J’ai fait une fausse couche

Maude Colin- fausse couche

Cet été, mon fiancé et moi avons pris la décision de commencer à essayer de concevoir. Ce n’était pas encore un projet très sérieux, mais ça faisait longtemps qu’on en parlait.

Loin de penser qu’on y arriverait du premier coup, on a tranquillement commencé à prendre de moins en moins de précautions…

On vivait une période difficile, on était très affectés par ce qui me semblait être des évènements indépendants de nous. On avait besoin de se retrouver, de prendre du temps en amoureux, loin du train train quotidien.

On s’est donc réfugié sur notre plage. Bercés par les vagues, sous le soleil couchant, on a décidé de se laisser aller…

mais Quelques jours plus tard, il m’a laissé.

Maude Colin- fausse coucheJe me suis longtemps demandé POURQUOI?

Ce qui me semblait être des événements indépendants, des problèmes qui ne nous concernaient pas, nous affectaient finalement plus que je ne le pensais. La pression de tous ces grands projets qu’on avait n’a sûrement pas aidé…

Quand tu prévois te marier et avoir des enfants, ça passe ou ça casse!


Des changements

Au début, l’absence de mes règles ne m’inquiétait pas tant. J’ai mis ça sur le dos du stress.

Mais les semaines passaient et de nouveaux symptômes faisaient leur apparition… Mes odeurs corporelles avaient changées (ou bien mon odorat était dérangé). Mon goût l’était aussi, dérangé. Moi qui aimait tant l’odeur du café, le matin, elle me donnait maintenant la nausée.

J’ai décidé de lui en parler, parce qu’à mon sens à moi, c’est quelque chose qu’on devait gérer « ensemble ».

C’est un souhait et un acte qu’on a fait « ensemble ». Pour moi, il allait donc de soi que les décisions à suivre devaient se prendre « ensemble ».

Mais, je me suis plutôt fait insulter… et pas que par lui, par sa famille aussi!

On m’a traitée de menteuse, de manipulatrice et on m’a crié d’aller me faire avorter.

Je ne le reconnaissais plus. Pourquoi pensait-il que je lui mentais? Qu’est-ce que ça m’aurait donné de mentir à ce sujet? Ce n’était tellement pas une façon de le retenir…

Il y avait quelque chose qui se passait dans mon corps et on en était tous les deux responsables. J’ai eu un maigre espoir que cela nous permette de rester amis, mais c’était irréaliste. Au minimum, je m’attendais donc à ce qu’il soit présent pour ce qui concerne notre bébé, rien de plus.

Bref, qu’il prenne ses responsabilités.


Les complications

J’ai eu des hauts et des bas. J’ai essayé de lui pardonner et Je lui ai trouvé mille excuses…

Puis, un matin, je me suis réveillée avec des crampes tellement intenses, je pensais que j’allais mourir. Je me suis rendue à l’urgence, où on m’a traitée comme un cas prioritaire.

Après une batterie de tests, on m’a finalement renvoyée chez moi. On m’a dit que ce serait comme des menstruations, mais plus douloureuses…

toutefois, Personne ne m’a dit que je devais me préparer à donner naissance à un minuscule petit bébé!

J’étais encore dans mon premier trimestre. Je n’avais même pas pensé à ça.

J’étais seule chez moi quand c’est arrivé… et ce n’est pas que je n’ai pas essayé de le rejoindre. Mon père aussi a essayé de le rejoindre. Il n’en avait rien à faire, il ne voulait plus de ce petit bébé.

Maude Colin- fausse couche

Bien que chaque femme vivra sa fausse couche différemment, ça n’en demeure pas moins un événement traumatisant.

Sur le coup, je ne savais pas tellement quoi faire avec mon bébé. J’ai décidé de le mettre dans une petite boîte de bois pour éventuellement l’enterrer. Je lui ai donné un nom et je l’ai pris en photo.

Ç’a été ma façon à moi de gérer la situation… seule.


Soutient et empathie

Mon médecin m’a confirmé qu’une femme sur quatre expérimentera une fausse couche au cours de sa vie. C’est plutôt courant et pourtant, si peu discuté…

Et si on en parlait plus, croyez-vous que les gens seraient mieux outillés pour nous venir en aide?

Maude Colin- fausse coucheSurtout, résistez à l’envie de porter des jugements hâtifs :

Ce n’était pas encore un vrai bébé!

Tu en auras un autre!

C’était pour le mieux!

La fausse couche peut avoir des impacts majeurs sur la santé mentale. alors, Laissez la maman vivre son deuil.

Offrez-lui plutôt votre soutien, votre écoute et soyez empathiques!