L’ARTISTE BEHIND… Julie P, designer d’intérieur

Julie est une fille déterminée et dynamique. Elle a toujours le sourire aux lèvres, peu importe la situation! Âgée de 37 ans, elle est native de Val d’Or, en Abitibi. Elle a un amour inconditionnel pour son chat, son paddle board, la plongée sous-marine…

et son métier!


Qui es-tu?

J’ai quitté le « pays des maringouins géants » à 17 ans pour aller étudier le design d’intérieur à Montréal. Et je fais ce métier depuis 17 années (OMG!). Je suis une artiste rêveuse et passionnée par la beauté des espaces et des objets. J’aime que tout soit pensé, harmonisé, fonctionnel, pratique et beau à regarder. Je suis une fille simple, souriante, sportive, qui aime la nature, son chat et les voyages.

Elle a visité plus de 16 pays!


Un peu plus sur elle…

À 15 ans, je savais que je voulais être designer d’intérieur. Je n’aimais pas assez les math et la physique pour devenir architecte, donc l’autre option était la bonne. Je ne me suis jamais vu faire autre chose. Je me trouve chanceuse d’avoir trouvé ma voie si jeune. Mes parents m’ont toujours supporté dans mon choix de carrière, peu commun pour une Abitibienne de souche.

Lorsque j’étais enfant je m’amusais à déplacer les meubles de ma chambre tous les mois! J’ai toujours été attiré par la couleur, les arts plastiques, etc. Quand est venue l’inscription au Cégep, je n’ai jamais hésité et je n’avais pas de 2e choix. À la fin de mon cours, j’ai travaillé dans une quincaillerie grande surface, dans la section des cuisines. J’ai vraiment trippé! Mais je ne travaillais que 15h par semaine, donc j’ai fait parvenir mon CV à une ébénisterie et c’est ainsi que ma carrière de cuisiniste a vraiment débutée… pour ne plus s’arrêter.

Encore aujourd’hui elle ne se voit pas faire autre chose!


Pourquoi as-tu décidé de te lancer en affaires?

Je me suis lancé en affaires, car je n’étais plus heureuse chez mon ancien employeur. J’étais totalement dévalorisée et côté salaire, il y avait énormément de promesses non tenues… Ça a miné mon moral, je pleurais tous les matins avant d’aller travailler, donc au fil du temps s’en est suivit un arrêt de travail. J’ai arrêté de pleurer instantanément et c’est à ce moment-là que j’ai pris une grande décision : j’allais bâtir ma propre entreprise en services de design d’intérieur et j’allais me spécialiser en cuisine et en salles de bain!

L’autre raison qui m’a poussée à me partir en affaires, c’est que je me suis rendue compte que les clients venaient à moi sans que j’aie à les chercher. Étant sur le chômage, j’ai eu l’opportunité de participer au programme du STA (soutiens au travailleur autonome), ça équivaut à 1 an de chômage (35h au salaire minimum). Je devais faire ma formation en démarrage d’entreprise (AEC) et faire des rapports de mon évolution tous les 3 mois. Les affaires allaient vraiment bon train…

J’ai eu de gros contrats, dont le restaurant La Maison de Débauche, la cuisine du maire de Trois-Rivières, le chalet de M. Bonneville (des Industries Bonneville) et c’était parti pour Julie P Designer!

Ça va faire 5 ans en janvier et elle avoue sans hésitation que ç’a été le meilleur moove de sa vie!


Qu’est-ce qui rend ton entreprise unique?

Ce qui me distingue : mon 17 ans d’expérience, ma personnalité, mon écoute, mes 3D, ma renommée. Je suis ouverte d’esprit, je n’impose jamais mes idées, je suis versatile, car je peux créer des décors de tous les styles. Je suis la magicienne de l’espace! J’adore me tenir au courant des nouvelles tendances et technologies, et j’aime explorer tout ceci au cours de mes nombreux voyages.


Où te vois-tu dans le futur?

Dans l’avenir, j’aimerais offrir un service de designer virtuelle, afin de faire profiter un plus grand réseau de clientèle et pouvoir travailler peu importe où je me trouve dans le monde : conciliation travail/voyages!

Psssit! Vous pouvez voir ses créations sur son site internet : juliep.design