Découvrez le look des collaboratrices de La Journaliste à leur bal des finissants

bal finissants-robes-la journaliste
Photo: Belle et Fantastique

Le Bal des finissants est une étape marquante pour les adolescents. C’est une façon de dire adieu à la vie d’enfant, avant de passer aux « choses sérieuses ».

C’est aussi la dernière occasion de festoyer avec nos amis des 5 dernières années et, dans le meilleur des mondes, de les laisser sur une bonne impression.

Voilà pourquoi le choix de la robe de bal est si important pour les jeunes filles.

Dans le but de se rappeler de bons souvenirs, les collaboratrices de La Journaliste ont fouillé dans leurs vieux albums et ressorti une photo de leur bal des finissants.

Voici donc ce qui a motivé le choix de nos robes…


Véronique – 2001

robe-bal finissants-la journaliste-veronique

J’ai gradué avec une robe qui était beaucoup trop sexy pour mon âge: blanche, ajustée, décolletée et fendue de chaque côté jusqu’à la pomme de fesse. En fait, je m’étais inspirée d’une robe qu’Angelina Jolie avait portée sur un tapis rouge quelconque pour faire la mienne sur mesure. Ouf ! Je n’en reviens toujours pas que mes parents m’aient laissé sortir comme ça…


Sabrina – 2007

robe-bal finissants-la journaliste-sabrina

J’ai acheté ma robe chez BCBG en pensant la faire couper et la reporter un jour… Malheureusement, elle est encore dans son sac, 10 ans plus tard!


Emilie – 2006

robe-bal finissants-la journaliste-emilie

J’ai fait faire ma robe par une couturière de Laval. Je suis arrivée à son atelier avec des photos imprimées et un dessin. Je pense que je prenais ça un peu trop au sérieux!! J’ai moi-même fait le bijou de dos… tsé!


Myriam – 2006

robe-bal finissants-la journaliste-myriam

J’ai dessiné moi-même le modèle de ma robe ! (On ne le voit pas sur la photo, mais le dos est ouvert complètement). Je suis allée magasiner le tissu avec ma mère et c’est l’amie de ma cousine qui l’a confectionnée. Bien qu’elle ne me fasse plus aujourd’hui, je la garde précieusement pour le souvenir, mais aussi, car c’est mon premier (et seul!) vêtement fait sur mesure.


Chloé – 2008

robe-bal finissants-la journaliste-Chloe

Nous étions 8 à notre table, lors du souper, et tous en bleu!! Quelles étaient les chances?? C’est ma grand-mère qui avait payé ma robe. J’ai essayé de la revendre une fois, mais sans succès. Aujourd’hui, elle doit être encore chez mon père…


Vanessa – 2010

robe-bal finissants-la journaliste-vanessa

J’ai été chanceuse, parce que je n’ai pas cherché pendant des mois. Je me suis rendue chez Zora L’Huppée, qui confectionne des robes sur-mesure. J’ai eu un coup de coeur pour cette robe en taffetas. J’apprécie encore ce choix, même si je détonnais un peu parmi les robes estivales roses, jaunes et blanches. Au moins, j’avais une robe confectionnée par un designer québécois !


Cindy – 1992

robe-bal finissants-la journaliste-cindy

J’étais plutôt excentrique. Ma plus grande phobie était d’être comme les autres, de me fondre dans la masse. Je ne savais pas vraiment ce que je recherchais, mais je savais que ce ne serait pas une robe. À partir de là, j’ai fait quelques boutiques, jusqu’à ce que j’aie un coup de cœur. J’étais probablement celle qui était la plus confortable pendant la soirée !


Annie-Kim – 2006

robe-bal finissants-la journaliste-annie-kim

Juste l’idée de porter une robe à ce moment de ma vie me terrifiait. Mais, je me souviens être entrée chez Laura avoir vu cette robe. Je la trouvais vraiment belle, mais peut-être un peu trop flyée pour moi. J’ai donc essayé plusieurs robes plus sobres, mais j’avais toujours la robe au dégradé de bleu en tête. J’ai finalement décidé de l’essayer. 20 minutes plus tard, je sortais avec ladite robe dans les mains et pas mal fière de mon choix.


Audrey-Anne – 2010

robe-bal finissants-la journaliste-audrey-anne

[À GAUCHE] On ne le voit pas vraiment sur cette photo, mais le devant est ouvert… Je la trouvais à la fois très « femme » et je me sentais bien dans le satin. En plus, à l’arrière, il y avait une très longue traîne! Puis le dos était complètement lassé. Je me rappelle simplement que je l’ai mise et me suis dit : c’est elle! Presque comme une mariée. En plus, le prix était abordable, alors on était faites pour bien s’entendre.


Cynthia – 2004

robe-bal finissants-la journaliste-Cynthia

J’ai toujours été très féminine et coquette. Lors du choix de ma robe de bal, c’était clair dans ma tête : je voulais une robe rose avec un bustier et une grosse crinoline. Il y avait également de jolies fleurs sur le côté gauche et des paillettes sur le bustier. C’était LA robe de mes rêves! Une vraie princesse!


Janie – 2003

robe-bal-finissants-janie

[À DROITE] À vrai dire, au poids que je pesais à l’époque, j’ai espéré sortir d’une des boutiques de la rue St-Hubert avec une robe à couper le souffle. Malheureusement, elles ne me faisaient pas! Ma mère et moi sommes donc allé chez Laura Plus et voici le résultat… loin de mes espérances. Ma tante avait cousu quelques accessoires pour qu’elle soit moins neutre, mais avec du recul, je regrette de ne pas m’être prise en main avant.


Mélissa – 2007

robe-bal finissants-la journaliste-Melissa Roux

Au contraire de mes amies, je n’ai pas visité des dizaines de boutiques pour trouver LA robe. Eh oui, je suis la petite chanceuse qui a une maman couturière! Je suis donc allée faire les magasins de tissus pour trouver le patron et le tissu parfaits pour créer de toutes pièces ma robe. Voici le résultat. Merci maman pour les nombreuses heures consacrées à cette création!