Fini le gaspillage alimentaire, moi j’adopte Bon’App

Bon'App-gaspillage-alimentaire

Tout le monde le sait: le gaspillage alimentaire, c’est pas bien! Et pourtant… c’est tellement facile de remettre (encore) à demain le jour où on commencera finalement à faire du compost.

Moi, je ne souviens même pas du nombre de fois où j’ai entendu les mots : «Finis ton assiette!» à l’heure du souper. Et qui n’a jamais oublié un vieil aliment moisi au fond du frigo?

BEURK!

Avec toute la surconsommation qu’il y a aujourd’hui, il y a de quoi désespérer…

31-Bon'App-gaspillage-alimentair40-Bon'App-gaspillage-alimentair

47-Bon'App-gaspillage-alimentair
3-Bon'App-gaspillage-alimentair

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, il y a plein de façons de s’améliorer!

Récemment, j’ai découvert Bon’App, une start-up montréalaise qui vise à réduire le gaspillage alimentaire et j’ai accroché tout de suite.

Comment ça fonctionne?

Bon’App, c’est facile. Si vous achetez trop de bananes et que vous vous rendez compte que vous n’allez pas utiliser tout votre stock, il suffit de le déposer dans un panier à l’un des points de chute Bon’App à Montréal où d’autres visiteurs pourront venir les chercher pour les utiliser à votre place.

À l’inverse, si vous avez besoin de quelques pommes en plus pour votre compote, vous pouvez faire un tour au panier le plus proche afin de trouver ce qui vous manque.

Bref, vous vous débarrassez de ce que vous ne voulez pas et vous récupérez ce qui vous intéresse

Tout le monde y gagne!

Bientôt, il y aura même une application où vous pourrez indiquer ce dont vous n’avez plus besoin (ou ce que vous cherchez) pour savoir si vos besoins sont complémentaires à ceux d’autres utilisateurs et… c’est gratuit!

moineau-Bon'App-gaspillage-alimentaire

Il y a déjà des points de chute au:

#PratiquezLabondance

L’idée derrière Bon’App, c’est de changer notre relation avec la nourriture. D’abord en apprenant à reconnaître quand il y a un surplus dont on n’a pas besoin (après tout, on gaspille parce qu’on peut se le permettre!) et ensuite, en réussissant à faire plus avec les aliments qu’on a déjà. Comment? En utilisant les aliments qu’on allait jeter pour faire quelque chose de délicieux à la place!

Des vieilles fraises ratatinées, c’est pas très attrayant… mais c’est parfait pour les smoothies! C’est ce que Bon’App appelle «Pratiquer l’abondance». Le but? Partager plus et gaspiller moins.

Si vous partez en voyage, c’est une excellente façon de vider le frigo!

bananes-Bon'App-gaspillage-alimentaireSur le site de Bon’App et sur leur Facebook, il y a plein de trucs donnés par des chefs ou des nutritionnistes pour utiliser vos vieux aliments…

D’où ça sort?

Jenny-Bon'App-gaspillage-alimentaireBon’App, c’est l’idée d’une jeune montréalaise, Geneviève Rousseau, qui a fait des études au HEC en développement durable. Elle a remarqué que plusieurs pays comme l’Allemagne et la France (vous avez déjà entendu parler des légumes moches que plusieurs épiceries vendent à rabais? Ça existe ici aussi avec SecondLife maintenant!) luttaient déjà contre le gaspillage alimentaire et elle s’est dit qu’il était grand temps qu’un projet existe à Montréal. Avec Alexandre Vanier, elle a fondé Bon’App pour tenter de s’attaquer au problème.

Pour bientôt…

Pour le moment, le projet de Bon’App, c’est d’avoir une application mobile et 5 frigos où il sera possible de déposer des fruits et légumes partout à travers Montréal. Éventuellement, il pourrait aussi exister des frigos et des points de chute dans des résidences étudiantes, des espaces de coworking… il y a plein de possibilités!

La prochaine fois que vous passerez par un pointe de chute, vous savez ce qu’il vous reste à faire : déposer vos légumes mal-aimés, profiter de l’endroit (pour un café ou une gourmandise) et repartir avec quelque chose que vous allez vraiment manger!

Bon’Appétit!