Les mini-maisons, vous connaissez ?

Je l’ai souvent dit, si je n’étais pas journaliste, je serais probablement agent immobilier. Pourquoi ? Parce que j’adore le design et l’architecture, mais je n’ai malheureusement aucun talent artistique en ce sens.

Ainsi, vendre des maisons serait un bon compromis pour baigner dans le milieu immobilier, sans devoir dessiner

Comme je gagne ma vie avec les mots, j’ai donc travaillé pour des magazines de décoration et d’architecture pendant de nombreuses années. Ceci me permettait de satisfaire ma soif de design.

Au fil des ans, j’ai découvert plusieurs firmes d’architecture québécoises, dont certaines pour qui j’ai eu de véritables coups de cœur. Je pense entre autres à Bourgeois / Lechasseur Architectes, qui « conçoit des projets contemporains inspirés du Québec et des Îles-de-la-Madeleine ». Je craque pour leurs volumétries et leurs jeux de lumière !

Photo : page Instagram Bourgeois/Lechasseur Architectes

De plus, j’adore l’approche de la firme _naturehumaine : « Restreint ou spacieux, modeste ou luxueux, chaque projet porte la capacité d’être extraordinaire ». Tellement vrai !

Photo : page Instagram _naturehumaine

Les mini-maisons

C’est aussi dans les magazines que j’ai découvert les mini-maisons, cette tendance qui fait de plus en plus de bruit au Québec.

Le concept : maximiser le confort dans un minimum d’espace

Photo : page Instagram Cabane

En effet, la mini-maison moyenne possède une superficie de 300 pi2. On est loin des 2 300 pi2 de la maison moyenne des années 2000 (selon la Canadian Home Builders’ Association)… Mais, elles sont astucieusement aménagées pour exploiter pleinement leur volume habitable. C’est ainsi dire que tout est hyperfonctionnel à l’intérieur comme à l’extérieur.

Psssit ! À noter que certaines mini-maisons sont sur fondation fixe, tandis que d’autres sont sur roues, selon vos goûts et vos besoins.

Alors que certains choisissent d’en faire leur résidence principale, pour ma part, la mini-maison m’intéresse principalement à titre de chalet. Tant qu’à avoir un beau terrain en campagne, mieux vaut profiter du grand air et de jouer dehors, plutôt que de s’enfermer à l’intérieur… non ?

Photo : page Instagram Cabane

Pour arriver à tout faire fitter dans un si petit espace, il faut user de stratégie… et d’imagination. Heureusement, plusieurs architectes très créatifs ont relevé le défi, car on retrouve sur le marché une foule de concepts de mini-maisons fort originales, dont celui de Cabane, une jeune entreprise de Québec qui offre des options sur mesure pour les adeptes de tiny house.


L’autoconstruction

Dans mon entourage, plusieurs amis et connaissances se sont lancés dans l’autoconstruction, dernièrement. Que l’on parle de maison, de chalet ou de mini-maison sur roues, gérer soi-même son projet de construction est très avantageux financièrement et aussi très gratifiant.

Photo : Umanoide, Unsplash

Toutefois, l’autoconstruction comporte de nombreux risques !

Tout d’abord, il faut se demander si vos connaissances et votre expérience sont adéquates pour gérer un projet d’une telle envergure ? Ensuite, on doit prendre en compte la localisation, les plans et devis, les permis, les budgets, etc. Bref, pour tout savoir et éviter le pire, consultez l’article qui suit sur Les défis de l’autoconstruction.

Sur ce, je retourne fouiner sur les sites de design pour m’inspirer tout plein !

***
Cet article est commandité par Énergir,
mais les opinions exprimées sont les miennes