Maman pendant 10 jours : 5 choses que j’ai apprises sur les enfants

enfants cover
Photo by Jason Rosewell on Unsplash

Dernièrement, j’ai eu (la chance?) de garder un enfant de 11 ans pendant 10 jours. Ce n’était pas le chaos, je n’ai pas eu de break down, tout va bien, il était gentil. Fiou…

Mais, j’ai compris en partie cette phrase qu’on entend si souvent « Tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfants« . Et si ce parent ne le dit pas à voix haute, il le pense très fort en te jetant un regard de tueur, quand tu lui dis :

Voyons, pourquoi tu ne sors jamais avec nous les soirs de semaine? T’es vraiment plate!

Ainsi, dans ce court 10 jours, j’ai été en quelque sorte la maman d’un enfant et… je lève mon chapeau à tous les parents du monde (toi aussi, mom!). Bref, j’ai décidé de faire une liste du genre: « Tu vas comprendre quand t’auras des enfants ».


1- L’heure du couché n’existe que dans un monde imaginaire…

Si la mention « vas te coucher » se fait à 20h30, il aura envie de te montrer quelque chose de cool à 20h31, il aura soif à 20h35, il aura envie de pipi à 20h39, il va te conter sa vie à 20h42, il aura faim à 20h46, il va te poser une question qui nécessite une réponse longue à 20h51, il va encore avoir envie de pipi à 20h57 puis à 21h il va peut-être finir par se coucher…

Selon le mythe, l’heure du coucher est respectée uniquement le 3e jour du mois, si la lune est enlignée avec Jupiter. Bonne chan’!


2- Chaque enfant pourrait facilement écrire un recueil d’excuses bidons de 600 pages

Y’a pas seulement les professeurs qui en entendent de toutes les couleurs. Les parents aussi. En hiver, ce sera le palmarès des excuses pour ne pas porter les bottes ou le manteau. En passant par « Je sais pas sont où » jusqu’à « Ouais, mais c’est laid ».

Cré-moé, c’est toi qui va être laid avec ta grippe pis un shooter de Buckley!

N’oublions surtout pas toutes les excuses pas possibles pour expliquer pourquoi il a oublié un 56e plat Tupperware à l’école.


3- Un petit Claude Poirier sommeille en tous les enfants

Il ne va pas te sortir que des excuses, mais aussi des arguments bétons (selon lui) pour aller dormir chez son ami un mardi soir, manger des chips pour déjeuner ou acheter ce fameux jouet hi-tech à 200$.

Par la suite, c’est l’heure des négociations féroces et interminables, jusqu’à ce que tu pètes une coche. C’est à ce moment précis que tu reçois un regard piteux du genre

Ben voyons, j’ai rien fait, pourquoi t’es fru?!

Voici l’arme fatale parentale pour mettre fin aux argumentaires: « Parce que, c’est comme ça! »


4- La loi 60-5-2 : 60 minutes de ménage, 5 minutes d’admiration, 2 minutes pour briser le rêve

Voilà, tu te donnes à fond pendant 60 minutes de ménage, d’époussetage, de balayeuse, de « la maison va ressembler à une photo du magasine IKEA ». Tu admires le résultat pour un bon 5 minutes à te féliciter d’avoir mis autant d’efforts. Puis, le diable de Tasmanie miniature passe par tous les étages pour foutre le bordel avec des bébelles qui traînent partout. Et ce, en seulement 2 petites minutes!

Selon une étude non scientifique, le risque de pétage de coche grimpe de 200% lorsqu’un parent marche sur un maudit bloc Lego à m*rde


5- Quand les enfants dorment, c’est une bénédiction

Je pourrais vous mentir en disant à quel point c’est cute un enfant qui dort, mais ce n’est pas ça LA bénédiction. Nenon. Je parle plutôt du moment où il est dans son lit et que tu peux enfin binge watcher une série sans te faire déranger aux 3 secondes, et ce, après avoir gossé pendant 30 minutes pour qu’il aille se coucher.

C’est aussi ce moment où le silence total est possible, ce moment où tu peut être égoïste sans te sentir mal et manger un sac de chips complet sans avoir à le partager.


Je suis certaine que n’importe quel parent à temps plein pourrait ajouter une tonne d’autres points…

Mais aussi des points positifs, parce qu’il y en a… évidemment!