Au-delà de tes pantoufles

Je sais que tu es bien dans tes pantoufles. Jour après jour, tu te réveilles et les enfiles machinalement, sans te poser de questions. Après tout, c’est ce que tu as toujours fait.

Le problème, c’est que tu les portes du matin jusqu’au soir!

Elles commencent à être usées, tes pantoufles. Elles sont maganées, fades et ternes. Elles ne sont plus au goût du jour depuis belle lurette. Tes proches n’oseront peut-être pas te l’avouer, mais elles dégagent une odeur nauséabonde.

C’est l’odeur de la déception, de l’indifférence, du manque de confiance et du laisser-aller…


L’envie

Je la vois dans ton regard. Je vois l’envie lorsque tu aperçois une femme porter fièrement ses talons hauts. Tu la scannes de la tête aux pieds (surtout les pieds). Lorsque son regard rencontre le tien, tu détournes les yeux et baisses la tête. Tu fais comme si, au fond, tu étais bien dans tes pantoufles. Comme si chaque matin, c’est toi qui continuais à les choisir… et non le contraire!

Je t’aperçois les regarder avec tentation. Chaque fois que tu passes devant la vitrine, tu admires les talons hauts. Tu t’imagines les porter fièrement. Au fond, tu le sais que tes pantoufles faisaient la « job » autrefois. C’était ce dont tu avais besoin à ce moment-là de ta vie.

Mais aujourd’hui, tu veux autre chose


La peur

Bon, la voilà… Encore elle.

Pendant que tu es plantée devant la vitrine, une ombre vient toujours assombrir le tableau : la peur. Tu as peur de les changer, tes pantoufles. Tu as peur de ne pas t’habituer à ces talons hauts. Tu as peur que ta démarche soit gauche et pas très assurée.

Mais tu sais quoi? Un jour, j’ai décidé de ranger mes pantoufles sous mon lit. Ce matin-là, j’ai défilé avec mes talons hauts. Contrairement à ce que je croyais, ce n’est pas les autres qui me percevaient différemment. Non. C’est plutôt moi qui me sentais différente.

J’étais sortie de ma zone de confort.

Du haut de mes talons, je pouvais exploiter mon potentiel. Je pouvais aller où je n’avais jamais mis les pieds, faire ce que je n’avais jamais osé faire et dire ce que je n’avais jamais exprimé.

J’avais réussi à sortir de ma zone de confort… un pas à la fois.


Le soulagement

On dira ce qu’on voudra, mais on se sent beaucoup plus fière et compétente en talons hauts.

Évidemment que je les ai conservées, mes vieilles pantoufles… Elles me permettent de me souvenir d’où je suis partie.

Tu sais, ces talons hauts que tu convoites? Ceux que tu t’imagines porter seulement dans tes rêves les plus fous? Ils peuvent t’appartenir. Tu peux défiler fièrement en les portant.

Et lorsque ce sera fait, tu seras fière de les avoir enfilés.

Puis chaque soir, lorsque tu te déchausseras, tu pourras remettre tes vieilles pantoufles. Tu pourras siroter ta coupe de vin en te remémorant avec fierté ce que tu as accompli et en te figurant avec ambition ce qui te reste à accomplir.