Mon accouchement (EXTRA)ordinaire

C’est fou à quel point on peut se faire une image mentale de la grossesse, de l’accouchement et de la maternité… et avoir tout faux! C’est du moins ce qui s’est produit pour moi.

  • Comme ma mère avait pris beaucoup de poids durant ses deux grossesses, je pensais enfler comme une baleine… mais non! Je n’ai même pas pris 20 livres.
  • Comme mon chum et moi sommes grands et étions de gros bébés, je m’attendais à avoir moi aussi un gros bébé… mais non! Un petit 7,4 livres.
  • Comme je trouve nono de souffrir inutilement, je prévoyais prendre l’épidurale… mais non! Je n’ai pas eu le temps.

Je vous raconte…


Induction

J’avais rendez-vous à l’hôpital le 16 janvier au matin pour une induction (me faire déclencher, en des termes plus simples), car j’avais déjà dépassé ma date de 6 jours. À 8h du matin, ils m’ont donc inséré un gel qui a pour but de dilater le col de l’utérus et ainsi déclencher le travail. À ce moment, j’étais seulement dilatée à 1.

Normalement, la procédure veut que l’on reste une heure à l’hôpital, le temps que le gel fasse bien effet, puis ils nous renvoient à la maison jusqu’à 16h, heure à laquelle on doit revenir pour un suivi.

Dans mon cas, je ne suis jamais retournée à la maison, car au bout d’une heure, j’ai finalement crevé mes eaux!

Une chance, parce que j’étais tellement en douleur que je ne pouvais même pas m’imaginer rester assise 15 minutes dans l’auto pour retourner chez moi…

Bref, ils m’ont assigné une salle d’accouchement vers 10h et j’ai demandé l’épidurale sur le champ. Comme j’étais dilatée seulement à 3, à ce moment, l’infirmière m’a conseillé d’attendre encore un peu, pour ne pas ralentir mon travail. Elle m’a donc proposé d’aller prendre un long bain chaud et de réévaluer la situation par après.

Je m’exécute donc, non sans protester, et je ressors du bain vers 11h, toujours avec la même requête :

Donnez-moi l’épidurale, quelqu’un, avant que je ne commette un meurtre!


Je vais mourir!

Devant mon air désemparé, l’infirmière décide de vérifier où j’en suis rendue… Je n’oublierai jamais la face qu’elle a faite à ce moment précis et la phrase qui a suivi :

Alors Véronique, tu es rendue à 10 et le bébé est engagé, alors on n’a pas le temps pour l’épidurale, c’est l’heure de pousser!

C’est à ce moment que je réalise que je vais devoir pousser « à froid » et la panique s’empare de moi!

Je ne peux pas, impossible! OMG, je vais mourir…

Heureusement, mon chum avait amené son sang froid avec lui, alors il m’a fait un pep talk digne des plus grands motivateurs de ce monde et m’a redonné confiance en mes capacités.

Comme la médecin était en salle d’opération à ce moment, j’ai commencé à pousser avec l’infirmière. Mais heureusement (ou malheureusement, c’est selon), je poussais trop bien et le bébé sortait plus vite que prévu. C’est alors que l’infirmière m’a demandé de renverser la machine et de retenir mon bébé jusqu’à l’arrivée du médecin!

Oui oui, vous avez bien lu : elle voulait que je garde en dedans mon bébé qui voulait sortir à tout prix… ce qui est encore plus difficile que de le pousser (qui offre un certain soulagement).

J’ai donc souffert à contenir mon bébé qui voulait sortir pendant plusieurs contractions, jusqu’à ce que la médecin arrive enfin. Avec elle, j’ai littéralement poussé quatre fois et à 12h09, j’avais mon bébé dans les bras.

Oui oui, vous avez bien lu : ils m’ont inséré le gel à 8h, alors que j’étais dilatée à 1, et quatre heures plus tard, mon bébé était né!

Comme l’accouchement s’est fait naturellement, la rémission a été beaucoup plus simple, douce et rapide. Ainsi, une heure plus tard, j’allais aux toilettes par moi-même, je ramassais mes effets personnels dans la salle d’accouchement pour prendre possession de ma chambre, je changeais la couche de mon bébé et lui donnais le biberon.

My God que le corps humain est bien fait!


Chance/malchance

Je crois donc que j’ai eu de la chance dans ma malchance, car non, je n’ai pas réussi à avoir l’épidurale comme je le souhaitais, mais au moins, tout s’est passé hyper vite, alors je n’ai pas souffert trop longtemps…

Bref, je suis bien contente d’avoir accouché 100% naturellement, mais la prochaine fois, je vais EXIGER l’épidurale en arrivant à l’hôpital, car je ne veux pas revivre ça une deuxième fois!

Et vous, épidurale ou non?