantis que vous y trouverez un service top notch!

Psssit! Si vous le pouvez, prenez une table dans la section de la très gentille Johanne!

La Bleu parisienne est une création d’Émile Tran, cuisiner au Centre Sheraton, qui a concocté ce délice dans le cadre d’un concours à l’interne pour la poutine week, un concept vraiment le fun!

La poutine est composée de patates jaunes, de patates bleues, d’oignons confits au caramel de balsamique, de saucisses de sanglier aux bleuets(!), le tout nappé d’une sauce à la bière noire au miel.

Et mon ingrédient favori : le cheddar à la Guiness… Wow!

poutineUn savoureux mélange de cuisine parisienne et d’aliments du terroir. Vraiment une belle façon de se gâter, qui disparaîtra du menu le 7 février. Et si vous n’avez pas trop faim, partagez-la plutôt que de la gaspiller ou de vous forcer!

Bonne poutine tout le monde!