Les vraies lucioles ne s’éteignent jamais

Malgré les années d’amitié qui nous unissent, je n’avais jamais pensé m’inquiéter autant pour toi. Te voir, mon amie, tenter de recoller ta vie comme on recolle les fragments d’un miroir m’a fait rendre compte à quel point on ne soupçonne pas la force qui dort au fond de chaque personne…

Même de celle que l’on croit si bien connaître!

Photo Joshua Sazon

Comme une avalanche, ta vie s’est mise à débouler à une vitesse folle. Trop folle pour que l’on puisse tenter de l’apprivoiser et lui demander de te donner un break, deux minutes, le temps de reprendre ton souffle.

Sur l’échelle des événements stressants d’une vie d’adulte, tu as remporté le top trois dans le même concours!

J’avais beau garder mon sang-froid et te dire de ne pas t’en faire, jamais je n’aurais changé de place avec toi! En fait oui, l’instant de quelques jours, pour que tu puisses dormir un peu et moi, prendre quelques décisions à ta place. Mais, j’aurais exigé qu’on s’entende sur une date de retour à nos vies respectives.


La luciole étourdie!

À quelques mois d’intervalle, tu as perdu :

  • ta maison et tout ce que tu détenais dans les flammes,
  • ton chum au profit d’une autre que tu croyais être une « amie »,
  • ton rêve de famille en partageant ta fille, ta princesse, une semaine sur deux,
  • tes repères des quatorze dernières années,
  • la foi… jusqu’à croire que tu étais devenue folle!

Je t’ai vu fondre mon amie, même ton ombre cherchait une courbe ou un mini bourrelet pour se rattacher à toi. Comme si tu voulais disparaître…

Tu m’as dit à plusieurs reprises que tu ne traverserais pas cette tempête. J’y ai cru moi aussi, mais je savais qu’au fond de toi dormait une guerrière. Toi, que l’on surnomme « soleil » depuis 20 ans, tu as cessé de briller. Moi, planté là, impuissante devant l’immensité de ton malheur, je n’ai trouvé qu’une phrase à te dire :

Parfois, dans la vie, il faut tout détruire pour mieux reconstruire!

Et c’est à ce moment, sans que tu ne t’en rendes compte, que j’ai aperçu cette lumière dans tes yeux. Une luciole étourdie a surgi de ton regard anxieux.

Photo Luca Iaconelli

Pendant des années, j’ai refoulé en moi le besoin de te dire que cette relation que tu idéalisais tant te menait droit vers un mur. Que la luciole qui brillait en toi devenait de moins en moins scintillante. Mais en amitié, il faut parfois se taire et plutôt préparer la colle pour recoller les pots cassés.

La vie s’en ai chargé à ma place… sans gants blancs, comme si elle en avait assez elle aussi de te voir passer à côté du bonheur!


La guerrière reprend du service!

Depuis plusieurs semaines, tu reprends ton quotidien. Tu as trouvé ton futur nid pour t’installer avec bébé luciole. Dans toute cette reconstruction, tu as découvert dans ta princesse une guerrière, comme toi. Malgré la douleur de le voir reconstruire sa vie dans ce qui était pour toi, il n’y pas si longtemps, « votre rêve », tu as retrouvé le sourire… et quelques kilos en plus!

La guerrière en toi a repris du service!

Photo Akin Parker

Ce matin, j’ai reçu l’appel que j’attendais depuis plus d’un an! Le sourire dans la voix, tu m’annonces que Monsieur X que tu fréquentes depuis quelques semaines, celui qui te fait sourire et te regarde avec douceur, est maintenant officiellement celui qui occupe ton cœur!

À ce moment même, je traversais le pont qui surplombe le lieu de ton ancienne vie. Le soleil brillait à nouveau! J’ai regardé au loin et j’ai compris que la vie ne t’avait pas laissé tomber, que la vie ne laisse jamais tomber ceux qui s’y accrochent

…et que les vraies lucioles ne s’éteignent jamais!