La biométhanisation, ou transformer la vie… en énergie!

Photo : Optik 360

De plus en plus, on réalise que les comportements humains ont une grave influence sur la nature qui nous entoure. Je parle ici du monde végétal et animal.

Le 6 mai dernier, le groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité (IPBES) a déposé un rapport accablant sur notre empreinte écologique :

  • déforestation,
  • agriculture intensive,
  • surpêche,
  • urbanisation,
  • mines.

On y apprenait que 75 % de l’environnement terrestre et 66 % de l’environnement marin ont été gravement altérés par les activités humaines.

Photo : THE CANADIAN PRESS/HO-Gavin Hanke

Résultat: un million d’espèces animales et végétales (sur les quelque 8 millions estimées sur Terre) sont menacées d’extinction… dont plusieurs à court terme!

Évidemment, on pourrait se dire qu’à nous seuls, on ne peut rien y changer et tourner les talons. Mais, si chacun d’entre nous fait ne serait-ce qu’un petit effort en ce sens, au final, l’impact sera immense.

De mon côté, j’ai troqué mes tampons démaquillants jetables pour des réutilisables, je n’utilise que des batteries rechargeables, j’ai commencé à utiliser des shampoings et revitalisants en barre (donc sans emballage), je me suis acheté des pailles en aluminium et je traîne mes sacs réutilisables partout où je vais.

Non, je ne suis pas une pro du zéro déchet, mais je considère que c’est un bon début, car il s’agit là de petits gestes qui peuvent faire une grande différence.


La biométhanisation

Autre initiative que je suis de près, à quelques semaines de mon déménagement, la biométhanisation.

La bio-quoi?! C’est hyper simple :

Quand les déchets de table, résidus agricoles et autres matières organiques se décomposent, ils émettent du méthane. Or le méthane peut être recueilli dans un biodigesteur, où il fermente et se transforme en biogaz. Ce dernier est épuré pour produire du gaz naturel renouvelable (GNR). Le produit obtenu est similaire en tout point au gaz naturel conventionnel et peut donc être injecté dans le réseau gazier d’Énergir pour chauffer nos maisons ou nos entreprises, entre autres.

Ce procédé s’appelle la biométhanisation et est régi par les différentes municipalités.

Son objectif :

  • réduire les émissions des sites d’enfouissement
  • produire du gaz naturel 100 % renouvelable

Bref, nos poubelles ont du potentiel, mesdames!

Saint-Hyacinthe a déjà un système de biométhanisation bien ficelé et les villes de Québec, de Montréal, de Longueuil et de Beauharnois ont mentionné leur intérêt à faire de même au cours des prochaines années. Je vous confirme donc que je garde l’œil ouvert et que j’embarque dès que l’initiative arrive dans mon nouveau quartier : St-Hubert.

Photo TC Media

En attendant, n’oubliez pas de mettre vos restes de table dans le bac brun fourni par la ville!

Psssit! Voici un petit quiz pour mesurer vos connaissances et voir si vous connaissez bien le biométhane.

Et vous, quels petits gestes faites-vous au quotidien pour améliorer la planète?

***
Cet article est commandité par Énergir,
mais les opinions exprimées sont les miennes