Après 24 étés, le Vans Warped Tour s’est éteint à West Palm Beach

Photo : Vans Warped Tour

Alors qu’à Montréal, des milliers de personnes étaient rassemblées au Parc Jean-Drapeau pour le festival Osheaga, moi, j’étais à plus de 2 500 km, afin de vivre un moment historique.

Le 5 août dernier, une page s’est tournée dans le milieu de la musique : après 24 étés à sillonner les routes, la tournée du Vans Warped Tour s’est éteinte à West Palm Beach, en Floride, avec à son bord deux groupes québécois : Simple Plan et Story Untold.


Un bref historique

Photo : Vans Warped Tour (Kevin Lyman & Jim Lindberg -Pennywise)

Pour celles qui ne sont pas familières avec ce festival, voici quelques éléments clés.

  • Imaginez d’abord un lieu pouvant accueillir 7 scènes et quelque 20 000 festivaliers.
  • Trimballez ensuite ce set-up dans une cinquantaine de villes, pendant trois mois.
  • Ajoutez une cinquantaine de « tour bus » dans un stationnement, puis une centaine de tentes à l’effigie des groupes présents (où les festivaliers peuvent rencontrer le groupe après leur performance).
  • Mais, le clou du spectacle : de 11h30 à 20h, imaginez plus de 60 groupes de musique, performant à tour de rôle, sans interruptions, toutes les 30 minutes sur chacune des 7 scènes.

Voici ce qu’est qu’était le Vans Warped Tour.


Une page d’histoire qui se tourne…

Le légendaire horaire gonflable

Le Warped Tour fut créé aux États-Unis, en 1995, par Kevin Lyman. Il eut l’idée de la tournée en travaillant sur des représentations de skateboard, incluant musique et démonstration de skate.

En plus des nombreuses causes sociales supportées par le Vans Warped Tour (et accueillies sur les sites pour sensibiliser les festivaliers), on y trouvait une ambiance inexplicable, propre au Vans.

La tournée est devenue internationale en 1998 et son dernier passage à Montréal remonte à 2014.

De grands artistes sont passés par ce festival journalier, dont Eminem, No Doubt, Pennywise, Blink182, Greenday (une seule fois en 2000) et j’en passe ! Le but premier de Lyman ? Que les festivaliers, les groupes et les employés vivent le meilleur été de leur vie.

Et c’est exactement le souvenir que j’en garde ! J’y ai découvert énormément d’artistes, que j’écoute encore aujourd’hui.

Au delà de la musique, c’est aussi l’ambiance ressentie sur place qui positionne ce festival haut dans les palmarès des festivals les plus courus. Si vous parcourrez les réseaux sociaux de des groupes présents dimanche dernier, à West Palm Beach, tous n’ont que de bons souvenirs du Warped Tour à partager.

Sans oublier que personne n’arrive à croire que le festival est terminé…

En tant que fidèle du Vans, j’étais très émotive de franchir le site pour la toute dernière fois. En plus, en étant entourée des palmiers et du chaud soleil de la Floride.

Écoutez les dernières performances de Don Broco et Story Untold au vans, sous un soleil plomb avec une température ressentie de 44 degrés… inoubliable !


Des collaborations uniques

Photo : Vans Warped Tour (Simple Plan quelque part aux États-Unis)

Mon highlight de ce festival reste de voir la chimie opérer entre les divers artistes. Ce festival permet des mixtes de groupes pendant les performances et on aime ça! Pour « The final run », Ryan Key (Yellowcard) s’est même joint à New Found Glory pour les spectacles de la Floride. Les gars de Simple Plan, quant à eux, ont joué avec plusieurs groupes comme State Champs, The Maine, 3Oh3! durant le festival cet été. Et Joan Jett s’est jointe en cours de route à la tournée, tout comme Good Charlotte l’a fait.

Puis, dimanche, dans le grand amphithéâtre, la clôture du festival s’est faite aux alentours de 20h30 avec la chanson « Bro Hym », par les légendaires punk-rockeurs Pennywise (ils ont d’ailleurs fait partie du tout premier Vans Warped Tour), entourés de Frank Lyman et d’une cinquante de gens sur la scène Journeys.

Voici la vidéo des dernières minutes à vie du Vans Warped Tour :

« I have done what I can do and now it is your turn. Do amazing things. much love to those who got it! »

– Kevin Lyman