Ces femmes qui osent – La touche féminine de Goye, artiste céramiste

goye-ceramiste-artiste-ceramique-
Stéphanie, alias Goye, dans son atelier

Depuis un peu plus d’un an, Stéphanie Goyer-Morin, alias Goye, artiste céramiste, s’adonne à temps plein à sa passion pour la céramique.

Vous avez sans doute déjà vu ses bols, tasses et bijoux dans des marchés comme les Puces Pop, le Marché créatif Etsy, le Salon des métiers d’art, le One of a Kind Show à Toronto, ou chez un de ses multiples points de vente.

bol-goye-ceramique
(c) Goye

Tous ces événements, Stéphanie les mène de front. Et ce, parallèlement au design et à la production de toutes ses pièces, à leur mise en vente et à la gestion de sa petite entreprise, qui commence à prendre de l’ampleur.

Créatrice d’oeuvres délicates et frêles, Goye cache une personnalité déterminée et fonceuse


Dans l’atelier de Goye

Goye
Dans l’atelier (c) Amy Mailloux

Stéphanie travaille dans le Mile End, dans ces vieilles bâtisses qui n’ont l’air de rien, mais qui cachent une telle richesse. À l’intérieur, sur le sol de béton, un espace bureau pour la paperasse, une étagère de produits « finis », son four à céramique, la tour où les pièces prennent vie et des dizaines de pièces à divers niveaux de finition.

Un univers tout à fait différent de ceux où on imagine les immaculées pièces finales!

Cet impressionnant travail manuel, Stéphanie l’a appris par diverses formations, notamment au Centre de Céramique Bonsecours. Aujourd’hui, son métier de céramiste, elle le connaît assez bien pour le partager à tous. En effet, elle offre des ateliers de 8 semaines pour apprendre les bases de la céramique et repartir avec ses propres pièces.

Goye
(c) Amy Mailloux

C’est un monde tout à fait nouveau dans lequel je suis pénétrée cet après-midi là, mais qui a rendu ce travail encore plus impressionnant à mes yeux. Car toutes les pièces, Stéphanie les fait à la main, en plusieurs étapes:

Goye

  • moulage de la pièce principale et de ses accessoires,
    attente pour le séchage,
  • cuisson (juste pour atteindre la bonne température pour la cuisson, le four peut prendre jusqu’à huit heures à se réchauffer),
  • finition,
  • réparations,
  • glaçage,
  • peinture.

Un travail colossal en termes de patience et de précision


Un résultat tout en douceur

collier-goye-ceramique
(c) Goye

Après la céramique brune, la poussière et les longues heures dans l’atelier sombre, naissent les pièces classiques de Goye. Pâles, brillantes, ondulées, délicates et tellement adorables: on voit tout de suite l’inspiration très féminine.

Les bijoux ondulés sauront raviver un vêtement sobre, alors que les articles de table ajouteront une touche chic à toute pièce.


Collaborations

Goye
(c) Goye / Tandem & Co

Bref, il y a tellement de raisons d’encourager les artisans d’ici et l’achat local. Mais, le fait de voir qu’il s’agit d’une si belle communauté est un facteur encourageant. N’échappant pas à la règle, Goye collabore régulièrement avec d’autres artisans.

La plus récente collaboration à son actif en est une avec Tandem & Co.. Avec cette entreprise familiale, elle a lancé de jolies jardinières, samedi dernier.


Stéphanie est une femme qui ose, qui s’occupe chaque jour de sa petite entreprise grandissante, tout en créant ses pièces de A à Z. Ainsi, je ne peux que vous encourager à suivre son travail.

Venez donc la rencontrer au prochain Marché créatif EtsyMTL, les 22 et 23 avril prochains

Lisez les trois autres articles de la série « Ces femmes qui osent ».
Vous y découvrirez Marie-Hélène et Mylène, cofondatrices de Kanevas, entreprise qui permet de créer son sac à main sur mesure, Mireille, qui a fait un virage de 180 degrés pour devenir céramiste professionnelle, et Jenny Leang, qui gère son propre restaurant asiatique, Panda Gourmet.