Tout n’est pas noir ou blanc… il y a aussi la « zone nuage »

Photo : rawpixel.com sur Pexels

Je crois que nous sommes toutes à la recherche de la vérité absolue! Cette vérité serait pour nous synonyme de confort. Comme le bon parfum d’une tisane qu’on laisse infuser quelque temps, pour en goûter pleinement la saveur…

Tu vois le genre?

blanc

Mais la vérité absolue est un peu ardue à trouver… Parce qu’elle n’existe pas! Et ça, ça vaut pour à peu près tout dans la vie. Il n’y a rien de coulé dans le béton, si je peux dire ça ainsi. Croire que tout est noir ou blanc, c’est épuisant à la longue… La zone grise (ou la zone «nuage» comme j’aime l’appeler) existe aussi! Et c’est bien parfait.

Il faut accepter que tout n’est pas yes or no, le mot «peut-être» est dans le dictionnaire, lui aussi.

Bref, tout n’est pas bien ou mal, blanc ou noir, bleu ou rose…


La peur de l’inconnu

C’est certain qu’il est rassurant de savoir à quoi s’attendre… Mais si, pour une raison quelconque, la réponse n’est pas celle espérée, c’est décevant et même épeurant.

Alors, nous restons dans le traditionnel noir ou blanc. Celui qui, sans nous en rendre compte, nous afflige peu à peu. Parce que c’est la pensée du tout ou rien. C’est le refus d’accepter qu’entre les lignes de l’histoire, il y a des virgules qui se frayent un chemin. C’est une sorte de pause qui fait peur. Bref, c’est bien des affaires…

zone


Relax!

Mais je crois que nous devrions apprendre à l’aimer, cette zone «nuage». Car elle permet de prendre les bonnes décisions. Elle permet de mieux s’écouter, pour mieux avancer. Si elle pouvait parler, elle nous dirait sans doute de relaxer…. Et ça nous ferait du bien!

J’ai l’impression que le monde dans lequel nous vivons actuellement nous pousse constamment à courir. Il faut aller vite, toujours plus vite. Est-ce une course?

En fait, nous courons la tête baissée sans le savoir, parce que rien ne presse!

Parmi toute cette agitation, c’est compliqué d’apprécier les zones grises. Les zones qui t’amènent à réfléchir et à mijoter. Ils sont comme une mijoteuse, ces petits nuages : plus tu les laisses mijoter longtemps, meilleur est le goût.

NoirC’est chiant, parce qu’on doit attendre que nos petits plats sortent de ce maudit instrument de cuisine, mais une fois qu’ils sont prêts, nous sommes heureuses d’avoir patienté.

D’ailleurs, nous devrions toutes mijoter plus longuement… De cette façon, nos histoires auraient meilleur goût!

Bref, il faut savoir apprécier cette zone grise, qui nous permet de nous réaliser d’une manière fabuleuse… avec le temps!