Ode à la méméttitude: je suis jeune et j’agis en mémé

mémé granny

Un million d’articles sont sortis sur le fait d’agir comme une mémé, alors qu’on est dans la vingtaine ou la trentaine.  Et si vous avez cliqué quand même sur cet article, vous faite sûrement de la méméttitude. J’en fais aussi.

J’ai mon côté fluffy sucre en poudre et mon côté plate plate plaaaaate comme une motte de bouette!

J’ai attrapé cette maladie infâme dès mes 18 ans (tsé l’âge où tu brûles tes fausses cartes pour enfin vivre la vraie grosse vie sale dans les bars). Aujourd’hui, à 23 ans, je me lève à 5h20 am pour le travail et me couche à 21h. Je vais à l’épicerie à 14h et je consulte les circulaires (sur une application, on est quand même en 2016!). J’aime aller lire dans un café et écouter des films les vendredis soirs dans le confort de mon salon.

mémé netflix


Mémé se fait du fun pareil

« Voyons, pourquoi tu te saoule pas? Pourquoi tu viens pas veiller avec nous? T’as pas envie d’avoir du fun? »

C’est probablement ça… si je ne vais pas dans les bars, c’est que mémé n’aime pas avoir du fun. Toute forme de joie est proscrite. No alcool, no fun. Sarcasme.

Quelqu’un m’a déjà dit que la phrase « j’ai pas besoin d’alcool pour avoir du fun » était une excuse de m*rde.

Et à moi de répondre (dans ma tête…): « bon yeu, ta vie doit vraiment être plus plate que la mienne s’il te faut absolument un verre dans le nez pour trouver du plaisir dans tes journées ». Je suis déjà assez folle de même, pas besoin d’alcool pour dire des niaiseries.

Noooo thank-e youss

mémé lady


Mémé sort parfois

Clairement, cette fille n’a jamais posé son tchu sur le banc d’un bar. FAUX!

Elle l’a fait! Un p’tit cocktail sur le side en fin de soirée, ben oui pourquoi pas. Il m’arrive de boire, mais avec modération. Finir une soirée saoule morte, c’est pas dans ma To Do List. Je vais aussi au resto avec des amis, on s’organise des soirées sushis ou des soirées potluck, on s’en va faire du plein air, se promener en ville, on jase autour d’un café, on va déjeuner/bruncher. C’est pénard, mais au moins, j’ai jamais eu à dormir en cuillère avec une toilette, un arrière goût de Vodka Vomis dans la bouche…

Mais, mémé n’a jamais reproché aux p’tites jeunesses de se faire du fun dans les bars


Mémé la solitaire

Grosse veillée organisée samedi prochain, oh yeah! Mais je souhaite secrètement que le tout soit annulé pour rester chez moi et clancher des épisodes de Orange Is The New Black, évachée dans ma pile de coussins, pour m’endormir vers 23h max. (Prochaine saison le 17 juin… ne me cherchez pas, je serai à Netflix Land).

Des fois je vais seule au cinéma. Je suis allée au resto seule, j’ai magasiné seule, j’ai même voyagé seule et… j’ai survécu!


Mémé est quand même cool

À défaut de ne « jamais avoir vécu ma jeunesse », comme on me le rappelle souvent, je suis heureuse dans la vie. J’aime mes moments de solitude autant que j’aime sortir sans pour autant me péter la face à coups de shooters.

Je baille déjà à 19h, je lis avant de me coucher, j’aime prendre ça relax les vendredis soir, je préfère les pubs tranquilles que les bars à dancefloor, j’adore faire de la popotte, j’écoute Cuisine Futée Parent Pressé et L’Épicerie tous les jeudis, j’ai 850 chandelles chez moi et 3200 coussins.

Bref, j’ai une méméttitude et j’en suis fière!

mémé cool