L’endométriose : ce n’est pas juste dans la tête!

IMG_3088

L‘endométriose, on en entend de plus en plus parler, mais c’est quoi cette maladie?

L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche de 10 à 20% des femmes, autrement dit : 180 millions de femmes dans le monde!

Malgré tout, c’est une maladie silencieuse dont on entend très peu parler… Et pourtant, cette pathologie est un véritable combat quotidien pour celles qui en sont atteintes. Le problème est que les médecins n’arrivent souvent pas à déceler l’endométriose dès le début, malgré des douleurs persistantes qui évoluent au fil du temps chez la patiente, qui vit alors un enfer!

asdrubal-luna-485688-unsplash
Photo asdrubal luna, unsplash

Les cellules de l’endomètre, qui s’écoulent normalement par les menstruations, vont migrer anormalement par un autre chemin et se déposer sur les trompes, l’appareil urinaire, l’appareil digestif et parfois même, à un stade plus avancé de la maladie, sur les poumons. Les cellules vont alors provoquer des lésions et des kystes, un peu comme un cancer avec ses métastases.

Sauf que l’endométriose est une maladie chronique, mais curable.

marlon-lara-1169091-unsplash
Photo marlon lara, unsplash

Le combat d’Edith Filliet

Edith a développé sa maladie à l’âge de 14 ans! Avant de savoir qu’elle souffrait d’endométriose, pendant plusieurs années, elle a vu plusieurs médecins sans jamais recevoir de diagnostic concluant.

Selon les docteurs, c’était le stress ou même des douleurs normales de menstruations. Elle explique alors:

Je montrais mon corps et mon derrière à maintes reprises, lors des consultations, en espérant recevoir un diagnostic. Mais, chaque fois, c’était négatif ! On ne me trouvait aucune maladie, aucune anormalité. J’avais l’impression de devenir folle, mais au fond de moi, je savais que j’avais quelque chose, que je devais continuer mon combat!

jacqueline-day-619822-unsplash
Photo jaqueline day, unsplash

Elle raconte son quotidien :

J’ai tout le temps mal au ventre, les menstrues sont très douloureuses, le transit se fait difficilement, je suis souvent fatiguée, les rapports sexuels avec mon compagnon sont difficiles, ce qui peut aussi créer des problèmes de couples. Bref, il faut être soudés! Tout ça est invisible pour les autres, mais moi, je vis avec et quand vous vivez dans cette douleur pendant des années sans savoir pourquoi, cela agit sur le moral!

« Tout va bien, c’est dans ta tête! », lui disait-on!

Après avoir été diagnostiqué par un gynécologue, elle apprend qu’elle ne pourra peut-être pas avoir d’enfants, ou difficilement! Le combat continue… On lui propose alors l’opération pour traiter la maladie, qu’elle accepte, et une ménopause artificielle (oui, vous avez bien lu!) à 25 ans, pour essayer d’avoir un enfant.

Heureusement, ce fut bénéfique, car elle a 2 enfants à ce jour!

La ménopause artificielle à 25 ans, c’est avoir tous les effets d’une dame de 60 ans, dont les bouffées de chaleur, dans un corps de jeune femme. Ce n’est pas agréable, mais c’est le deal pour devenir mère!

alex-pasarelu-223684-unsplash
Photo alex pasarelu, unsplash

La libération par l’écriture

Edith Filliet trouva un jour une échappatoire, elle commença à écrire un livre « Tout va bien, c’est dans la tête! » pour se libérer et pour faire passer un message. Au fil des pages, elle témoigne de son combat, depuis l’adolescence jusqu’à aujourd’hui! Elle s’exprime avec plein d’humour, d’autodérision et de son franc-parler. Et ce, sans pudeur!

Bref, son parcours touchant donnera aux femmes atteintes de cette maladie l’envie de se battre et de ne pas baisser les bras!

IMG_3088

Je vous souhaite donc une bonne lecture. Soyez forte et n’oubliez pas :

Lorsque le soleil se couche, les étoiles apparaissent!