3 façons (faciles) d’économiser pour voyager

budget-voyage-une

Je n’ai jamais gagné le million et je ne dois pas être la seule à avoir grandi en entendant «l’argent ne pousse pas dans les arbres» (ce serait tellement génial si c’était le cas!).

Pourtant, me voici à 30 ans, avec des dizaines et des dizaines d’escapades locales et internationales en banque. Alors pour vous, mes chères voyageuses averties, voici quelques façons qui m’ont permis d’économiser pour visiter le monde et qui, je l’espère, pourront en inspirer quelques-unes à partir un peu plus à l’aventure.

J’ai toujours eu la conviction profonde qu’aucun rythme de vie n’allait m’empêcher de partir au loin

D’étudiante à travailleuse temps plein, de backpacker à récemment propriétaire d’une maison, la vie évolue et le rythme aussi.  Je suis donc constamment à la recherche de nouveaux moyens d’économiser.

«C’est un beau défi de réussir à concilier travail-voyage, et ce, peu importe dans quelle situation on se trouve»


1. Le pot aux économies

Vous vous souvenez, quand nous étions petites, du fameux cochon? Eh bien, il est de retour! Ce pot aux économies est une belle manière de rendre l’épargne un peu plus ludique.

Pas besoin de quelque chose d’ultra sophistiqué, le mien sort directement du magasin à 1$. Alors chaque semaine, à une journée précise, je l’ouvre et y dépose 10$. Ce peut être un montant plus élevé, c’est selon votre capacité. C’est beaucoup plus facile de mettre un petit montant d’argent chaque semaine, aussi inusité qu’un simple 10$, que de dépenser 100$ d’un seul coût.

Gardez cette habitude à long terme et vous pourrez passer du budget roadtrip… au budget avion. On aime!

Imaginez quand les congés arrivent… Je vous jure, on a l’impression que l’argent apparaît de nulle part. Adieu la culpabilité de dépenser. Notre petit geste nous a plutôt donné l’opportunité de nous créer un beau moment. Dire que tout a commencé par un simple 10$. Cette petite somme hebdomadaire est vraiment remplie de possibilités!

En chiffres svp? 1 an = 520$/année. C’est donc 1 040$ si tu le fais avec ton chum ou une amie.

«Ça, ce sont de belles vacances en perspective!»

Petit truc: glisse un papier à l’intérieur sur lequel tu peux garder le compte. Pour ma part, je prends un malin plaisir à inscrire le montant chaque vendredi. Ça me réjouie de voir que je me rapproche de mon prochain billet d’avion vers l’Écosse.


2. Profiter des opportunités

Jeune et sans trop de budget, j’ai débuté ma «carrière» de voyageuse en allant visiter des amis ou des connaissances qui partaient à l’étranger ou habitaient ailleurs pendant quelque temps. En plus de se sentir en sécurité d’aller rejoindre des gens qu’on connaît, sauter sur les opportunités est une belle manière de voyager sans dépenser une fortune.

«Des voyages spontanés qui nourrissent la flamme nomade»

Une fois logée, il te suffit de payer ton transport, d’avoir un peu d’argent de poche, de bons espadrilles et les yeux grands ouverts prêts à explorer.

C’est ainsi qu’à 18 ans, avec quelques centaines de dollars en poche, je prenais mon premier vol d’avion pour aller rejoindre ma soeur à Vancouver. Quelques années plus tard, on m’offrit de poser les pieds en terres européennes, grâce à une amie qui faisait le programme Au Pair, en Angleterre, d’une autre qui partait faire une session à l’étranger et d’un dernier qui était parti à la conquête de Paris pour 1 an.

J’ai tout fait pour profiter de ces opportunités. Vive les avantages de vivre encore chez ses parents à 20 ans, les multiples disponibilités au travail et les payes de vacances! 


3. Les récoltes au quotidien

C’est bien beau la spontanéité de la jeunesse, mais avec les responsabilités qui embarquent dans la balance, les budgets se construisent différemment. Après avoir créé votre pot aux économies, je ne peux que vous suggérer d’incorporer le dicton:

 «C’est avec des cents qu’on fait des piastres!»

Comment? Je me confesse (et je l’assume pleinement): les circulaires sont mes fidèles amis! Sérieusement, ces papiers colorés qui me sont livrés religieusement chaque semaine sont remplis d’économies.

Vive les 2 pour 1, les taxes payées et les 10% de rabais!

Entre vous et moi, on nous offre sur un plateau d’argent la possibilité d’épargner. Je ne vois pas pourquoi on leur tournerait le dos. C’est comme si on m’offrait un solde sur des souliers et que je disais: «Non merci, je vais aller les payer plein prix au magasin d’à côté». N’oubliez pas: c’est avec des cents qu’on fait des piastres!

Sinon, c’est beau les économies, mais je dois souligner que je suis la première à revendiquer les gâteries. Les petits bonheurs, que je les appelle. Il n’y a rien de plus l’fun que d’apprécier un bon thé au café, une pâtisserie à la boulangerie et une bouffe take-out… Mmmmm Général Tao! Mais 7 fois par semaine, ça peut rapidement représenter le coût d’essence pour un roadtrip vers un parc national fabuleux. Pensez-y…

Bref, le but n’est pas de se sentir au régime des dépenses, mais plutôt de faire des choix selon ce qu’on a envie d’accomplir. Faire des choix intelligents pour le bénéfice de ton futur périple.

Ça y est, vous êtes maintenant outillées pour préparer vos prochaines vacances ou votre prochaine escapade. À vos pots mesdemoiselles et gardez une chose en tête:

le but ultime de tous ces efforts est bien simple: explorer, profiter, voyager!