Le combat que j’ai gagné contre mon corps

Le culte de la beauté que l’on projette à nos adolescentes, dans les médias et à la télévision, n’est pas la meilleure image qui soit… saupoudrée de chirurgies plastiques et de diètes à n’en plus finir.

D’ailleurs, selon l’organismes québécois ÉquiLibre, qui vient en aide aux personnes préoccupées par leur poids:

  • 70 % des adolescentes font des efforts répétés pour maigrir ou contrôler leur poids
  • Le tiers des petites filles de 9 ans ont déjà tenté de perdre du poids

Être à l’aise avec son corps peut être un combat infini, livré durant toute une vie.

Mais décider que ton corps ne gagnera pas, c’est un tournant dans une vie

Et ce combat, je suis en procédure de le gagner haut la main, sans régimes, sans diètes et surtout… sans culpabilité!

Voici donc mon histoire…


L’adolescente

J’ai passé à travers les regards et les commentaires disgracieux des bums de l’école, qui ridiculisaient tout ce qui était hors norme : les gothiques, les noirs, les minces et surtout, les filles avec un surplus de poids. Par chance, j’avais ces amies qui étaient là chaque jour pour m’aimer et me faire voir le positif dans ces pires moments.

Amies que j’ai d’ailleurs encore aujourd’hui.

Le regard que l’on porte sur la fille choisie en dernier dans les sports, sur la fille qui s’habille avec du linge ample pour camoufler ses rondeurs, sur la fille qui n’a pas de chum parce qu’elle n’aime pas le corps qui l’emprisonne, et de toute façon, qui n’a pas assez d’assurance pour s’aventurer là-dedans…

Ce regard, j’ai décidé que c’en était assez!


Le jour où j’ai décidé que mon corps n’allait pas gagner

weights-652488_1280

Je n’avais jamais aimé me faire prendre en photo, ni même sourire. D’ailleurs, j’ai toujours eu cet espace entre les deux palettes à la Vanessa Paradis. Deuxième raison pourquoi j’ai toujours livré ce combat contre mon apparence physique…

Jusqu’au jour où je suis arrivée sur le marché du travail. Assise derrière un bureau, j’ai décidé que c’en était assez, que je devais faire quelque chose pour enfin m’aimer et avancer dans la vie.

Il fallait que je change physiquement et surtout, que je le fasse pour moi.

J’ai commencé par changer ma routine du matin en déjeunant avec un smoothie équilibré, à faire mes lunchs, couper les restos et les portions, à aller au travail en vélo et me rendre au Énergie Cardio en finissant ma journée.

En trois mois, tout le monde avait constaté les changements fulgurants dans mon apparence.

Je n’étais plus la même : hausse d’énergie, fierté et assurance

Ce changement, je l’ai commencé il y a 4 ans. Oui, c’est long avant que ton corps change, mais c’est normal que ça prenne du temps. J’y ai pensé plusieurs fois avant de troquer le maillot une pièce pour le bikini… !

J’ai aussi investi en soins dentaires pour camoufler à jamais cet espace qui m’agaçait. Je me rappelle avoir texté mon amie hygiéniste dentaire, quelques secondes après être sortie de chez mon dentiste. C’était ma première photo sans craque de dents. Je n’y croyais pas ! Enfin, j’ai fait quelque chose pour moi et je pouvais maintenant sourire.

J’en ai pleuré!

Bon, j’ai dû aussi réduire les dépenses, car ce n’était pas donné, mais ça fait tellement du bien de penser à soi !


Second déclic

Puis, en janvier dernier, à l’aube de mes 30 ans, un second déclic a eu lieu. Fille de carrière, j’ai commencé à m’acheter des talons hauts, de belles robes pour travailler, du nouveau linge mettant en valeur mon corps qui avait (enfin!) changé.

J’ai arrêté de me peser. J’ai plutôt fait confiance à ma taille de pantalons, qui est passé de 21 à 15 en quelques mois. J’ai aussi investi dans un entraîneur privé (kinésiothérapeute) une fois semaine (Alexy de la clinique Kinésio que je salue!) pour m’aider à perdre du poids définitivement.

Ç’a été le meilleur investissement, depuis!

PicMonkey Collage
Janie, 29 ans (bientôt 30!), taille 21 à 15

Mélanger avec la préparation de lunchs et la planification de repas, je suis la preuve vivante qu’un régime n’est pas nécessaire et que bien manger et bouger est la combinaison gagnante.

Oui, je mange de la pizza, du pain, des pâtes et de la poutine. Il n’y a pas d’autres secrets que de bouger et de compenser le reste du temps avec des aliments sains. Pour moi, ç’a été un entraîneur privé et je complète avec la natation, une fois par semaine. Pour d’autres, c’est la course, les sports d’équipe ou la natation.

Chacune doit trouver sa propre voie et surtout, arrêter de vous fier aux chiffres !

Accepter son corps ne se fait pas en un claquement de doigts. Encore aujourd’hui, quand un garçon entre dans ma vie, je ne suis pas à l’aise rapidement à dévoiler ce que je suis.

C’est normal d’être différente et c’est normal de ne pas ressembler aux stéréotypes imposés par la société. Mais aime-toi et ça paraîtra !


TÉMOIGNAGES – Changer sa vie…

Nous ne sommes pas extraordinaires, nous ne sommes pas des héroïnes, nous avons seulement pris la décision de changer notre vie pour le mieux. Voici ce que deux amies qui ont elles aussi livré un combat avec leur corps avaient à dire.

CAMILLE – 24 ans
Taille 14 à taille 10

Camille est une amie que j’adore en raison de ses mille et une histoires et de son énergie. Sa métamorphose en si peu de temps est fulgurante :PicMonkey Collage

« Je magasinais tout bonnement lorsque je me suis aperçu que la plus grande taille de pantalons au H&M ne me faisait pas. Je me suis dis « Ok, ca suffit!!! » Ensuite, ça peut paraître idiot, mais je me suis beaucoup inspirée de Khloé Kardashian. Cette femme a réussi a modifier son corps en prenant soin d’elle : alimentation saine et exercice physique! J’ai donc décidé de contacter mon ami Joey Scarpellino, qui m’a mis en contact avec son entraîneur. Je me suis entourée de gens compétents et j’étais motivée plus que jamais à reprendre ma santé en main. J’ai aussi coupé le pain, les pâtes, les patates, le mauvais sucre, la friture et je suis également devenue végétarienne. »


CATHERINE, 30 ans
Taille 14 à taille 6

Mon amie Catherine, LA fille la plus souriante que je connaisse et un véritable modèle pour moi, a su intégrer à sa routine une bonne alimentation et aussi la course (son mari est d’ailleurs un adepte depuis des années). Avec trois enfants, un travail de nuit et un retour aux études à 30 ans, elle est passée par des hauts et bas. Sa motivation : fracasser la trentaine plus en forme que jamais !cath

C’est avec les guides alimentaires Weight Watchers qu’elle a d’abord changé son alimentation. Et ce, en plus d’intégrer la course à sa routine journalière… petit à petit.

Perdre 60 livres n’est pas facile, mais on se sent tellement bien après !


Je vous invite, tout comme je l’ai fait, à signer en ligne La Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiéevisant à promouvoir des images corporelles saines et diversifiées.