Mon « jeune vieux couple » à moi

Photo : Milan Popovic, Unsplash

L‘été dernier, j’ai voulu tester le dicton « loin des yeux loin du cœur ».

Pour vous mettre en contexte, cette année fut une grande année en réalisation personnelle. J’ai réalisé mon plus grand rêve, qui était de faire un voyage de coopération internationale en Afrique, et j’ai célébré mon dixième anniversaire d’union avec mon copain.

En 2009, vous m’auriez dit qu’à 26 ans je fêterais mon dixième anniversaire de couple et je vous aurais ri au visage. Je ne croyais pas en l’amour avec un grand A. Maintenant, je sais que ça se développe…

L’amour est une force calme de la nature

Je ne sens plus le besoin de crier sur tous les toits ou sur les réseaux sociaux mon amour. Je sais qu’il est là, il me suit chaque jour de ma vie. Et m’éloigner de lui m’a permis de chérir encore plus notre relation.

L’amour, c’est la liberté de laisser à l’autre l’espace qu’il a besoin pour réaliser ses projets personnels.

Nous avons bien des projets de couple, mais également des projets individuels.


Question de support

À mon avis, afin de pouvoir être en mesure d’aimer quelqu’un d’autre, du moins de bien l’aimer, nous nous devons de nous aimer nous-mêmes. Nous devons être en mesure de définir ce qui nous définit : nos désirs, nos ambitions, nos passe-temps, nos forces et nos défis personnels.

Il est normal de ne pas toujours avoir les mêmes projets, mais l’important est de respecter l’autre et de le supporter dans ses ambitions et ses désirs.

Un autre ingrédient à notre recette est la confiance. J’ai confiance en mon couple, en lui et en moi. Même si je sais que je me trouvais à des milliers de kilomètres, je faisais confiance à Sébastien. J’avais des choses à vivre, tout comme lui.

Pendant que je vivais l’aventure la plus déstabilisante de ma vie, il a vécu un grand changement professionnel. C’est la vie! Nous avons assez confiance en l’autre pour ne pas toujours vivre dans la crainte lorsque nous ne sommes pas ensemble.

Certains diront que je suis crédule, mais je réponds simplement que non. Je traite mon fiancé comme je désire l’être par lui. Je suis moi, il est lui et ensemble nous sommes un tout.

Nous avons traversé des orages, mais nous l’avons fait main dans la main

Notre relation n’est pas parfaite. Elle évolue au même rythme que les saisons. Je ne suis plus la même qu’à 16 ans. Il n’est plus le même qu’à ses 16 ans. La petite maison dans la prairie avec les deux enfants et le chien n’est plus forcément notre projet de vie principal.


Entre amour et amitié

Photo : Toa Heftiba, Unsplash

Être en relation avec la personne que l’on considère comme son meilleur ami, c’est des fous rires assurés, des discussions profondes et d’autres qui n’ont tout simplement aucun sens. Si les gens pouvaient assister à nos moments de délires, je pense que nous serions perçus comme des fous! Avec lui, je retrouve mon cœur d’enfant et lui commence à parler plus facilement de ses émotions.

Nous sommes fondamentalement opposés, tout en étant identiques

Chaque année, je me demande si l’amour prédomine sur l’amitié dans notre relation. Nous devons trouver l’équilibre, notre équilibre.

Pour revenir au dicton « loin des yeux, loin du cœur », je dirais qu’il n’est pas totalement vrai. Pour être honnête, je ne me suis pas ennuyée de mon fiancé avant la moitié de mon périple. Par contre, cela ne veut pas dire que je n’ai pas pensé à lui. Tout simplement que j’étais plongée dans mon projet et que je le vivais à fond.

Il m’a lui aussi dit ne pas s’être ennuyé de moi dans les premières semaines…

Il m’a permis de devenir la personne que je suis actuellement. Je considère donc qu’il me suit toujours dans mes folies, et ce, peu importe où je suis dans le monde.

Bref, je suis partie pour mieux apprécier ce que j’avais à la maison, ce qui m’attendait à mon retour !