La fois où j’ai eu envie de danser au musée…

Déambuler dans un musée avec les Beatles, les Rolling Stones ou encore Robert Charlebois dans les oreilles, les yeux rivés sur des œuvres d’art revendicatrices, des photos datant de la fin des années 1960, ou encore des extraits vidéo de Woodstock :

c’est ce que propose le Musée des Beaux-Arts de Montréal avec son exposition Révolution

Tirée du titre de la chanson des Beatles, écrite en 1968 et qui s’inspirait des contestations politiques à travers le monde, Révolution propose un tour d’horizon des différents mouvements, mais aussi, des transformations majeures qui se sont opérées et qui ont tracé les grandes lignes de notre société actuelle.


Un nouveau souffle : les années 1960

Linda McCartney (1941-1998), Les Beatles chez Brian Epstein, 1967. Photo © MPL Communication. Reproduit avec l’autorisation de Paul McCartney

Alors que les années 1950 sont qualifiées d’ennuyantes aux États-Unis et qu’en Angleterre, on se remet tout juste de la guerre, les années 60 voient apparaitre un nouveau mouvement: la contre-culture.

Marquée par un rejet de l’autorité, mais aussi, par l’arrivée des drogues récréatives, la fin des années 1960 est un terrain de jeu pour les musiciens, les artistes, les designers, les auteurs et les réalisateurs.


Retour vers le passé

Vous entrez donc dans une pièce aux lumières tamisées et vous devenez ce jeune Londonien, qui déambule dans la rue, entrant ici et là dans une boutique de vêtements, chez un disquaire ou encore, dans une librairie.

Exposition Révolution, MBAM

Si aujourd’hui, vous n’y voyez rien d’extraordinaire, c’est qu’à l’époque, les jeunes n’avaient pas accès à ces lieux…

Dans la pièce suivante: archives vidéo, affiches et slogans font la promotion de la défense des droits civiques. On voyage en France avec Mai 68, en Chine avec la Révolution culturelle, aux États-Unis avec les manifestations contre la guerre du Viêtnam et pour le droit des femmes et des homosexuels, puis au Québec avec Octobre 70.

Harlem Peace March
Builder Levy, 1967. Londres, Victoria and Albert Museum. @ Builder Levy

La visite est agrémentée de discours, notamment du célèbre « Vive le Québec libre! » du général de Gaulle


Coup de coeur : Woodstock!

Exposition Révolution, salle Woodstock

Des écrans géants font défiler des vidéos prises de cet énorme festival, qui a eu lieu en 1969 et qui a attiré une foule de 500 000 personnes. Des coussins jonchés au sol permettent de prendre une pause, se coucher et se laisser porter par cet instant surréel.

Révolution se termine finalement avec le début de la société de consommation comme on la connait aujourd’hui, avec la naissance d’Internet et de la conscience environnementale.

Cette dernière partie, plus critique, montre bien les revers de ces progrès

Pierre Ayot (1943-1995), Ma mère revenant de son shopping, 1967, MBAM, don de Madeleine Forcier. © Succession Pierre Ayot/ SODRAC (2017). Photo MBAM, Giles Rivest

Mon verdict?

Une excellente exposition qui saura ravir autant les nostalgiques que les plus jeunes.

À la fois divertissante et instructive, Révolution fait assurément partie des expos à ne pas manquer cet automne!