Le jour où j’ai réalisé que je ne voulais PAS qu’il soit le père de mes enfants…

Je l’ai attendu pendant 3 ans. Puis, je l’ai oublié. Mais, les circonstances ont faites qu’il est finalement revenu dans mes bras, à ma grande joie. On vivait maintenant ce qu’on n’aviont jamais pu vivre jusqu’au bout, sans que personne ne se mette dans notre chemin, sans culpabilité et surtout, en toute simplicité.

je connaissais enfin le bonheur d’être 100% avec lui!

Je l’aimais, jadis, mais depuis qu’elle n’était officiellement plus dans sa vie, mon bonheur avec lui était plus simple et plus vrai. J’avais enfin tout ce que j’avais espéré avec impatience pendant 3 ans.

Mais, mon caractère s’est forgé avec les années…

Avant, il n’avait pas d’enfant. On envisageait donc l’avenir à deux, à trois, à cinq? Maintenant père, il ne sait plus s’il en veut d’autres. Et maintenant libre de toute relation, il ne sait plus s’il veut être entièrement à moi.

Chaque jour j’étais là pour lui. Je l’écoutais me raconter ses tristesses, ses batailles. Tout était devenu négatif et lourd. Chaque fois. J’ai donc commencé à ne plus répondre au téléphone, à ralentir le temps de réponse à ses textos, à m’éloigner sans savoir réellement quoi lui dire.

Il me reproche donc de ne pas vouloir lui parler, de ne pas vouloir prendre du temps pour lui, de ne pas être là pour lui. Bref, des manipulateurs, il en existe plus que l’on pense. Mais cette fois-ci, 3 ans plus tard, je vois clair dans son petit jeu.

Et c’est arrivé…


Rêver d’être maman

J’ai toujours voulu un enfant. J’idolâtre le jour où j’apprendrai que je porte enfin la vie. Bref, célibataire ou pas, un bébé j’aurai!

Et c’est arrivé.

Mes règles ne venaient pas, j’étais en retard. De beaucoup. Je me suis réveillée en pleine nuit pour calculer et c’est à ce moment précis que j’ai compris que je ne voulais PAS que ce soit LUI le père de mes enfants.

Jamais je n’aurais pensé que la première fois où j’achèterais un test de grossesse, ce serait en espérant ne pas y voir apparaitre deux lignes bleues…

Et que si ça avait été le cas, je savais déjà que je ne l’aurais pas gardé!