L’amour en héritage

Aujourd’hui, c’est le troisième anniversaire de ton départ terrestre, PAPA.

Dans deux mois, ce sera le troisième anniversaire de ton départ terrestre MAMAN.

|Je me suis souvent demandée pourquoi on utilisait le mot anniversaire pour commémorer le moment d’un décès.

Chez nous, les anniversaires étaient symboles de célébration, de joie, de croissance, de présents, de voeux… pas de peine, de perte, de sympathie, de mort!

Lorsque mes parents ont quitté physiquement ce monde, j’ai eu réponse à ma question!


Partir en valsant

3

J’ai eu l’immense privilège d’accompagner mon père avant, pendant et après son décès. D’ailleurs, je souhaite à tous les êtres vivants sur cette planète de pouvoir vivre pleinement, dans cette même sérénité, le départ terrestre d’un proche.

Le vivre et le considérer comme tel représente un grand baume sur la souffrance que cause l’absence de l’être aimé. La pleine conscience accélère grandement le processus de deuil et favorise l’adaptation dans plusieurs sphères de notre vie.

Lors de l’hommage festif que nous avions organisé, à sa demande, mon oncle m’avait suggéré de témoigner de ses derniers instants. Voici donc le texte que j’ai composé et lu au son de la merveilleuse voix de mon ami Rick Hughes qui interprétait, pour l’occasion, son grand succès  »Tiens ma main ».

 »Malgré sa grande souffrance physique des dernières années, son corps décharné, il a été combatif et lucide jusqu’à la dernière minute. Apaisé par les nombreux médicaments de fin de vie, il a pu enfin parler et même chanter avec mes filles & moi. Il a eu un bon mot pour chacun d’entre-vous. Il était si heureux de pouvoir communiquer son amour après tant d’années de silence! C’était comme si, l’espace d’un moment, la maladie avait disparu et son âme avait pris toute la place!

Nous avons également beaucoup ri et pleuré, évidemment. Je le lavais, le caressais, l’hydratais, le parfumais, comme il l’a fait avec moi étant jeune. Il avait peur de quitter cette vie qu’il aimait tant. Il cherchait sa mère, ses amis, en regardant vers le ciel. Son visage s’éclairait lorsqu’il voyait un être cher arriver au bout du chemin et il s’empressait de me le mentionner. Il était bien entouré par l’équipe soignante et moi-même pour son départ et se savait accueilli pour son arrivée. Je l’ai fait sourire une dernière fois en lui mentionnant qu’il était chanceux d’avoir uniquement de belles femmes autour de lui pour son dernier voyage!

Puis, il a insisté pour que je lui tienne la main et il a poussé son dernier souffle en guise de baiser sur mes lèvres. C’est ainsi que le premier amour de ma vie m’a physiquement quitté !

46396489_2203250119719074_5245136292349476864_o
Mon papa et moi

Nos coeurs ont dansé et dansent encore suite à ce merveilleux moment, même si j’avoue parfois que sa présence enveloppante me manque énormément. Il m’arrive encore de sentir sa main dans mes cheveux et de l’entendre me dire :  »J’t’aime ma belle grande fille d’amour! » « 


Célébrer la vie

Pendant les heures qui ont suivi sa mort cérébrale, il était là. Je sentais la profondeur de son amour et une grande jouissance, celle de la liberté. Je l’ai senti inquiet quelques instants, puis serein. Il était volatile et rieur. Il était bien et j’étais bien.

Peut-être trouverez-vous ça fou, mais je m’en fous! C’est ainsi que je l’ai senti et vécu.

Depuis, j’ai eu la chance d’accompagner d’autres gens et leurs proches aidants dans la mort. J’ai également échangé sur le sujet avec plusieurs personnes qui ont eu la même chance que moi et tous sont unanimes:

la mort c’est une étape remplie de vie! C’est pourquoi on la célèbre, tel un anniversaire, chaque année qui suit !

1

À travers l’expérience de fin de vie se dégage une force de pardon et d’amour incroyable! L’émotion est pure et belle! Il n’y a pas de place aux ressentiments, il n’y a que du positif à laisser en héritage à ceux qui restent et à emporter je ne sais où, mais quelque part, j’en suis désormais convaincue!


L’amour en héritage

Plusieurs mois avant son décès, mon père avait lâché prise face à la maladie, mais aussi, et surtout, face à tous les soucis de son existence. La haine des uns a failli le faire replonger dans son passé, ses limites, ses moins bons coups. Mais l’amour des autres a pris le dessus et toute la place dans son coeur.

Ainsi soit-il!

Son départ nous a guidés vers l’essentiel : la douceur, la simplicité, le respect et la reconnaissance. Ce sont les fondements de notre existence. Je m’y réfère chaque fois que je ressens le doute et mes parents m’apparaissent, m’accompagnent.

C’est mon héritage véritable!

2

Dans son livre Ru, Kim Thuy témoigne ainsi :

« Mes parents nous rappellent souvent, à mes frères et à moi, qu’ils n’auront pas d’argent à nous laisser en héritage, mais je crois qu’ils nous ont déjà légué la richesse de leur mémoire, qui nous permet de saisir la beauté d’une grappe de glycine, la fragilité d’un mot, la force de l’émerveillement. Plus encore, ils nous ont offert des pieds pour marcher jusqu’à nos rêves, jusqu’à l’infini. »

Notre héritage, c’est l’amour. Sachez apprécier ce présent, car il a une valeur inestimable et inépuisable!