Le Royal : un « garden party » musical et gastronomique… unique!

Le Royal

À mon arrivée à l’événement Le Royal, à l’Île d’Orléans, j’ai eu l’impression d’avoir été invitée à un garden party dans une famille royale!

Just like a movie!

Accueillis nous fûmes (je sors mes grands temps de verbe pour l’occasion) avec un coquetel de bienvenue! Oui madame! Ça commence drôlement bien!!

Mais c’est quoi le Royal, vous interposez-vous?!

Une soirée célébrant à la fois les 15 ans du FME et les 25 ans de Cassis Monna et Filles. Je n’ai jamais eu l’occasion de rouler pendant d’innombrables kilomètres (seulement 866 km en fait selon Google Maps) pour assister au FME en Abitibi. Alors, quand celui-ci s’est déplacé à ma porte (presque!) je ne pouvais pas rater ça.

Le Royal-Cassis Mona et Filles

Tout ça se passait donc à l’Île d’Orléans, dans la magnifique cour arrière de Cassis Mona et Filles, pour une soirée musicale, mais aussi gastronomique.


Une belle brochette d’artistes

Les Hay Babies ont ouvert le bal (ou le garden party pour être plus précis) de superbe façon! Égales à elles-mêmes, attachantes et énergiques. À l’extérieur, sous le gazebo, mais aussi sous le soleil!

Un merci sincère à l’accalmie de pluie en ce week-end gris.

Le Royal-Jesse Mac Cormack

S’en est suivi Jesse Mac Cormack en solo, tu seul avec sa guit dan’ grange. Ça ne pouvait pas être plus simple que ça, mais c’était vrai, authentique, brut. Devant un public, ma foi, très attentif. C’était parfait!

Le Royal-Louis Jean CormierY’a de ces endroits où tout devient magique. Laissez-moi dont vous dire que Louis-Jean Cormier avec un coucher de soleil et des semi-retrouvailles avec Stéphane Bergeron de Karkwa (qui a pris place à la batterie pour 2 tounes), ça, c’est magique. Believe me!

Pour paraphraser Louis-Jean, on s’en criss un peu de la performance quand on est à l’improviste. On mise davantage sur la qualité du moment.

Ben moment ET performance il y a eu, for sure!

Retour à la grange avec Julien Sagot. Changement de registre. Un peu plus… éclaté, je dirais. Quasi ludique comme musique. En fait, disons que c’est « différent ». Un son assez unique qu’on aime ou qu’on n’aime pas.


Le clou de la soirée

Finalement, Patrick Watson était sans l’ombre d’un doute le clou de la soirée, la cerise sur le sundae, le coup de grâce… Name it!!

Le Royal-Aliocha

Aliocha a d’ailleurs été victime en perdant une partie du parterre qui a plutôt préféré faire la file afin d’avoir une bonne place dans la grange. Dommage car c’était excellent. Un petit quelque chose dans la voix d’Aliocha semble nous transporter à une autre époque musicale.

Live, c’est même meilleur que l’album. J’ai adoré.

Quand on parle de moment magique, j’pense qu’on peut dire qu’un spectacle de Patrick Watson dans une grange centenaire en fait partie! Encore une fois (nope ce n’était pas ma première!), Pat Wat nous a amené dans son univers planant et envoûtant. Les attentes étaient élevées, mais on n’a pas été déçues.

Le Royal-Patrick Watson

Ça fonctionne à chaque fois!


Première édition réussie

C’était fascinant de voir l’atmosphère qui régnait au Royal… Un mélange de respect, de zénitude, de festivité et de communauté. Bref, une première édition très réussie. Je me croise les doigts pour que ce ne soit pas la dernière.

Faudrait pas se gêner pour célébrer les 16 et 26e anniversaires du FME et de Cassis Monna et Filles respectivement.

Le Royal-gazebo

En tk, moé chu game!